Numériser ses négatifs et diapositives

Si vous êtes tombés sur de vieux cartons oubliés remplis de centaines, voire de milliers de négatifs et de diapositives qui prennent la poussière depuis des années ou que vous pratiquez toujours la photographie argentique, la meilleure solution pour redonner une nouvelle jeunesse à vos photos est sans aucun doute de les numériser. Vous obtiendrez alors des fichiers que vous pourrez par la suite imprimer, partager sur les réseaux, retoucher et archiver. Pour ce faire, la meilleure solution est d’utiliser un scanner.

Cependant, la plupart des scanners que nous avons tous chez nous ne sont pas fonctionnels avec ce type de document et seul un scanner spécifiquement conçu pour numériser des négatifs et des diapositives sera apte à fournir des fichiers de qualité. Par contre, il existe une grande variété de scanners pour négatifs et tous les modèles ne se valent pas. Les plus basiques seront simplement utilisables pour partager vos photos sur internet, alors que les plus sophistiqués vous permettront de créer des fichiers en ultra haute définition, pouvant par la suite être utilisé pour des tirages d’art en très grand format.

Le but de cet article est de vous aider à définir vos besoins et d’éclaircir les différentes caractéristiques que doit avoir un bon scanner afin de trouver le modèle qui sera adapté à vos besoins. À la fin de cet article, vous trouverez également un petit guide des meilleurs scanners pour négatifs et diapositives actuellement disponibles sur le marché.

 

 

Choisir un scanner adapté à vos besoins :

 

Avant d’étudier les critères indispensables que doit avoir un bon scanner, il est important de définir vos propres besoins. En effet, le choix d’un scanner pour négatif doit se faire au cas par cas. Suivant l’utilisation future de vos photos numérisées, il ne sera pas forcément nécessaire d’investir dans un scanner cher. Au contraire, un scanner milieu de gamme sera parfois plus adapté. Vous pouvez ainsi commencer par vous poser trois questions qui permettront d’effectuer une présélection :

 

  • Quel est le format de vos photos ? 

Le premier paramètre à prendre en compte est le format de vos négatifs et diapositives. Si vous souhaitez uniquement numériser des pellicules en 35 mm, la plupart des scanners seront capables de scanner cette taille de film. En revanche, si vous avez différents types de formats comme du moyen format ou du grand format, il faudra faire attention à ce que le scanner choisit soit compatible avec tous ces supports. La plupart des scanners premiers prix peuvent numériser qu’un seul format et il faudra alors monter en gamme pour obtenir une plus grande variété de documents.

 

  • Quel est le volume à numériser ?

Le volume de photos que vous avez à numériser est également un élément important à prendre en compte. Si vous n’avez que quelques photos à numériser, un scanner premier prix avec numérisation individuelle sera largement suffisant, mais si vous avez des cartons entiers remplis de milliers de négatifs, il faudra monter en gamme pour avoir un modèle qui permet la numérisation par lots de plusieurs photos par le biais d’une seule commande. Vous gagnerez ainsi énormément de temps et éviterez les prises de tête.

 

  • Que comptez-vous faire avec vos scans ?

Ensuite, le troisième critère à prendre en compte est l’utilisation future que vous souhaiterez faire de vos scans. Recherchez-vous simplement à créer des versions numériques de vos anciennes photos pour les partager sur les réseaux sociaux et les archiver ou souhaitez-vous faire tirer vos photos en grand format ? Définissez bien à l’avance ce critère, car il sera l’un des plus déterminants dans le choix de votre scanner.

 

 

Les critères indispensables d’un bon scanner : 

 

  • La résolution de numérisation :

Comme évoqué plus haut, le choix de la résolution va se faire en fonction de l’utilisation que vous souhaitez faire de vos scans. Cette résolution est indiquée en DPI (points par pouce), mais attention le nombre de DPI est un véritable argument marketing pour les fabricants qui n’hésitent pas à en abuser. En effet, vous trouverez de nombreux scanners avec 8000 ou 9000 Dpi, mais cette résolution correspond dans certains cas à la résolution du matériel et non de l’optique. Cela signifie que si l’optique est de mauvaise qualité, la résolution finale de la photo sera inchangée par rapport à un scanner moins défini mais avec une bonne optique. À titre de comparaison, cela revient à monter un objectif de mauvaise qualité sur un appareil photo équipé d’un capteur de 50 Mpx. Les données exif indiqueront que les photos sont en haute définition, alors qu’en réalité elles seront floues et manqueront considérablement de détails.

Je vous conseille donc de toujours vérifier si la résolution donnée correspond à la résolution du capteur (parfois notée résolution matérielle) ou à la résolution optique.

 

Si vous souhaitez acheter un scanner dans le but d’imprimer vos négatifs, il faudra utiliser la formule ci-dessous pour connaître la résolution de numérisation nécessaire :

 

Résolution du scanner  = 300 x rapport d’agrandissement

 

Dans cette formule, le nombre 300 correspond à 300 dpi, soit la résolution optimale pour l’impression photo (Valeur à partir de laquelle l’oeil ne perçoit plus aucun pixel à une distance minimale de 25 cm de la photo). Le rapport d’agrandissement correspond à la taille de votre film divisé par la taille de votre tirage.

Pour mieux comprendre, voici quelques exemples pour un film de 24×36 mm :Numériser négatif photo

 

  • La profondeur des couleurs :

La profondeur des couleurs ou profondeur d’échantillonnage est la deuxième caractéristique qui va déterminer la qualité des images numérisées. Ce paramètre correspond à la capacité du scanner à retranscrire les différentes nuances de couleurs. Cette profondeur est mesurée en bits et est généralement indiquée par la somme des trois canaux de couleurs d’une image (rouge, vert et bleu).

Plus le nombre de bits par canal est élevé, plus la gamme de couleurs est large, ce qui permet d’obtenir des images plus nuancées avec des graduations plus fluides entre les différentes teintes. Il est tout de même défini que 24 bits suffisent pour capturer la plupart des tonalités présentes dans une image, mais les scanners modernes peuvent aller jusqu’à 48 bits, soit 16 bits par canal.

 

  • La plage dynamique :

Comme pour un capteur d’appareil photo numérique, la dynamique correspond à la capacité du scanner à capturer des détails dans les scènes contrastées. Ainsi, plus la plage dynamique est élevée, plus le scanner va être à la fois capable d’enregistrer les détails des scènes claires et des scènes sombres. Il est donc important de prendre en compte ce paramètre si vous avez des images à forts contrastes.

Malheureusement, la plage dynamique n’est que très rarement indiquée par les constructeurs, mais vous pourrez parfois trouver la valeur de Dmax. Celui-ci correspond à la quantité de détails que le scanner est capable d’enregistrer dans les parties sombres d’un négatif. Cette densité maximum définit la valeur de gris foncé que le scanner considère comme noir. Ainsi, plus cette valeur est grande, plus la quantité de détails captés dans les zones sombres sera importante. À noter que Dmax s’étant sur une échelle de 0 à 4, où 0 correspond au blanc et à 4 au noir total.

 

  • La réduction de la poussière :

Ce paramètre n’est pas indispensable, mais peut vous aider à faire votre choix entre deux modèles identiques. Cette technologie va supprimer les quelques grains de poussières et rayures qui pourraient se trouver sur vos pellicules et ainsi vous éviter de perdre inutilement du temps à effacer ces défauts dans un logiciel de retouche.

 

 

 

Les meilleurs scanners : 

 

Maintenant que vous avez une vaste idée des caractéristiques dont votre futur scanner devra être muni, voici une petite sélection des meilleurs scanners actuellement disponibles sur le marché.

 

 

Numériser négatif photo

 

 

Formats acceptés: Diapositives et films 35 mm

Résolution: 1800 Dpi

Profondeur de couleur: 24 bits

Dmax: NC

Prix: 55 €

 

 

 

Si vous pratiquez la photographie argentique et que vous voyagez beaucoup, le x8-Scan de Reflecta est le scanner idéal pour vous. Avec ses faibles dimensions de 9 x 10,4 x 16,6 cm, il se glissera dans n’importe quel sac photo, vous permettant de numériser vos photos avec une profondeur d’échantillonnage de 24 bits et d’une résolution de 1800 dpi et ainsi directement partager vos photos sur internet depuis votre lieu de vacances. De plus, cela vous permettra de conserver une copie de vos photos, ce qui pourrait s’avérer utile en cas de pertes ou d’endommagement des pellicules lors d’un passage sous rayon x à l’aéroport. 

 

Voir le Reflecta x8-Scan

 

 

 

 

Numériser négatif photo

 

Formats acceptés: Film 35 mm, diapositives et photographie au format 13×18, 9×13 ou 10×15.

Résolution: 1800 Dpi

Profondeur de couleur: 48 bits

Dmax: NC

Prix: 99 € 

 

 

 

Si vous êtes à la recherche d’un scanner polyvalent avec un bon rapport qualité/prix, le RolleiPDF-S 240 SE est certainement celui qu’il vous faut. Il vous permettra de scanner vos films et vos diapositives avec une résolution de 1800 dpi, ce qui sera amplement suffisant pour partager vos photos sur internet, pour de l’archivage ou encore pour un tirage en 10×15 cm.  

 

Voir le Rollei PDF-S 240 SE 

 

 

 

 

Numériser négatif photo

Formats acceptés: Bande 24 × 36 mm (négatifs/positifs):12 vues
Diapositives 24 × 36 mm (négatifs/positifs) : 4 vues
Film format 120 6 × 22 cm max. (en bande uniquement)

Résolution: 9600 dpi

Profondeur de couleur: 48 bits

Dmax: NC

Prix: 235 €

 

Si vous recherchez un scanner professionnel, le CanoScan 9000F Mark II de Canon est sans aucun doute l’un des plus performants. Il vous permettra de numériser de nombreux formats comme des films en 35 mm, des diapositives ou encore des bandes de 120 films. Le tout avec une excellente résolution de 9600 dpi pour une profondeur de couleur de 48 bits. De plus, le CanoScan 9000F Mark II dispose de puissants systèmes de traitement permettant d’élimer la poussière, les rayures, la décoloration et les grains indésirables.

 

Voir le Canon CanoScan 900F Mark II

 

 

On arrive à la fin de cet article, n’hésitez pas à laisser un commentaire si vous avez d’autres questions.

Si vous avez aimé cet article, vous pouvez vous abonner à la newsletter pour être informé lors de la publication des prochains sujets et pour recevoir gratuitement votre livre photo.

11 pensées sur “Numériser ses négatifs et diapositives

  • 19 août 2018 à 15 h 07 min
    Permalink

    Excellente page! Merci pour les coseilles

    Répondre
  • 9 décembre 2018 à 12 h 03 min
    Permalink

    Merci, c’est très clair.

    Répondre
  • 5 février 2019 à 22 h 13 min
    Permalink

    on se mélange souvent les pinceaux dans le calcul des définitions minimales du scan pour une taille d’impression donnée.
    Cet article est vraiment très pédagogique et très clair pour l’expliquer.
    Bravo

    Répondre
  • 15 février 2019 à 17 h 39 min
    Permalink

    Très bon article, j’ai tout compris, c’est pour dire ! Une petite précision cependant : les algorithmes qui corrigent les poussières sont souvent chronophages. Sur certains scanners, ils peuvent multiplier le temps de scan d’un négatif par 2… à 10. De plus, ils ont tendance à « flouter » les informations graphiques autour de la poussière à supprimer, autrement dit, à dégrader l’image. Il est donc autrement préférable de s’équiper de gants blancs de labo, de nettoyer le côté brillant du négatif avec un chiffon non pelucheux et de la buée. Si vous avez des traces côté émulsion, il existe aussi des solutions (Google est votre ami) trop longues à détailler ici. Enfin, scannez toujours selon la résolution native de l’optique, et jamais plus, ça ne sert à rien (si votre scanner est un 1800dpi, scannez en 1800dpi, et pas en 3600dpi). Comme disent les anglophones, have fun !

    Répondre
  • 30 août 2019 à 14 h 05 min
    Permalink

    Bonjour. Excellent article très clair.
    J’ai néanmoins une question: lorsque je scanne un négatif avec l’un des scanneurs proposés, est-ce que j’obtiens une image numérique « négative » ou « positive » ? Dans le cas d’une image toujours négative, comment faire pour l’exploiter ? par exemple l’imprimer ou l’incorporer dans un album numérique.
    Merci de votre réponse.

    Répondre
  • 28 septembre 2019 à 15 h 13 min
    Permalink

    Article très clair et très pédagogique. Juste une question comment se fait il qu’il n’y ait pas plus de modèles de Scanners dans la dernière partie et notamment l’Epson Perfection V600, qui est parait il une référence?

    Répondre
  • 2 novembre 2019 à 4 h 30 min
    Permalink

    Pour moi, le but de scanner est d’avoir des images exploitables visuellement, pour voir les éventuelles corrections (ou les erreurs de prise de vues)… Et elles serviront pour le stockage et le partage…. Si je veux faire un tirage, je vais chez mon labo avec mon négatif pour lui donner du travail … Sinon, lui aussi finira par disparaître … Déjà qu’ils ne son pas à la joie .

    Répondre
  • 7 novembre 2019 à 15 h 56 min
    Permalink

    Bonjour, merci pour cet article. Le CanoScan 9000F n’étant plus disponible à la vente et quasi introuvable d’occasion, quel scanner équivalent conseillez-vous ? Merci d’avance !

    Répondre
  • 26 novembre 2019 à 15 h 52 min
    Permalink

    Bonjour j’ai numérisé tous mes négatifs 35 mm avec mon Epson V370 sans problème . Hélas j’ai de nombreux négatifs photos en 16mm . Je suis prêt si nécessaire à un nouvel achat mais je ne trouve pas de solutions pour les négatifs photos en 16 mm . Merci de votre attention .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *