Après avoir trouvé un modèle pour vos séances photos ayant accepté de poser pour vous et organisé votre séance, il est maintenant grand temps de se pencher sur comment diriger un modèle.

Voici les 6 étapes que j’utilise lors de mes shooting photos :

 

– Faites connaissance 

Dans un premier temps, j’essaye toujours de briser la glace entre le modèle et moi avant de commencer la séance photo, surtout si c’est la première fois que l’on travaille ensemble. Je prends un petit temps pour discuter et ainsi essayer que le modèle soit le plus naturel possible, moins stressé et ainsi faire ressortir plus d’émotion dans mes photos.

 

– Soyez pédagogue

Expliquez clairement vos attentes pour éviter d’éterniser les séances. Vous pouvez également décrire pourquoi vous avez placé vos éclairages ou vos flashs à cet endroit, expliquez les effets qu’ils auront sur elle afin qu’elle puisse plus facilement se positionner en fonction de cette lumière.

 

– Parlez avec le modèle

J’aime parler avec les modèles tout au long du shooting. Mettez-vous à leurs places, vous êtes dans une situation où vous êtes rarement à l’aise, alors imaginez si vous êtes avec un photographe qui ne décroche pas un mot, vous ne savez pas si ce que vous faites est bien, vous allez trop penser, stresser encore plus et ça va ressortir sur les photos.

 

stressSi vous voyez qu’elle commence à stresser, essayez de la faire rire ou discuter tout simplement de choses banales de façon à faire oublier quelques instants l’objectif. Vous obtiendrez ainsi des émotions plus naturelles. Vous pouvez aussi mettre un peu de musique en fond sonore.

 

 

 

– Soyez observateur 

Que ce soit au niveau de la lumière, une mèche mal placée,  le stress du modèle qui ressort trop, une épaule mal placée, un élément du décor qui gène, il y a tant de petit détail qui pourrait ruiner un cliché. Votre travail est d’analyser et de corriger tous ces petits détails avant qu’ils ne viennent ruiner votre photo.

 

 

– Déclenchez beaucoup 

Je m’entends souvent dire de la part d’autre photographe «si tu photographies beaucoup, c’est que t’es un mauvais photographe», mais ils peuvent me charrier tant qu’ils veulent car j’estime que l’époque des pellicules est passée, alors pourquoi se priver du doux bruit du déclencheur quand chaque photo ne nous coûte pas plus cher.

À force de trop chercher le moment parfait pour déclencher, on finit  par manquer un bon nombre de bonnes photos. Certaines expressions naturelles passent tellement rapidement qu’on n’a pas toujours le temps de parfaitement cadrer ou de parfaitement maîtriser ses réglages, il faut capturer cette expression avant qu’elle ne disparaisse. Je préfère largement une photo techniquement imparfaite mais avec une superbe expression, plutôt qu’une photo techniquement parfaite mais avec une émotion toute plate. D’autant plus que bon nombre de défauts sont rectifiables en post production si vous photographiez en .RAW.

1

4

 

 

 

 

 

3

 

 

 

 

Faites plusieurs séries en vous rapprochant, reculant, en changeant de cadrage…d’où l’intérêt d’utiliser une focale fixe pour être plus mobile.

 

 

 

 

 

 

Attention de ne pas non plus tomber dans l’excès en vous mettant en mode rafale où là je n’appelle plus vraiment ça être photographe.

 

 

– Ne faites pas des séances trop longues.

 

Rien de pire qu’une séance qui s’éternise pour le modèle, surtout si vous lui faites faire des poses douloureuses. Il n’y a pas de règles précises, mais je fais toujours des séances de 1 à 3h maximum (sans compter le trajet). J’ai constaté au fil des séances qu’un shooting se comporte selon 3 phases :

 

– l’échauffement

Les premières photos d’un shooting sont rarement exceptionnelles. Le modèle n’est pas encore rentré dans son rôle, l’atmosphère n’est pas encore totalement détendue et l’on se comprend rarement sur les poses du premier coup.

 

– le bon moment

Lorsque le modèle aura complètement réussi à rentrer dans le rôle et sera plus à l’aise avec vous, ce sera le moment de faire chauffer votre appareil photo. Vous obtiendrez les meilleurs clichés à ce moment de la séance.

N’hésitez pas à faire des poses pour le bien de votre modèle et n’en refuser jamais une si l’on vous le demande.

 

– la fin de séance

En fin de séance, le modèle commencera à fatiguer et parfois à s’impatienter, surtout si ça fait 3h que vous lui demandez de se tordre dans tous les sens. Il sera beaucoup plus difficile d’obtenir de vraies émotions dans vos clichés. Inutile de s’obstiner, le travail qui en résultera ne sera pas de qualité pour vous deux.