Quel mode autofocus choisir pour son appareil ?

Les appareils photo modernes disposent de très nombreux modes autofocus, tous plus performants les uns que les autres. Il n’est cependant pas toujours facile de bien comprendre ces divers modes de mise au point automatique et de savoir quel est le plus approprié au sujet à capturer. Pour mieux comprendre, vous allez découvrir dans ce guide le fonctionnement de chaque système de mise au point afin de déterminer facilement quel mode autofocus choisir en fonction du sujet et de vous assurer de capturer des images nettes dans toutes les situations. 

Autofocus ou mise au point manuelle ? 

Un sujet est mis au point lorsqu’il apparaît net sur l’image. Pour ce faire, votre appareil photo numérique peut se focaliser automatiquement sur le sujet à l’aide des modes autofocus, mais vous avez également la possibilité de réaliser manuellement cet ajustement à partir de la bague dédiée implantée le fût de l’objectif. Cette mise au point manuelle vous confère plus de contrôle pour ajuster minutieusement la zone de focalisation. Cela peut être pratique lorsque la profondeur de champ est réduite comme en macro, mais également dans des conditions lumineuses difficiles où l’autofocus peut ne plus fonctionner correctement. À ce titre, la mise au point manuelle est notamment la plus efficace pour de l’astrophotographie. Ce mode de mise au point est cependant plus long à mettre en œuvre et ne convient pas toujours à des sujets en mouvement rapide. Il y a alors un risque de passer à côté du moment opportun. C’est donc là que la mise au point automatique entre en jeu. L’autofocus est en effet capable de se concentrer beaucoup plus rapidement sur le sujet et parfois même de le suivre en temps réel, en fonction du mode activé. 

La mise au point automatique est à privilégier pour des sujets en mouvement.

AF à détection de contraste vs AF à détection de phase 

Avant même de sélectionner le mode autofocus, les performances de la mise au point automatique sont impactées par le type de collimateurs dont votre appareil est équipé. Concrètement, les appareils numériques modernes reposent sur différents logiciels et matériels. De plus en plus, on trouve des collimateurs à détection de phase qui exploitent un réseau de microlentilles pour la mise au point. Lorsque la lumière traverse ces lentilles, elle est divisée en une paire d’images. La distance entre ces images est alors mesurée pour déterminer à quelle distance se trouve le sujet. L’appareil transmet ensuite cette information à l’objectif pour qu’il déplace en conséquence le groupe de lentilles dédié à la mise au point. L’autofocus à détection de phase se montre très rapide et idéal pour suivre des sujets en mouvement. 

Le deuxième type d’autofocus est la mise au point par détection de contraste. Contrairement au système à détection de phase qui se base sur des composants physiques, la détection de contraste exploite des algorithmes logiciels pour analyser les zones de contraste de l’image. Pour ce faire, l’image est numérisée pour détecter le contraste entre deux zones, puis l’appareil confie à l’objectif de changer la zone de focalisation jusqu’à ce que le sujet soit parfaitement net. En raison de cette méthode de fonctionnement, la détection de contraste est généralement plus lente. Cependant, cette technologie peut se révéler plus fiable et plus précise que l’autofocus à détection de phase lors de la prise de vue dans des conditions de faible éclairage. C’est pour cela que les appareils les plus récents sont souvent équipés des deux systèmes autofocus. Ils peuvent alors basculer entre l’autofocus à détection de phase et de contraste pour s’adapter idéalement à chaque environnement. C’est ce que l’on appelle l’autofocus hybride. Les appareils les plus performants peuvent même utiliser simultanément les deux technologies pour obtenir des résultats encore plus précis et un ajustement plus rapide. 

La mise au point par détection de contraste se montre plus performante dans des conditions de faible luminosité.

Les différents modes autofocus 

Dès l’entrée de gamme, les appareils photo numériques embarquent un grand nombre de modes autofocus. Chaque mode va se montrer plus ou moins efficace en fonction du sujet à photographier. Certains sont ainsi dédiés aux sujets immobiles, tandis que d’autres sont optimisés pour suivre les sujets en mouvement. Alors, quel mode autofocus choisir pour votre appareil photo ? Pour vous assurer de faire le bon choix, passons en revue les modes autofocus les plus courants et les plus indispensables. 

Mode autofocus ponctuel

L’autofocus ponctuel, également appelé AF-S sur les appareils photo Nikon ou AF One-Shot sur les modèles Canon est le plus simple à utiliser. Lorsque vous appuyez à mi-course sur le déclencheur ou sur le bouton AF-ON dédié, votre appareil photo effectue la mise au point et la verrouille à la distance où se trouve le sujet de l’image placé sur le collimateur ou le groupe de collimateurs actifs. Ces collimateurs AF qui effectuent la mise au point s’affichent en rouge et un bip se fait généralement entendre. Tant que vous restez appuyé à mi-course sur le déclencheur, la mise au point est conservée au même endroit, même si le sujet ou l’appareil bouge. L’avantage de ce mode réside dans sa simplicité. Cependant, si l’appareil ou le sujet se déplace, la zone de focalisation ne sera plus correcte. Il est donc préférable de choisir ce mode autofocus pour des sujets immobiles, comme du paysage, des portraits statiques ou encore de l’architecture, par exemple. 

Le mode autofocus AF-S est destiné aux sujets immobiles comme du paysage, des portraits statiques ou de l’architecture. 

Mode autofocus continu 

Un autre mode autofocus embarqué sur tous les appareils reflex et hybrides modernes est la mise au point en continu, aussi appelée mode AF continu, AF-C ou AI Servo. Ce mode est à utiliser pour de la photo de sport, d’animaux sauvages et pour les actions rapides, où les sujets sont en mouvement perpétuel. Le mode AF-C se base sur des algorithmes de suivi propres à chaque marque et modèle d’appareil. Les systèmes les plus performants réalisent des calculs complexes et tirent parti de l’intelligence artificielle et de l’apprentissage en profondeur pour analyser et prédire les déplacements du sujet. Outre le suivi du sujet, ce mode présente également l’avantage de réajuster la zone de focalisation si vous bougez. Par conséquent, tant que vous conservez le déclencheur enfoncé à mi-course ou le bouton AF dédié (si vous en avez un), le système autofocus va suivre et ajuster en temps réel la zone de focalisation pour que le sujet soit toujours net. 

L’autofocus continu garantit une mise au point toujours optimale avec les sujets en mouvement. 

Mode autofocus hybride

Vous pouvez également trouver sur votre appareil photo un mode hybride, nommé AF Auto, AF-A ou encore AI Focus AF. Celui-ci correspond au mode de mise au point automatique activé par défaut sur la majorité des appareils photo d’entrée et de milieu de gamme. Il présente la particularité de pouvoir basculer de manière automatique entre les modes AF-S (autofocus ponctuel) et AF-C (autofocus continu). Pour ce faire, l’appareil analyse la scène afin d’exploiter le mode le plus approprié. Si aucun sujet en mouvement n’est détecté, l’appareil utilise le mode AF-S, tandis que si le sujet bouge, il bascule en mode AF-C. Vous n’avez ainsi pas à vous contrarier du mode autofocus à choisir, car l’appareil le fait à votre place. Dans la majorité des situations, ce fonctionnement hybride se montre relativement efficace. En revanche, si le sujet de l’image se met à bouger soudainement, l’appareil sera plus lent à faire la mise au point que si vous étiez directement en mode continu. De plus, le mode autofocus hybride est généralement absent des appareils professionnels, car il est considéré comme plus utile pour les photographes débutants. 

L’autofocus hybride analyse la scène pour activer le mode le plus adapté au sujet à capturer. 

Sélection de la zone autofocus 

Après avoir sélectionné le mode autofocus le plus adapté à votre scène et sujet, vous pourriez vous confronter à d’innombrables autres options, avec généralement le choix sur la manière dont l’appareil photo choisit les collimateurs de mise au point ou les zones dans lesquelles la mise au point sera effectuée. Pour ce faire, chaque appareil dispose de modes spécifiques en fonction de son nombre de collimateurs, mais voici les principales options que vous trouverez sur chaque modèle. 

Zone autofocus automatique 

Dans ce mode nommé “AF zone automatique” sur les appareils Nikon ou “Sélection automatique du collimateur autofocus” sur les modèles Canon, l’appareil détecte le sujet et sélectionne le point AF de manière automatique. En fonction de ce que vous photographiez, l’appareil sera ainsi capable de choisir automatiquement le sujet sur lequel il doit se concentrer. Même sur les appareils d’entrée de gamme, ce mode s’appuie sur des algorithmes complexes pour identifier précisément le sujet le plus important de l’image. Par exemple, lorsqu’il détecte les tons de la peau d’une personne dans l’image, il va se concentrer automatiquement sur eux. Si plusieurs personnes sont présentes dans le cadre, il se concentrera sur celles qui sont les plus proches de vous. Lorsqu’aucune personne n’est détectée, l’appareil va se focaliser sur l’élément le plus proche, le plus massif ou le plus contrasté dans le cadre. Par conséquent, il y a un fort risque avec ce mode de sélection que l’appareil effectue la mise au point sur un sujet non désiré. Nous déconseillons donc l’emploi de ce mode lorsque vous souhaitez vous assurer de la bonne netteté du sujet. 

Le mode AF zone automatique l’appareil détecte le sujet et sélectionne le point AF de manière automatique.

Zone autofocus dynamique 

Avec la zone autofocus dynamique, également nommée AF Dynamique chez Nikon ou Extension du point AF sur les appareils Canon, vous définissez un collimateur autofocus spécifique sur lequel l’appareil devra initialement réaliser la mise au point. Cependant, une fois la mise au point réalisée sur ce collimateur, si votre sujet se déplace, l’appareil photo va exploiter les collimateurs environnants pour suivre le déplacement du sujet et le conserver dans la zone de mise au point. Par conséquent, le mode de zone AF dynamique fonctionne particulièrement bien pour de la photo de sport ou animalière, avec des sujets en mouvement rapide ne vous permettant pas de conserver un unique point de focalisation. Pour un contrôle accru, de nombreux appareils vous permettent de sélectionner le nombre de collimateurs de mise au point environnants à activer. Par exemple, l’appareil Nikon D850 permet de choisir entre 9, 25, 72 ou 153 collimateurs en mode de zone AF dynamique. Par conséquent, si vous ne devez suivre le sujet que sur une petite partie de la scène, vous pouvez choisir seulement 9 collimateurs, tandis qu’avec un sujet susceptible de se déplacer sur l’image entière, vous pouvez choisir les 153 collimateurs. 

La zone autofocus dynamique est idéale pour les sujets en mouvement.

Zone autofocus unique 

Lorsque vous sélectionnez la zone autofocus “point unique” sur Nikon ou “collimateur AF manuel” sur Canon, l’appareil photo ne va exploiter qu’un unique collimateur que vous choisissez vous-même. Chaque modèle d’appareil vous offrira un choix plus ou moins vaste de collimateurs. Les modèles les plus complets vous permettent également d’ajuster ce point à partir d’un joystick dédié ou directement à partir de l’écran tactile. Sur un appareil d’entrée de gamme, vous pouvez donner la priorité au collimateur central, car c’est généralement le plus rapide et le plus précis. Si votre sujet se trouve sur le côté, effectuez la mise au point avec le collimateur central, puis conservez le déclencheur enfoncé à mi-course pour verrouiller la mise au point le temps de recomposer l’image. L’utilisation du mode de zone AF à point unique se révèle une bonne alternative à la mise au point manuelle pour des paysages (lorsqu’il n’y a pas de vent), de l’architecture ou d’autres sujets fixes. En revanche, si un sujet est susceptible de bouger dans le cadre, la zone autofocus dynamique sera plus performante. 

La zone autofocus “point unique” vous permet de sélectionner manuellement un unique collimateur.

Comment utiliser l’autofocus dans la pénombre ? 

Dans des conditions de faible éclairage, le système autofocus de votre appareil risque de ne plus fonctionner correctement. L’objectif risque alors de tourner en boucle et sans succès, à la recherche d’une zone de focalisation. Dans cette situation, il peut être intéressant d’activer l’option AF-Assist ou aide à la mise au point dans les paramètres de votre appareil photo. Lorsque cette fonction est enclenchée, l’appareil va émettre une lumière orange quand vous appuyez sur le déclencheur afin d’optimiser la détection du sujet par le système autofocus. Cela n’est cependant pas la solution miracle, car cet assistant fonctionne uniquement avec le mode autofocus AF-S. L’éclairage a également une portée limitée, ce qui implique d’être situé à moins de 3 mètres de sujet. Pour étendre celle-ci, certains flashs peuvent également être utilisés comme éclairage autofocus. 

À lire : comment effectuer la mise au point de nuit ? 

Nous espérons que cet article vous aidera à mieux comprendre l’autofocus de votre appareil photo. Vous pouvez laisser un commentaire dans l’espace ci-dessous pour toute question ou si vous ne savez toujours pas quel mode autofocus utiliser. 

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à vous abonner à la newsletter pour être informé lors de la publication des prochains sujets et pour recevoir gratuitement votre livre photo.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *