Comment photographier des natures mortes ?

La photo de nature morte est un genre directement emprunté au monde de la peinture et qui remonte aux plus lointaines origines de la photographie. Au fil des siècles, de nombreux photographes ont perfectionné le style et la photographie de nature morte est devenue un art à part entière. La nature morte se concentre cependant sur des sujets généralement ordinaires qui impliquent un véritable défi pour rendre l’image intéressante. Il devient indispensable d’expérimenter différents arrangements, éclairages, compositions et réglages pour donner vie à ces sujets inanimés. Ces difficultés assurent en revanche d’acquérir de nouvelles compétences et de renforcer votre vision artistique. Découvrez ainsi toutes les techniques de la photo de nature morte. 

Qu’est-ce que la photo de nature morte ? 

La nature morte est un genre conceptuel initialement attribué à la peinture, avec des toiles qui représentent le plus souvent des coupes de fruits ou des fleurs dans un vase. De grands noms comme Jan Davidz de Heem, Jacob Van Es ou encore Paul Cézanne ont popularisé le genre. Vincent Van Gogh s’est également laissé convaincre plus d’une fois à ce genre, que ce soit pour ses tableaux de roses ou de tournesols. Les toiles de nature morte de ces artistes ont toutes en commun de peindre des sujets inanimés et de la vie courante. Cela peut inclure à la fois des éléments artificiels comme des vases, des tissus ou des produits quotidiens, mais également des objets naturels comme des plantes, de la nourriture ou des coquillages, par exemple. La nature morte présente l’avantage majeur d’offrir une liberté totale sur l’agencement et la composition de la scène. La photographie de nature morte repose sur la même philosophie en mettant l’accent sur la disposition des objets, la qualité de l’éclairage et le cadrage. Cela en fait un excellent genre photographique pour expérimenter, analyser la manière dont différents types de lumière affectent la scène et contrôler entièrement chaque aspect de votre photo. La photographie de nature morte assure ainsi de développer votre créativité pour devenir un meilleur photographe. 

La nature morte consiste à créer des compositions artistiques et attrayantes à partir d’objets et inanimés. 

La lumière pour la photo de nature morte 

La lumière naturelle est généralement l’éclairage privilégié en photographie de nature morte. Cette source présente l’avantage d’être gratuite et de nécessiter une mise en œuvre plus simple. Elle forme donc une excellente solution pour débuter et vous entraîner. Pour ce faire, placez une table ou la surface sur laquelle vous allez travailler près d’une fenêtre en prenant soit de mettre en place un diffuseur comme des rideaux blancs. Ces derniers permettent d’adoucir la lumière et de la rendre plus uniforme. Des réflecteurs peuvent compléter harmonieusement votre éclairage pour renvoyer une partie de la lumière sur le sujet et adoucir les ombres. Vous pouvez opter pour des réflecteurs blancs pour une balance neutre ou des réflecteurs dorés pour apporter de la chaleur à l’image. Souvent, il sera tout de même préférable de laisser quelques ombres. En photo de nature morte, ces dernières sont aussi importantes que la lumière. Elles apportent du contraste, de la profondeur et renforcent la dynamique de la scène. 

La lumière naturelle offre un éclairage doux et flatteur pour la nature morte. 

La photo de nature morte peut également se réaliser à l’aide d’un éclairage artificiel. Dans certaines conditions, vous n’aurez par ailleurs d’autres solutions que d’utiliser une source artificielle. Cette dernière offre une plus grande flexibilité pour moduler la scène de manière plus stricte et réfléchie. Pour maximiser le rendu, utilisez une softbox comme la Godox SFUV8080 afin d’obtenir un éclairage diffus et doux, que ce soit avec un flash cobra ou un flash de studio comme le Godox AD600 TTL. Bien qu’il n’existe pas de règle prédéfinie, vous obtiendrez souvent les meilleurs résultats avec un éclairage principal disposé sur le côté gauche du sujet et un réflecteur prenant place en face. Cette configuration très simple à mettre en œuvre offre un rendu séduisant avec la plupart des photos de nature morte. Si vous désirez capturer des éléments translucides comme des vases ou des objets en cristal, vous pouvez également exploiter un rétroéclairage pour apporter de la brillance. Conservez cette source assez faible pour ne pas réduire les détails de la scène. 

En studio, vous pouvez photographier une nature morte avec un flash disposé sur le côté, face à un réflecteur. 

L’objectif pour la nature morte 

Il est techniquement possible de prendre des photos de nature morte avec tout objectif. Cependant, certaines optiques et focales se montrent plus adaptées à ce style photographique. Premièrement, il est nécessaire d’opter pour votre objectif le plus net possible afin de faire ressortir du mieux possible les textures et détails des différents éléments employés dans les natures mortes. Pour maximiser cette netteté, il est préférable d’opter pour des objectifs à focale fixe. Ces derniers sont plus nets que les zooms et souvent plus abordables. La focale présente également un impact significatif sur le rendu de l’image. Le plus souvent, on privilégie un objectif de 50 mm en équivalent plein format, car celui-ci offre des proportions naturelles et une image sans distorsion. Ainsi, des modèles comme les Sony FE 50mm f/1.8, Canon EF 50mm f/1.8, Fujifilm Fujinon XF 50mm f/1.0, Nikon Z 50mm f/1.2 et Sigma 50 mm f/1,4 forment d’excellentes solutions pour réaliser de sublimes photos de nature morte. 

Idéal pour la photographie de nature morte, l’objectif Sigma 50 mm f/1,8 capture des images détaillées et aux proportions naturelles. 

Bien évidemment, le 50 mm n’est pas l’unique objectif que vous pouvez utiliser en photo de nature morte. Un petit téléobjectif d’une focale comprise entre 75 et 125 mm peut notamment aider à photographier la scène en plus gros plan lorsque vous effectuez une nature morte avec de plus petits sujets. Lorsque vous travaillez avec ces objectifs, prenez soin de conserver une composition moins encombrée, car la perspective sera compressée, pouvant alors donner l’impression que l’image est surchargée. Enfin, évitez les focales grand angle, car dans la photographie de nature morte, les sujets ne prennent généralement pas beaucoup de place. Vous auriez donc besoin de recadrer l’image ou de vous rapprocher, risquant alors d’engendrer de la distorsion. 

Le trépied en photo de nature morte 

En dehors de l’objectif et d’éventuelles lumières, l’unique accessoire dont vous avez besoin pour la photo nature morte est un trépied. La plus belle photo de nature morte peut en effet nécessiter plusieurs heures de travail, que ce soit pour ajuster le cadrage, la composition ou encore la lumière et les réglages. Il est ainsi préférable d’installer votre appareil à un emplacement fixe pour y effectuer les réglages, puis ajuster certains éléments de composition après quelques photos d’essai. Parfois, un simple changement de quelques millimètres entre deux éléments peut faire une grande différence à l’image. Vous devez également essayer plusieurs configurations d’éclairages et de réglages. Tout cela est plus facile avec un trépied qui assure à votre appareil de rester à la même position. Enfin, le trépied vous permettra également d’utiliser de plus longues vitesses d’obturation pour assurer une exposition correcte lorsque la lumière ambiante est faible. 

Un trépied vous permet d’effectuer d’infimes ajustements de composition ou de réglages pour perfectionner votre image. 

L’emploi d’un trépied ne doit pas signifier que votre appareil restera fixé à la même position durant toute la séance. Après avoir obtenu quelques résultats satisfaisants, déplacez le trépied et son appareil pour expérimenter de nombreux cadres et découvrir de nouvelles perspectives. Ainsi, vous pourrez capturer le sujet sous tous ses angles, maximisant ainsi vos chances d’obtenir l’image parfaite. Pour une scène à plat, vous pouvez utiliser un trépied avec une colonne centrale escamotable afin de placer directement l’appareil au-dessus du sujet. Vous pourrez ainsi apporter une perspective unique et nouvelle à vos photos. 

Un trépied équipé d’une colonne escamotable assure de capturer le sujet sous de nouveaux angles et d’obtenir des photos uniques. 

Quels sujets pour la nature morte ? 

Il n’y a pas de règle absolue sur les sujets à photographier en nature morte. Recherchez dans votre maison les éléments qui retiennent votre attention et qui peuvent déboucher sur une composition intéressante. Il est indispensable que les éléments de l’image vous parlent. Ne vous sentez donc pas obligé de photographier des fruits ou des fleurs simplement parce que tout le monde le fait. N’hésitez pas à sortir des sentiers battus, sans pour autant être trop ambitieux au départ. Soyez toujours à l’affût de nouveaux objets, même lorsque vous êtes à l’extérieur de la maison. Vous pouvez ramener les éléments qui attirent votre attention pour les photographier dans un contexte de nature morte. Essayez de les mélanger, de combiner des objets de formes, de couleurs et de textures différentes, puis réfléchissez à ce que vous pouvez faire. Pour plus de simplicité, évitez dans un premier temps les surfaces brillantes et réfléchissantes comme le verre, le cristal ou le métal. Ces éléments sont assez difficiles en ce qui concerne l’éclairage. 

Il est possible d’intégrer tous les sujets qui retiennent votre attention dans vos photos de nature morte. 

La composition de nature morte 

Après l’éclairage, la composition est l’élément le plus important en photo de nature morte. C’est en grande partie grâce à cette dernière que vous allez pouvoir donner vie et apporter de l’intérêt à des sujets ordinaires et inanimés. Une bonne connaissance des différentes règles de composition et de l’impact de chacune d’entre elles est donc indispensable. Étudiez par exemple la manière dont la règle des tiers, le nombre d’or ou les nombres impairs peuvent s’appliquer à l’image pour créer une composition plus forte. Assurez-vous d’éliminer toute distraction pour ne laisser à l’image que le sujet et l’arrière-plan. Il est également indispensable de varier la composition tout au long de la séance pour capturer des images uniques à chaque déclenchement. Réfléchissez à la zone précise de l’image où vous désirez que le regard du spectateur se pose. Souhaitez-vous créer un espace négatif autour du sujet ou plutôt remplir le cadre ? Enfin, quels éléments pouvez-vous mettre en place pour introduire un contexte et une histoire à travers une banale photo de nature morte ? Vous pouvez vous aider du livre l’art de la composition photo pour apprendre à composer vos images comme les plus grands maîtres. 

Expérimentez différentes compositions et effectuez d’infimes ajustements pour assembler les éléments de manière harmonieuse et visuellement attrayante. 

Quel arrière-plan pour la nature morte ? 

Après avoir sélectionné le sujet et entamé la composition de la scène, il est important de choisir l’arrière-plan de votre image. Étant donné que les photos de natures mortes ne retranscrivent généralement qu’une petite scène, vous pouvez utiliser pratiquement tout élément pour créer l’arrière-plan. Vous pouvez le fabriquer à partir de planches, d’une toile peinte, de draps noirs ou encore de feuilles imprimées. Des éléments déjà en place comme un meuble en bois, un mur de briques ou un mur peint forment des solutions encore plus simples à utiliser. Dans tous les cas, il est préférable d’opter pour un arrière-plan avec des couleurs neutres pour qu’il n’interfère pas avec votre sujet et ne détourne pas l’attention du spectateur. Les couleurs doivent aussi se coordonner avec le sujet et le thème de votre nature morte. En cas de doute sur la couleur, optez pour une teinte neutre comme du blanc, du beige ou du noir. 

Optez pour un arrière-plan neutre qui met en valeur ou complète harmonieusement le sujet. 

Conclusion 

Vous connaissez désormais toutes les astuces et techniques pour photographier des natures mortes. Ce genre, qui remonte aux prémices de la photographie, présente l’indéniable avantage de se pratiquer avec peu de matériel et avec tout élément qui vous inspire. Le plus important en photo de nature morte est de toujours expérimenter, d’effectuer d’innombrables ajustements de la scène et d’explorer de nouveaux horizons pour sortir des sentiers battus et obtenir des images uniques et vivantes d’objets ordinaires. Un véritable défi qui vous rendra plus créatif que jamais.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à vous abonner à la newsletter pour être informé lors de la publication des prochains sujets et pour recevoir gratuitement votre livre photo

Partager cet article

2 pensées sur “Comment photographier des natures mortes ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *