Quel objectif pour la photo d’oiseaux choisir en 2022

Les oiseaux sont des sujets vifs, souvent très éloignés et particulièrement délicats à prendre en photo si vous n’avez pas le bon objectif. Celui-ci doit présenter une focale suffisamment importante pour isoler les oiseaux du reste du paysage, tout en restant à distance pour ne pas les effrayer. D’autres paramètres tels que l’autofocus, la stabilisation d’image et la qualité optique influencent également la précision de vos photos d’oiseaux. Alors, quel objectif pour la photo d’oiseaux choisir ? Pour faciliter ce choix, nous allons étudier dans ce guide toutes les caractéristiques à étudier. Vous retrouverez également à la fin du guide un comparatif des meilleurs objectifs pour la photo d’oiseaux. Vous pourrez ainsi faire le meilleur choix en fonction de votre appareil, de vos besoins et de votre budget. 

Quelle distance focale pour la photographie d’oiseaux ?

Comme le plus souvent en photographie, vous pourrez photographier des oiseaux avec toute longueur focale, mais certaines seront tout de même plus confortables à utiliser. De manière générale, vous aurez besoin d’une longue focale pour photographier les oiseaux sauvages sans les effrayer. Le choix de cette dernière peut varier en fonction de votre appareil. Sur un appareil photo plein format, un objectif de 300 mm constitue un bon point de départ pour capturer des oiseaux en vol, mais risque de devenir trop court pour les plus petits sujets. Sur un appareil photo APS-C ou micro 4/3, cette même focale devient parfaite en offrant un champ de vision équivalent à un 450 mm pour l’APS-C et de 600 mm pour le micro 4/3. Avant de choisir votre meilleur objectif pour la photo d’oiseaux, pensez d’abord à votre appareil photo, ainsi qu’aux sujets à photographier. La focale devra naturellement être plus longue pour capturer de petits merles et oiseaux de jardin que des aigles ou autres gros rapaces. Le plus souvent, les objectifs dotés d’une plage comprise entre 300 et 600 mm seront les plus adaptés pour la photographie d’oiseaux. 

Photo d’oiseau réalisée avec une focale de 500 mm à l’aide de l’objectif Sigma 150-600 mm F5-6.3 DG OS HSM

Zoom ou focale fixe pour photographier les oiseaux ? 

Les objectifs pour la photo d’oiseaux se déclinent en zooms et en focales fixes. Ces dernières présentent l’avantage de disposer d’une ouverture souvent très large, permettant ainsi de capturer plus de lumière, ce qui est idéal lorsque vous travaillez dans un environnement sombre (sous-bois, début de journée, etc.). Les focales fixes fournissent aussi une qualité d’image généralement bien meilleure, avec des détails plus fins et plus précis. Certains zooms parviennent à atteindre une qualité très proche, mais pour un prix nettement plus important. En revanche, les focales fixes se révèlent un peu moins réactives et ne sont pas toujours pratiques à utiliser lorsque la focale est importante. Par exemple, avec une focale de 400 mm ou plus, il peut parfois nécessiter quelques secondes avant de parvenir à placer l’oiseau dans le cadre. Avec un zoom, vous pouvez progressivement zoomer sur l’oiseau, facilitant ainsi la détection et le cadrage. Enfin, les zooms sont également plus polyvalents et plus adaptés pour photographier des oiseaux en vol. La réactivité est accrue et vous pouvez à l’aide d’un unique objectif photographier un oiseau au loin, puis changer la focale instantanément pour capturer un petit oiseau au premier plan. Pour ces raisons, un objectif zoom formera souvent une solution plus simple à utiliser pour vous initier à la photo d’oiseaux. 

Même si la qualité est parfois moindre, un objectif zoom se montre plus adapté pour prendre en photo les oiseaux en offrant un système plus polyvalent et plus simple à utiliser. 

Quel autofocus pour la photo d’oiseaux ? 

Lorsque vous photographiez des oiseaux relativement calmes, vous pouvez très bien vous en sortir avec la mise au point manuelle ou avec tout système autofocus. En revanche, pour photographier des oiseaux en vol ou en pleine action, il devient indispensable de choisir un objectif doté d’un autofocus suffisamment réactif pour se focaliser sur l’oiseau avant que l’action ne se termine. Par ailleurs, cet autofocus doit être le plus silencieux possible pour ne pas effrayer les espèces les plus farouches, mais aussi suffisamment fluide pour exploiter au mieux la mise au point continue de votre appareil photo.

Un objectif doté d’un système autofocus réactif est indispensable pour photographier correctement les oiseaux en vol. 

L’apport de la stabilisation d’image 

Lors du choix d’un objectif pour la photo d’oiseaux, vous pourrez opter pour un modèle stabilisé ou non. Cette stabilisation optique permet de réduire le flou de bougé lorsque vous photographiez à main levée. Cette fonctionnalité peut donc se révéler utile lorsque vous capturez des oiseaux sur le vif. Cependant, dans la majorité des situations, vous utiliserez un trépied ou un monopode pour stabiliser l’appareil. Ces derniers sont en effet fortement recommandés pour soulager vos articulations de la lourde charge de l’objectif. Par conséquent, un objectif stabilisé ne sera en réalité que rarement nécessaire. Ainsi, vous pourrez grandement économiser en optant pour un modèle non stabilisé. De plus, la majorité des appareils photo modernes profitent d’une stabilisation mécanique directement intégrée au capteur. 

Un objectif stabilisé facilite la prise de vue à main levée et ainsi la capture sur le vif. 

Les meilleurs objectifs pour la photo d’oiseaux 

Sigma 150-600 mm F5-6.3 DG OS HSM

Monture: Canon EF, Nikon F, Sigma | Stabilisation : oui | Diamètre de filetage : 95 mm | Dimensions (DxL): 105 x 260 mm | Poids: 1,930 g

L’objectif Sigma 150-600 mm F5-6.3 DG OS HSM est le modèle au meilleur rapport qualité/prix pour s’initier à la photo d’oiseaux. Sa focale maximale de 600 mm est parfaite pour réaliser des gros plans de petits oiseaux ou d’espèces très craintives. Il permet de rester à distance pour ne pas perturber la faune, facilitant ainsi la prise de vue tout en étant plus respectueux des sujets capturés. À l’inverse, la large plage focale confère une grande flexibilité pour photographier facilement des sujets plus proches ou en mouvement. Le seul inconvénient est que l’ouverture maximale varie en fonction de la focale, ce qui peut engendrer une différence de luminosité d’une image à l’autre si vous n’ajustez pas les paramètres d’exposition. Rien de rédhibitoire, mais il faudra tout de même prendre en considération ce paramètre lors de la prise de vue. 

Cet objectif Sigma pour la photo d’oiseaux se compose de 22 optiques réparties en 16 groupes. Il inclut deux éléments en fluorite de qualité supérieure pour réduire les aberrations chromatiques et les reflets. Grâce à cette conception, les images sont relativement bien détaillées sur l’ensemble du cadre. La netteté est maximisée jusqu’à une focale de 400 mm, puis décroît progressivement jusqu’à 600 mm. Elle reste tout de même globalement très bonne. En outre, l’autofocus se montre fluide et suffisamment rapide pour capturer les moindres actions des oiseaux. 

Le châssis de l’objectif Sigma 150-600 mm F5-6.3 DG OS HSM est conçu en alliage métallique et affiche une très bonne étanchéité aux intempéries et à la poussière. Vous pourrez donc prendre en photo les oiseaux en toutes saisons, même lorsqu’il neige ou qu’il pleut. Enfin, une stabilisation d’image optique peut vous aider occasionnellement, mais en raison du poids de près de 2 kg de l’objectif, l’emploi d’un trépied ou d’un monopode est fortement recommandé pour un usage plus confortable. 


Sigma 100-400mm f/5-6.3 DG OS HSM

Monture: Canon EF, Nikon F, Sigma | Stabilisation : oui | Diamètre de filetage : 67 mm | Dimensions (DxL): 86 x 182 mm | Poids: 1,160 g

Si le Sigma 150-600 mm F5-6.3 DG OS HSM présenté ci-dessous ne rentre pas dans votre budget ou est tout simplement trop imposant, alors le Sigma 100-400mm f/5-6.3 DG OS HSM s’impose comme la meilleure alternative. Sa plage focale plus étroite lui confère l’avantage d’être plus compact et près de deux fois moins lourd. Il se montre ainsi plus facile à transporter et plus confortable à utiliser lors de longues sessions photo à main levée. Cet usage est de plus facilité par l’intégration d’une stabilisation optique à deux modes : un premier pour les photos statiques et un second pour les panoramas. L’utilisation d’un trépied ou d’un monopode reste tout de même préférable pour exploiter au mieux la plage supérieure du zoom. À noter que la fixation à un trépied s’effectue par l’appareil, l’objectif étant dépourvu d’une bague dédiée. 

Dans l’ensemble, le système autofocus de l’objectif Sigma 100-400mm f/5-6.3 DG OS HSM se montre très convaincant en assurant une focalisation rapide et fiable sur le sujet. Il est en revanche plus lent dans des conditions de faible luminosité. En basse lumière, il peut patiner quelques secondes avant de bien détecter le sujet. On parvient tout de même à optimiser le système en réglant la plage de mise au point et en remplissant le cadre avec le sujet. Les images produites par cet objectif Sigma profitent d’une belle netteté, avec une finesse des détails légèrement supérieure au Sigma 150-600 mm. La netteté est très bonne au centre dès la pleine ouverture et on gagne encore en finesse sur les bords en fermant le diaphragme. En conclusion, le Sigma 100-400mm f/5-6.3 DG OS HSM forme une option économique et relativement fiable pour atteindre la distance focale de 400 mm afin de capturer en gros plan de nombreux oiseaux. Il a quelques défauts, mais il est difficile d’en demander plus à un téléobjectif à moins de 800 €. 


Tamron 150-500 mm F/5-6,7 Di III VC VXD Sony FE

Monture: Sony FE | Stabilisation : oui | Diamètre de filetage : 82 mm | Dimensions (DxL): 93 x 209 mm | Poids: 1,72 g

Si vous cherchez un objectif pour la photo d’oiseaux à associer à votre appareil hybride plein format Sony FE, le Tamron 150-500 mm F/5-6,7 Di III VC VXD forme une excellente alternative au Sony FE 100-400 mm f/4.5-5.6 GM OSS proposé près de deux fois plus cher. Sa plage focale supérieure est légèrement plus importante, permettant d’aller capturer des oiseaux plus éloignés ou encore plus petits. En revanche, l’ouverture est plus étroite sur l’ensemble du zoom, ce qui implique de travailler dans de bonnes conditions lumineuses ou d’augmenter l’ISO, au risque d’avoir un peu de grain sur certaines images. En photographie d’oiseaux, vous ne pourrez en effet rarement compenser un manque de luminosité en étendant la durée de l’exposition, car les oiseaux sont généralement vifs, ce qui engendrerait une image floue. 

L’objectif Tamron 150-500 mm F/5-6,7 Di III VC VXD pour Sony FE est lourd, mais reste relativement compact pour un zoom de 500 mm et pourra aisément tenir dans la majorité des sacs photo. L’ergonomie est assez bonne, avec un accès facile aux différentes commandes : commutateur autofocus, plage de mise au point, verrouillage de la focale et mode de stabilisation. La bague de zoom est très grande et facile à tourner, tandis que la bague de mise au point est plus étroite et un peu moins fluide. Heureusement, vous réaliserez la majorité de vos images avec l’autofocus. Celui-ci est rapide, presque entièrement silencieux et très efficace dans la plupart des situations, excepté pour les sujets qui se déplacent rapidement dans votre direction. L’utilisation du sélecteur de plage autofocus permet alors d’optimiser les performances dans ces conditions. 

Sans vouloir concurrencer les performances du Sony, cet objectif Tamron promet des résultats très convaincants. Entre 150 et 300 mm, les meilleurs résultats sont obtenus en fermant le diaphragme de 1 cran, tandis qu’à 500 mm les images sont les plus détaillées à pleine ouverture. On note une légère distorsion en coussinet sur la partie inférieure du zoom, mais celle-ci devient négligeable à 500 mm. En outre, les aberrations chromatiques sont bien maîtrisées, excepté à contre-jour. Dans ces mêmes conditions, du flare peut apparaître sur les images. Il est donc préférable d’éviter de travailler avec un fort contre-jour pour maximiser la qualité des photos. Enfin, le flou d’arrière-plan est doux et agréable, avec un effet de bokeh bien marqué et flatteur. Dans l’ensemble, cet objectif Tamron forme une solution assez facile à transporter pour cette plage focale et idéale pour s’initier à la photo d’oiseaux à moindres frais. 


Fujifilm XF100-400mm f/4.5-5.6 R LM OIS WR

Monture: Fujifilm X | Stabilisation : oui | Diamètre de filetage : 77 mm | Dimensions (DxL): 95 x 211 mm | Poids: 1,375 g

Utilisé par de nombreux photographes professionnels, le Fujifilm XF100-400mm f/4.5-5.6 R LM OIS WR est avec certitude le meilleur objectif pour la photo d’oiseaux si vous possédez un appareil Fujifilm à monture X. Cet objectif haut de gamme présente l’avantage d’embarquer deux moteurs autofocus linéaires pour assurer une mise au point automatique rapide, fluide et pratiquement silencieuse. Il est ainsi en mesure de suivre les actions des oiseaux ou de les capturer en plein vol. Même durant cette capture en plein vol, le suivi des oiseaux reste fluide et d’une belle précision. Outre sa réactivité, cet objectif Fujifilm brille également par la qualité des images produites. Grâce à la mise en œuvre de nombreuses lentilles techniques, les aberrations chromatiques, reflets et images fantômes sont toujours bien contrôlés. La netteté est excellente à toutes les distances focales. On note tout de même une légère douceur à 400 mm, mais la finesse des détails est retrouvée en fermant le diaphragme à f/8.  

L’objectif Fujifilm XF100-400mm f/4.5-5.6 R LM OIS WR adopte un châssis métallique entièrement résistant aux intempéries, et même aux fortes pluies grâce à l’implémentation de 13 joints. Cette tropicalisation est renforcée par un revêtement au fluor sur la lentille frontale pour repousser les éclaboussures et taches de gras, tout en facilitant le nettoyage. En outre, cet objectif pour la photo d’oiseaux profite d’une stabilisation d’image offrant jusqu’à 5 IL de compensation. Relativement efficace, celui-ci permet de photographier sans flou apparent jusqu’à 1/80s avec une focale de 400 mm. Vous pouvez donc obtenir de très belles images sur le vif. Pour une utilisation prolongée, l’emploi d’un trépied reste nécessaire en raison du format et du poids de cet objectif. 


Nikon AF-S 200-500 mm f/5.6E ED VR

Monture: Nikon F | Stabilisation : oui | Diamètre de filetage : 95 mm | Dimensions (DxL): 108 x 268 mm | Poids: 2,300 g

Cet objectif haut de gamme Nikon AF-S 200-500 mm f/5.6E ED VR présente l’avantage d’offrir une ouverture constante de f/5,5 sur l’ensemble de la plage focale. Celle-ci est idéale pour assurer une parfaite cohérence de l’exposition sur toutes vos images, sans avoir à constamment ajuster les paramètres du triangle d’exposition en fonction de la focale employée. Par ailleurs, cette ouverture est assurée par un diaphragme à 9 lamelles circulaires produisant un bokeh rond et soyeux. En outre, l’objectif Nikon AF-S 200-500 mm f/5.6E assure une très bonne gestion des aberrations chromatiques et reflets grâce à l’emploi de nombreux verres techniques, dont trois lentilles à dispersion ultra-faible. Ces dernières garantissent également des couleurs naturelles et éclatantes sur l’ensemble du cadre. En ce qui concerne la netteté, ce zoom Nikon s’en sort admirablement bien. Dès 200 mm, l’objectif est très bon au centre, mais un peu plus doux sur les bords. Le rendu est beaucoup plus homogène à 300 mm et l’ensemble devient optimal sur tout le cadre à 400 mm. Avec la focale supérieure, la netteté est un peu en retrait, mais reste très correcte entre f/5,6 et f/8. 

Comme de nombreux autres objectifs Nikon, ce 200-500 mm f/5.6 adopte un moteur autofocus ondulatoire silencieux. Il assure une mise au point suffisamment rapide pour capturer les oiseaux en vol ou au sol, en particulier lorsqu’il est utilisé sur les reflex Nikon de dernière génération. Ces performances restent constantes sur l’ensemble de la plage focale. Enfin, l’objectif dispose d’une stabilisation d’image assez efficace sur les plages inférieures du zoom. Au-delà, il reste préférable d’employer un trépied ou monopode pour maximiser la finesse des détails. À noter que cet objectif fonctionne également admirablement bien avec le téléconvertisseur Nikon 1.4x TC, offrant alors une focale supérieure de 700 mm. Pour cette polyvalence, une belle netteté et un autofocus réactif, ce 200-500 mm f/5.6 forme le meilleur objectif pour la photo d’oiseaux pour les reflex Nikon. 


Sony FE 200-600mm f/5.6-6.3 G OSS

Monture: Sony FE | Stabilisation : oui | Diamètre de filetage : 95 mm | Dimensions (DxL): 112 x 318 mm | Poids: 2,115 g

Cet objectif Sony FE 200-600mm f/5.6-6.3 G OSS est le modèle offrant la plus longue focale pour les appareils hybrides Sony. Son système autofocus permet de suivre et de capturer tout type de sujet en mouvement, y compris les oiseaux les plus agiles. La stabilisation d’image optique peut fonctionner selon trois modes distincts : un premier pour les photos statiques, un second pour les photos panoramiques et un troisième qui applique uniquement la stabilisation lors de l’exposition. Cette dernière assure une visualisation plus fluide et plus confortable pour le suivi de sujets rapides. En outre, le Sony FE 200-600mm f/5.6-6.3 présente également l’avantage d’adopter un système de zoom interne, de sorte que sa longueur reste inchangée, peu importe la focale employée. L’équilibre de l’objectif est ainsi renforcé. 

Avec ses 24 éléments optiques, dont 5 lentilles ED (Extra-low Dispersion) et un revêtement Nano AR, cet objectif Sony pour prendre en photo les oiseaux offre une très bonne gestion des aberrations chromatiques et reflets. Sans être extrême, le vignettage est visible à pleine ouverture à 600 mm, mais celui-ci disparaît facilement en fermant le diaphragme. La résolution est quant à elle assez impressionnante pour un tel objectif. Entre 200 et 400 mm, la netteté est excellente au centre dès f/5,6 et correcte sur les bords. À noter que la douceur de ces derniers reste constante, même en fermant le diaphragme. À 600 mm, la netteté du centre est toujours impressionnante, mais la netteté des bords est encore réduite. Ouvrir à f/8 harmonise un peu l’ensemble. Globalement, même si le Sony FE 200-600mm f/5.6-6.3 G OSS n’est pas un objectif parfait, il reste l’une des options les plus fiables pour profiter d’une plage focale aussi étendue avec un hybride Sony. Il est ainsi fortement recommandé pour la photo d’oiseaux. 


On arrive à la fin de ce guide et vous savez désormais quel objectif pour la photo d’oiseaux choisir en fonction de vos besoins et de votre budget. N’hésitez pas à laisser un commentaire dans l’espace ci-dessous si vous avez d’autres questions ou si vous souhaitez obtenir de plus amples informations sur d’autres objectifs. 

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à vous abonner à la newsletter pour être informé lors de la publication des prochains sujets et pour recevoir gratuitement votre livre photo

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *