Bien choisir un objectif pour la photo de rue

La photographie de rue est un art unique qui séduit de plus en plus de photographes pour la spontanéité et l’authenticité des images produites. Si vous désirez vous initier ou vous perfectionner dans ce domaine, vous vous demandez probablement quel est le meilleur objectif pour la photo de rue. Celui-ci doit vous permettre d’être vif, réactif et de répondre instantanément aux événements et actions qui se déroulent autour de vous. Alors quel est cet objectif optimal pour la photo de rue ? 

Objectif zoom ou fixe pour la photo de rue ? 

Pour sélectionner le meilleur objectif pour la photo de rue, vous aurez le choix entre un objectif zoom qui permet d’afficher en plus ou moins grand le sujet de la photo ou un objectif à focale fixe qui dispose d’une unique focale qu’il n’est pas possible de faire varier. Voici les avantages et les inconvénients de chacun de ces deux types d’objectifs pour la photographie de rue. 

Les objectifs zooms 

Un zoom présente pour avantage majeur de couvrir plusieurs focales en un unique objectif. Un modèle comme le Canon EF 28-300 mm f3,5-5,6 L IS USM se révèle donc extrêmement polyvalent en permettant de regrouper un grand angle, un objectif standard et un téléobjectif. Vous profitez ainsi d’une réactivité accrue en pouvant rapidement zoomer ou dézoomer sur le sujet, sans avoir à changer d’objectif. Cette polyvalence implique cependant aux zooms d’être nettement plus lourds et plus encombrants. La qualité d’image est également inférieure, avec une ouverture plus restreinte et un plus grand risque de créer des défauts optiques, à moins d’investir dans un zoom professionnel dont le tarif monte très rapidement. Malgré cela, les zooms restent de bonnes solutions pour débuter sans avoir à tâtonner avec une focale fixe. 

Un objectif zoom offre une belle polyvalence en photo de rue, mais peut se montrer lourd et encombrant lors de longues sessions. 

Les focales fixes sont des objectifs sans capacité de zoom, c’est-à-dire que la focale est unique et ne peut pas être modifiée. Pour grossir ou élargir la scène, vous n’avez donc pas d’autres choix que de vous déplacer. Cela demande une implication plus importante de votre part, mais en vous déplaçant, vous pouvez découvrir de nouveaux cadrages et des perspectives insoupçonnés. La créativité est donc supérieure avec une focale fixe. Il existe de nombreuses focales fixes, dont les plus populaires pour la photo de rue sont les 35 et 50 mm. Cette dernière offre une perspective très proche de celle perçue par l’œil humain. Le principal avantage d’une focale fixe réside dans sa capacité à fournir une très haute qualité d’image pour un prix généralement inférieur aux zooms. Cela est dû à une conception optique moins complexe. Vous profitez ainsi d’un meilleur piqué, d’images plus nettes et bien souvent d’un meilleur bokeh grâce à une ouverture plus grande. 

Photographie de rue réalisée avec une focale fixe Canon de 50 mm. 

Quelle focale pour la photo de rue ? 

La majorité des photographes de rue utilisent un objectif de 35 mm ou de 50 mm. Ces derniers forment un équilibre parfait pour photographier le sujet tout en conservant une bonne part de son environnement. Ils peuvent tout aussi bien être utilisés pour de l’architecture, une vue générale d’une place que du portrait de plus près. Sur un appareil plein format, le 35 mm permet de capturer l’intégralité d’une scène, sans avoir besoin de vous reculer excessivement. Cela est idéal dans de petites ruelles, dans la foule ou simplement pour interagir avec les personnes que vous photographiez. Si vous devez choisir qu’un unique objectif pour la photo de rue, le 35 mm est certainement le meilleur choix à faire. Si vous désirez réaliser des portraits de plus près, le 50 mm peut également former une bonne alternative en offrant un cadre un peu plus serré. 

Un objectif de 35 mm offre une grande réactivité en photo de rue en permettant de capturer des scènes relativement larges tout en offrant des perspectives qui assurent une belle immersion dans l’image. 

Si vous préférez opter pour un objectif zoom, un 24-70 mm constitue la solution privilégiée par les photographes professionnels. Il parvient généralement à conjuguer bonne qualité d’image et polyvalence. Si vous avez besoin de travailler dans de petits espaces, ou d’optimiser la perspective des rues, alors un 12-24 mm est encore mieux. Enfin, un 24-105 mm forme un véritable objectif tout-en-un pour la photo de rue en permettant de travailler de près ou d’un peu plus loin. En revanche, il est plus encombrant, plus lourd et attirera plus facilement l’attention sur vous. 

Quel est le meilleur objectif pour la photo de rue ? 

Les meilleurs objectifs 35 mm pour la photo de rue 

Sigma 35 mm f/1.4 DG HSM | Art 

Monture : Canon EF, Nikon FX, Pentax, Sony A et Sony FE | Autofocus : ultrasonique (type annulaire) | Stabilisation : non | Distance minimale de mise au point : 0,3 m | Diamètre du filetage : 67 mm | Dimensions (Lxd) : 77 x 94 mm | Poids : 665 g

Le Sigma 35 mm f/1.4 DG HSM | Art n’est clairement pas le meilleur objectif pour la photo de rue en matière de compacité et de légèreté, mais sa très haute qualité d’image fait rapidement oublier son format. Le niveau de piqué est en effet irréprochable grâce à une conception optique complexe mettant en œuvre des lentilles techniques, dont deux verres asphériques, un élément à faible dispersion en fluorite et quatre éléments spéciaux à faible dispersion. Grâce à cela, il parvient à conserver une très haute netteté sur l’ensemble du cadre, même à grande ouverture. Les bords gagnent cependant encore en détail en fermant légèrement le diaphragme. En outre, les aberrations chromatiques et les reflets sont toujours bien maîtrisés, même à contre-jour.  

L’objectif Sigma 35 mm f/1.4 DG HSM | Art profite d’un moteur autofocus ultrasonique assurant une mise au point automatique assez rapide et silencieuse. Il parvient rapidement à se focaliser sur le sujet, ce qui est indispensable pour capturer des instants de vie en photo de rue. La mise au point manuelle est aussi possible à partir d’une bague dédiée assurant une rotation fluide et longue pour un ajustement précis. Une échelle de distances implantée sur l’objectif facilite par ailleurs la réalisation de la mise au point manuelle ou le réglage de la distance hyperfocale. Des marqueurs de profondeur de champ sont aussi présents, mais uniquement accessibles à partir de f/16 et donc peu utiles. Enfin, la qualité de conception de cet objectif Sigma est très bonne, même si le châssis n’est pas entièrement étanche aux intempéries. 


Tamron SP 35 mm f/1.8 Di VC USD 

Monture : Canon EF et Nikon FX | Autofocus : ultrasonique (type annulaire) | Stabilisation : oui, 3 IL | Distance minimale de mise au point : 0,2 m | Diamètre du filetage : 67 mm | Dimensions (Lxd) : 80 x 81 mm | Poids : 480 g

Cet objectif Tamron SP 35 mm f/1.8 Di VC USD constitue une alternative un peu moins onéreuse au Sigma 35 mm f/1.4 DG HSM | Art présenté ci-dessus. Il offre également l’avantage d’être plus léger et de profiter d’une conception entièrement étanche aux intempéries et à la poussière. Il est ainsi idéal pour photographier sous toutes les conditions météorologiques ou dans des pays au climat extrême. Ce gain tarifaire et de poids s’effectue cependant au détriment d’une ouverture légèrement plus étroite (f/1,4 pour Sigma contre f/1,8 pour Tamron), mais cette dernière reste très lumineuse et amplement suffisante pour la majorité des utilisations. 

Le système de mise au point automatique du Tamron SP 35 mm f/1.8 Di VC USD se concentre très rapidement, bien qu’un micro-ajustement puisse parfois être nécessaire, contrairement au Sigma qui se focalise immédiatement. Cela reste cependant très mineur et n’entrave en rien la précision de l’autofocus, même sur les sujets en mouvement. Enfin, la qualité d’image de cet objectif est très bonne et nettement supérieure à tout objectif de kit. Elle ne peut cependant pas rivaliser avec la finesse des détails du Sigma. Les aberrations chromatiques sont également un peu moins bien générées dans les scènes à forte luminosité. Malgré cela, le Tamron SP 35 mm f/1.8 Di VC USD reste une excellente alternative pour un budget plus serré, mais également pour profiter d’un format plus compact et d’une meilleure étanchéité. 


Sony FE 35mm f/2.8 ZA 

Monture : Sony FE | Autofocus : pas à pas | Stabilisation : non | Distance minimale de mise au point : 0,35 m | Diamètre du filetage : 49 mm | Dimensions (Lxd) : 62 x 37 mm | Poids : 120 g

Avec une longueur de 62 mm pour un poids de seulement 120 g, le Sony FE 35mm f/2.8 ZA est un modèle ultra compact conçu pour vous accompagner toute la journée dans la rue. Monté sur un appareil hybride plein format de Sony, il forme un couple discret pour photographier la vie courante sans trop vous faire remarquer. Il peut également s’associer à un appareil APS-C, offrant alors un champ de vision équivalent à un objectif de 60 mm. 

Malgré sa grande compacité, l’objectif Sony FE 35mm f/2.8 ZA est capable de capturer des images bien détaillées au centre du cadre. Les bords sont quant à eux un peu plus doux. Un vignettage assez important peut également avoir tendance à se former à pleine ouverture. Enfin, la distorsion est assez faible, mais n’est pas uniforme et peut se montrer assez délicate à corriger. Il est donc nécessaire de conserver une certaine distance avec le sujet et de fermer légèrement le diaphragme pour optimiser les performances de cet objectif Sony. En revanche, le système autofocus assuré par un moteur linéaire offre une mise au point rapide et silencieuse. Pour la mise au point manuelle, la bague dédiée peut manquer de largeur pour les plus grandes mains, mais reste suffisamment fluide pour garantir un ajustement précis. En conclusion, malgré quelques défauts, le Sony FE 35mm f/2.8 ZA reste un très bon objectif pour la photo de rue si vous privilégiez avant tout la compacité. 


Les meilleurs objectifs 50 mm pour la photo de rue 

Canon EF 50 mm f/1.8 STM

Monture : Canon EF| Autofocus : pas à pas | Stabilisation : non | Distance minimale de mise au point : 0,35 m | Diamètre du filetage : 49 mm | Dimensions (Lxd) : 69 x 39 mm | Poids : 160 g

L’objectif Canon EF 50mm f/1.8 STM est de loin le modèle au plus petit prix pour les appareils photo reflex Canon à monture EF. Il est en effet proposé à moins de 130 €, ce qui en fait un objectif idéal pour les petits budgets ou pour s’initier à la photo de rue à moindres frais. Son système de mise au point automatique est assuré par un moteur pas à pas garantissant une belle réactivité et un fonctionnement presque silencieux. Avec cette nouvelle génération, la bague ne tourne plus en même temps que l’autofocus, pour une prise en main plus confortable. 

Concernant la qualité d’image, le Canon EF 50mm f/1.8 STM se montre très séduisant pour un objectif de cette gamme tarifaire. Il parvient même à concurrencer certains modèles plus onéreux comme le Canon 50 mm f/1,4. En comparaison de ce dernier, la netteté est plus homogène sur l’ensemble du cadre. Les aberrations chromatiques sont également plus rares à pleine ouverture et inexistantes dans la grande majorité des conditions d’éclairage. En revanche, la distorsion est légèrement plus marquée lorsque la distance avec le sujet est réduite. Cela reste cependant minime et peut se corriger assez facilement à l’aide du profil de l’objectif depuis Lightroom ou tout autre logiciel de retouche. Pour toutes ces raisons, vous ne trouverez pas meilleur objectif Canon pour la photo de rue dans cette gamme tarifaire. 


Nikon Z 50 mm f/1.8 S

Monture : Nikon Z | Autofocus : pas à pas | Stabilisation : non | Distance minimale de mise au point : 0,40 m | Diamètre du filetage : 62 mm | Dimensions (Lxd) : 76 x 86 mm | Poids : 415 g

Cet objectif Nikon Z 50 mm f/1.8 S est un modèle spécifiquement conçu pour les appareils photo hybrides Nikon. Il met en œuvre 12 éléments optiques et comprend des lentilles asphériques ainsi que deux verres ED pour limiter l’apparition d’aberrations chromatiques et de reflets. Grâce à cette conception, il est capable de produire des images mieux contrastées et plus lumineuses, même avec des scènes à contre-jour. Les aberrations chromatiques et la distorsion sont également très bien gérées et presque toujours inexistantes, même aux plus grandes ouvertures. 

Le système autofocus de l’objectif Nikon Z 50 mm f/1.8 S assure un fonctionnement très rapide et entièrement silencieux. Son utilisation en mode manuel est également facilitée par une large bague offrant une rotation fluide et constante. Toutes ces raisons font de ce modèle le meilleur objectif pour la photo de rue si vous disposez d’un hybride Nikon. 


Sigma 50 mm f/1.4 DG HSM Art

Monture : Canon EF, Nikon FX et Sony FE | Autofocus : ultrasonique | Stabilisation : non | Distance minimale de mise au point : 0,40 m | Diamètre du filetage : 77 mm | Dimensions (Lxd) : 85 x 100 mm | Poids : 815 g

Une fois encore, l’objectif Sigma 50 mm f/1.4 DG HSM Art ne brille pas par sa compacité, mais plutôt par ses performances optiques. Ces dernières se doivent à son imposant gabarit qui permet de contenir des lentilles plus larges et une conception optique particulièrement complexe, mettant en œuvre 13 éléments, dont une lentille asphérique et trois verres SLD (Special Low Dispersion). Cette disposition permet à cet objectif Sigma 50 mm f/1.4 DG HSM Art de produire des images toujours bien nettes, même avec de grandes ouvertures. On note cependant une très subtile diminution du piqué dans les extrêmes bords du cadre avec une ouverture de f/1,4, mais cela n’a rien d’anormal et l’ensemble devient plus homogène dès f/1,8. Sans surprise, le vignetage est un peu présent à f/1,4, mais il est déjà entièrement absent dès f/2. Les défauts colorimétriques et la distorsion sont efficacement traités et les images profitent d’un fort contraste. Bien évidemment, une certaine distance avec le sujet reste recommandée pour obtenir des proportions naturelles en photo de portrait. 

La mise au point automatique de l’objectif Sigma 50 mm f/1.4 DG HSM ART se montre rapide et précise. Elle permet de vite se focaliser sur tous les sujets que vous pouvez rencontrer en photo de rue. En revanche, la bague de mise au point manuelle implantée sur l’objectif mériterait de gagner un peu en fluidité. Cela n’est pas perturbant pour une scène relativement large, mais pour un portrait avec une faible profondeur de champ, il faudra prendre plus de précautions pour bien s’assurer de la focalisation. Malgré cela, le Sigma 50 mm f/1.4 DG HSM ART reste le meilleur objectif pour la photo de portrait dans cette gamme focale. Seules les Zeiss Otus 55 mm f/1.4 et Nikkor Z 50mm f/1.2 S parviennent à les détrôner. Le premier est cependant uniquement manuel, tandis que le second est réservé aux professionnels. Le Sigma 50 mm f/1.4 reste donc la référence pour la majorité des photographes. 


Tamron SP 45 mm f/1.8 Di VC USD

Monture : Canon EF et Nikon FX | Autofocus : ultrasonique | Stabilisation : oui | Distance minimale de mise au point : 0,29 m | Diamètre du filetage : 67 mm | Dimensions (Lxd) : 80 x 92 mm | Poids : 540 g

Le Tamron SP 45 mm f/1.8 Di VC USD constitue une alternative intéressante aux habituels 50 mm en proposant une focale légèrement plus courte. Grâce à cette dernière, on profite d’un angle de vision de 51 degrés, contre environ 46 degrés habituellement. Malgré cela, les perspectives restent très naturelles et comparables à un 50 mm. Son utilisation pour du portrait est donc envisageable. La qualité des images produites avec ce 50 mm est très bonne. L’objectif est assez net à de grandes ouvertures et son contraste est excellent. La finesse des détails sur les extrêmes bords est optimisée à partir de f/2,8 et devient optimale à f/5,6. C’est à ce réglage que l’objectif offre son plus haut niveau de piqué. On n’atteint cependant toujours pas les prouesses du Sigma 50 mm f/1.4. Une courbure un peu plus importante que le Sigma peut également être perçue sur certaines lignes droites, mais celles-ci se redressent assez aisément en post-traitement. L’aberration chromatique longitudinale peut cependant être plus marquée et plus difficile à corriger sur les scènes à fort contraste. 

L’autofocus de l’objectif Tamron SP 45 mm f/1.8 Di VC USD est assuré par un moteur ultrasonic garantissant un fonctionnement à la fois rapide et silencieux. En fonction de votre appareil, il peut cependant être nécessaire d’utiliser le hub optionnel Tamron Tap-In pour ajuster la précision de la mise au point. Ce Tamron souffre également d’un petit décalage de la mise au point. Pour maximiser la précision de la focalisation, il est donc conseillé de définir l’ouverture, avant de faire la mise au point. Bien entendu, cela reste très raisonnable et l’image ne sera pas pour autant floue, même si vous ne pensez pas à effectuer les réglages dans ce sens. En dehors de cela, l’objectif est bien conçu et profite d’une conception étanche aux intempéries et à la poussière. Il peut donc aussi être utilisé pour de la photographie de paysage. Dans l’ensemble, le Tamron SP 45 mm f/1.8 Di VC USD est un objectif sérieux et abordable constituant un très bon maillon entre le 35 mm et le 50 mm. Il faut cependant être conscient que vous devrez vivre avec certaines faiblesses mentionnées ci-dessus. 


Les meilleurs zooms pour la photo de rue 

Sigma 24-70mm f/2,8 DG OS HSM Art 

Monture : Canon EF, Nikon FX et Sony FE | Autofocus : ultrasonique | Stabilisation : oui | Distance minimale de mise au point : 0,37 m | Diamètre du filetage : 82 mm | Dimensions (Lxd) : 107 x 88 mm | Poids : 1,02 kg

L’objectif Sigma 24-70mm f/2,8 DG OS HSM Art est idéal si vous cherchez une solution polyvalente et fiable. Il peut tout aussi bien convenir pour réaliser des vues larges d’une rue ou d’un bâtiment avec sa focale grand angle, que des portraits ou des cadres plus serrés avec son téléobjectif. Il offre de plus une solution moins onéreuse aux objectifs Sony, Canon et Nikon de même focale, tout en proposant une belle qualité d’image. Les photos produites sont très détaillées et profitent d’une netteté homogène sur l’ensemble du cadre, même avec de grandes ouvertures. Cette homogénéité est cependant parfaite entre 24 et 35 mm. En dehors de cette plage, les bords du cadre sont un peu plus doux et l’emploi d’une ouverture plus étroite devient nécessaire pour équilibrer le piqué. 

À sa focale de 70 mm, l’objectif Sigma 24-70 mm f/2,8 DG OS HSM Art permet de réaliser de très belles photos de portrait. Son diaphragme à 11 lamelles circulaires produit un bokeh bien rond et bien marqué. Il est parfaitement uniforme et conserve une géométrie séduisante sur tout le cadre. Enfin, cet objectif profite d’un châssis en alliage métallique couplé à de nombreux joints pour assurer une bonne étanchéité à l’humidité et à la poussière. Il peut donc être utilisé dans de nombreux environnements. En revanche, il pèse environ 830 grammes, ce qui n’en fait pas le plus confortable pour explorer la rue toute la journée avec l’appareil en main. Cela est cependant l’indispensable contrepartie pour profiter d’un zoom de qualité et doté d’une grande ouverture. 


Sigma 12-24mm f/4 DG HSM Art

Monture : Canon EF, Nikon FX et Sony FE | Autofocus : ultrasonique | Stabilisation : oui | Distance minimale de mise au point : 0,24 m | Diamètre du filetage : aucun | Dimensions (Lxd) : 131 x 102 mm | Poids : 1,15 kg

Le Sigma 12-24 mm f/4 DG HSM Art est de loin le meilleur objectif grand angle pour la photo de rue. Il se montre parfait lorsque l’espace est réduit et que vous n’avez pas la possibilité de vous reculer pour inclure toute la scène. Sa plus large focale permet également d’exagérer les perspectives, d’étirer les lignes et de créer des images plus dynamiques. Bien évidemment, vous ne pourrez pas réaliser des portraits aux traits naturels avec un tel objectif, mais les petites ruelles ou places sembleront plus grandes à l’image. 

Malgré sa très large focale, cet objectif grand angle Sigma assure une gestion particulièrement efficace de la distorsion dans la majorité des situations. À sa focale la plus large, la distorsion en barillet est cependant assez forte sur de l’architecture, mais reste plus faible que certains modèles concurrents comme le Nikon AF-S 14-24 mm f/2.8G. De plus, celle-ci commence à diminuer dès 14 mm et disparaît entièrement à 18 mm. En outre, la qualité des images est très bonne, avec une gestion efficace des aberrations chromatiques transversales, du flare et des aberrations de coma. Le vignettage est étonnamment bien contrôlé pour un ultra grand angle, même s’il n’est pas entièrement absent à f/4. Enfin, la qualité de conception est irréprochable, avec un châssis robuste et entièrement étanche aux intempéries. Précisions en revanche qu’en raison de sa lentille frontale bombée, la fixation d’un filtre circulaire comme un filtre ND ou polarisant y est impossible.


On arrive à la fin de ce guide et nous espérons qu’il vous aura aidé à choisir un objectif pour la photo de rue. Vous pouvez laisser un commentaire dans l’espace ci-dessous si vous avez la moindre question sur la photo de rue ou le choix d’un objectif. 

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à vous abonner à la newsletter pour être informé lors de la publication des prochains sujets et pour recevoir gratuitement votre livre photo.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *