Si je vous donne le nom d’un objectif Sigma, par exemple le «Sigma 24-105 mm F4 DG OS HSM ART»  il est difficile de comprendre immédiatement les technologies embarquées dans cette optique. Les marques aiment utiliser toutes sortes d’abréviations et de sigles pour nommer leurs technologies et les objectifs Sigma ne font pas exception à la règle. 

Dans cet article, nous allons voir en détail les différentes abréviations, sigles et technologies utilisées pour décrire les objectifs Sigma.

 

Compatibilité plein format ou APS : 

Les objectifs Sigma sont divisés en trois gammes, chacune compatible avec un type de capteur particulier. Ensuite, chaque objectif est divisé en différentes montures pour assurer la compatibilité avec les différentes marques d’appareils photo.

 

DG : Objectifs pour capteur 24×36 et APS-C 

abréviation objectif Sigma

 

 

Les objectifs Sigma DG couvrent le format 24×36. Ils peuvent donc être montés sans problèmes sur un reflex à capteur APS-C ou plein format.

 

 

 

 

DC : Objectifs pour capteur APS-C 

abréviation objectif Sigma

 

 

Les objectifs Sigma DC sont optimisés pour les reflex numériques disposant d’un capteur APS-C. Pour des caractéristiques identiques, les objectifs DC sont plus compacts et plus légers que ceux de la gamme DG.

Cependant, cette gamme d’objectifs n’est pas compatible avec les capteurs plein format.

 

 

 

 

DN : Objectifs pour appareil hybride

 

Les objectifs sigma DN sont spécifiquement conçus pour les appareils hybrides Sony-e (capteur APS-C) et Micro 4/3.

abréviation objectif Sigma

 

Cette récente gamme n’est cependant pas encore très garnie avec seulement 4 optiques de disponibles :

 

 

Les différentes gammes : 

Depuis 2012, tous les objectifs Sigma sont désormais répartis en 3 catégories (Contemporary, Art et Sports). Le but de ces trois catégories est d’aider les photographes dans leur choix, en leur précisant les usages auxquels chaque objectif est le plus adapté.

 

Objectif Sigma Contemporary (C)

La gamme d’optique Sigma contemporary est constituée d’objectifs polyvalents. Disposant des dernières technologies, alliant compacité et haute performance optique, cette gamme couvrira un large éventail de besoins.

Les objectifs de la gamme Contemporary sont essentiellement des Zooms standards, des télézooms et des zooms à forte amplitude.

 

Dans la gamme DG :

abréviation objectif Sigma

 

Dans la gamme DC :

Dans la gamme DN :

 

 

Objectif Sigma ART (A) 

Principalement conçu pour offrir des performances optiques exceptionnelles ainsi qu’une force créative, les objectifs de la ligne ART assurent un degré d’expression artistique imbattable.

Cette ligne d’objectif répond aux attentes des utilisateurs qui privilégient la créativité et la qualité du résultat à la compacité et à la polyvalence. Que ce soit pour du paysage, du portrait, de l’architecture ou encore de la macro, ils sont particulièrement destinés aux prises de vues à finalité artistique.

On retrouvera dans cette gamme des objectifs d’exception à grande ouverture, des objectifs grands angulaires et ultras grands angulaires, des objectifs macro, des objectifs fish-eyes, et bien plus.

 

Dans la gamme DG : 

Dans la gamme DC :

Dans la gamme DN :

 

 

Objectif Sigma Sport (S)  

les objectifs de la ligne Sports sont destinés à la photo d’action et permettent au photographe de réaliser à tout moment le cliché qu’il souhaite en étant extrêmement précis et réactif.

De par leurs puissances et leurs degrés de performance optique, ces objectifs permettent de photographier les sujets en mouvement (sportifs, avions, trains, voitures) et cela même à grande distance. Ils disposent de nombreuses caractéristiques complémentaires qui facilitent le travail du photographe dans les conditions difficiles. Au-delà de la photographie de sport, ils sont également d’excellentes optiques pour la photographie animalière.

Cette gamme est principalement constituée de téléobjectifs, télézooms, super téléobjectifs et de super télézooms.

abréviation objectif Sigma

 

Dans la gamme DG :

 

 

 

 

 

 

Système de stabilisation : 

 

En photographie, l’une des principales contraintes lorsque l’appareil est tenu à main levée provient du flou de bougé produit par une vitesse d’obturation trop lente.

Chez Sigma, la présence d’un stabilisateur optique est indiquée par le sigle OS (Optical Stabilizer). Cette stabilisation utilise deux capteurs internes qui détectent les mouvements verticaux et horizontaux de l’appareil et activent un groupe optique de stabilisation de l’image qui compense ces vibrations. Certaines optiques possèdent également un deuxième mode dédié aux filés qui corrige uniquement les mouvements verticaux.

Grâce à ce système de stabilisation, il est ainsi possible de gagner de 2 à 4 valeurs de vitesse, soit de pouvoir photographier avec une vitesse de 2 à 4 fois plus lente sans que les photos soient floues. La stabilisation optique est donc fortement utile lorsque vous utilisez votre appareil sans trépied dans des conditions lumineuses difficiles ou avec de longues focales.

Les deux photos ci-dessous ont été prises avec les mêmes paramètres d’exposition. Sur celle de droite, la stabilisation a été désactivée tandis que celle de gauche en a bénéficié. L’efficacité du stabilisateur d’image est visible puisque l’image stabilisée souffre nettement moins du flou du bougé.

 

abréviation objectif Sigma

abréviation objectif Sigma

 

 

 

 

 

 

 

Pour Sony, la stabilisation est compatible avec tous les boîtiers numériques Minolta et Sony. Elle n’est cependant pas compatible avec les appareils argentiques. En revanche, de nombreux appareils Sony possèdent une stabilisation intégrée au boîtier. Si c’est le cas de votre appareil, il ne sera pas nécéssaire d’acheter un objectif stabilisé qui sera dans la plupart des cas plus cher.

Pour Pentax, la stabilisation est compatible avec tous les boîtiers numériques à l’exception des séries *ist et du K100D. Elle n’est une fois de plus pas utilisable avec les boîtiers argentiques.

 

 

Système de motorisation de l’autofocus :

 

HSM (Hyper Sonic Motor )

Les moteurs HSM (Hyper Sonic Motor) sont des systèmes autofocus fonctionnant par ondes ultrasoniques. Ce système permet d’effectuer une mise au point ultra rapide et silencieuseLes objectifs Sigma utilisent deux types de moteurs HSM. Les moteurs HSM en couronne et les moteurs Micro-HSM. Le premier équipe surtout les objectifs à très grande ouverture, les super-téléobjectifs et certains zooms. Le deuxième de taille encore plus petite est habituellement utilisé sur les objectifs les plus compacts. Aussi rapide et silencieux que l’USM en couronne, le Micro-USM présente l’avantage de ne pas imposer de restrictions en ce qui concerne le diamètre des lentilles. Cependant, le Micro-USM ne permet par d’ajuster manuellement la mise au point sans avoir à débrayer l’autofocus, ce qui est en revanche possible avec les moteurs HSM en couronne. 

 

 

RF : Mise au point arrière

Les objectifs comportant la mention « RF » ont une conception de mise au point arrière, ce qui signifie que pendant le fonctionnement de la mise au point, seulement quelques éléments placés derrière les lames du diaphragme sont déplacés (plutôt que tous les éléments). Il en résulte un fonctionnement autofocus potentiellement plus rapide et des éléments avant non rotatifs, ce qui est primordial lorsque l’objectif est utilisé avec des filtres dont l’orientation change leurs effets. 

 

 

IF : Mise au point interne 

Sur les optiques ayant la mention « IF », la mise au point est interne. Cette mise au point interne est similaire à la « RF », mais dans ce cas, plusieurs éléments optiques devant le diaphragme sont déplacés pendant la mise au point (plutôt que tous les éléments). La taille de l’objectif reste constante, mais la distance focale peut changer légèrement lorsque la mise au point s’effectue. 

 

 

 

Correction et traitement contre les défauts optiques :

Avant de connaître les différentes technologies utilisées pour corriger les défauts optiques, il est important de connaître quels types de défauts peuvent rencontrer les lentilles de nos objectifs photo. En voici les trois principaux :

 

  • Les aberrations chromatiques :

Les aberrations chromatiques sont le défaut le plus commun en optique. Il s’agit d’un défaut colorimétrique et impactant le piqué de l’image. Pour mieux comprendre d’où provient ce défaut, intéressons nous de plus près à la lumière.

Dans l’air, la lumière se propage en ligne droite, mais lorsqu’elle est amenée à traverser différents milieux, comme c’est le cas des différentes lentilles d’un objectif, elle se retrouve déviée. Ce phénomène est dû à la variation de l’indice de réfraction du matériau composant les lentilles en fonction de la longueur d’onde de la lumière qui les traverse. On parle alors de dispersion du verre.

 

abréviation objectif
Aberration chromatique latérale sur un zoom Canon EF-S 15-85 mm (bord de l’image à 200 %) ©JPRoche

 

Le problème étant que la lumière blanche est composée d’un large spectre de couleurs différentes ayant chacune leurs propres longueurs d’onde et donc leurs propres indices de réfraction. De par ces indices de réfraction différents, les différentes couleurs ne peuvent pas s’aligner sur la même distance focale, ce qui empêche de pouvoir effectuer la mise au point sur l’ensemble des couleurs du spectre. Pour mieux comprendre, imaginons que la mise au point est effectuée sur le rouge, le bleu est alors flou et l’image d’un objet blanc présente alors sur ses bords une irisation bleutée (visible en zoomant sur l’image).

 

 

 

Il existe ainsi différentes formes de lentilles et traitement permettant d’aligner le mieux possibles les différentes longueurs d’onde.

 

abréviation objectif
Avec 2 lentilles achromatiques, les différentes longueurs d’onde du spectre visible ont a peu près la même distance focale © DrBob
abréviation objectif
Aberration chromatique d’une lentille convergente standard ©Eric Bajart

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Les aberrations géométriques :

abréviation objectif Nikon
Importante déformation en barillet (objectif fish-eye)

 

En optique, les aberrations géométriques correspondent aux distorsions engendrées par certaines optiques, surtout grand-angles. Il en résulte une déformation des bords de l’image dont les lignes verticales se retrouvent soit courbées vers l’extérieur (Distorsion en barillet), soit vers l’intérieur (distorsion en coussinet) , ou encore un mélange des deux (distorsion en moustache).

 

 

 

 

abréviation objectif Nikon

abréviation objectif Nikon

abréviation objectif Nikon

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bien que certains objectifs sont spécifiquement conçus pour créer des distorsions optiques comme c’est le cas des objectifs fish-eyes, il est en revanche nécessaire qu’un objectif standard restitue au mieux la réalité. Même s’il est impossible de supprimer 100% des distorsions, surtout pour les objectifs grand-angles, il existe tout de même quelques innovations afin de les limiter au maximum. C’est par exemple les cas des lentilles asphériques. Pensez donc à vérifier si votre futur optique grand-angle est équipé de ce type de lentille.

 

 

 

  • Les images fantômes :

 

abréviation objectif Nikon

 

 

Une image fantôme est une tache de lumière diffuse apparaissant lorsque le soleil ou toute autre source de lumière forte éclaire la scène. Il en résulte une succession de reflets au niveau des lentilles, ce qui produit une réflexion visible qui apparaîtra sur l’image.

En général, la plupart des optiques actuelles sont recouvertes d’un traitement spécifique pour supprimer ou diminuer selon la qualité du traitement les images fantômes.

 

 

 

 

Maintenant que vous maîtrisez mieux les différents défauts que peuvent rencontrer les optiques, étudions de plus près quelles technologies et ainsi quelles abréviations dont Sigma dispose pour corriger ces contraintes. Toute fois, dans ce domaine les informations à ce sujet ne sont pas toujours communiquées dans la référence de l’objectif. Il faudra le plus souvent se référer aux fiches techniques de l’objectif afin d’étudier ces paramètres de plus près. En voici les plus courants :

 

ASP – Lentilles asphériques

L’emploi de lentilles asphériques permet d’obtenir des optiques de haute performance tout en gagnant en compacité, ce qui est important lors de la construction de téléobjectifs.

Lorsque les lentilles asphériques de Sigma sont montées sur un objectif très grand-angle, elles diminuent fortement les distorsions.

 

APO : Lentilles apochromatiques

abréviation objectif Sigma

 

Les objectifs Sigma Apo sont équipés de lentilles apochromatiques afin de minimiser les aberrations chromatiques et obtenir des images piquées et contrastées.

Sigma utilise différents verres spéciaux dans ses objectifs APO, en particulier le verre SLD (verre spécial à faible dispersion) et le verre ELD (verre à très faible dispersion).

 

 

 

Traitement Super Multi-Layer 

abréviation objectif Sigma
La photo de gauche n’a pas bénéficié du traitement Super Multi-Layer alors que celle de droite en a bénéficié ©Sigma

 

 

Le traitement Super Multi-Layer de Sigma permet de réduire le flare et les lumières diffuses, même à contre-jour. Les images obtenues sont alors très contrastées et ont un piqué homogène sur l’ensemble de l’image, même lorsque le diaphragme est grand ouvert.

 

 

 

 

 

 

On arrive à la fin de cet article et j’espère qu’il vous aidera à déchiffrer les nombreux hiéroglyphes inscrits sur les objectifs Sigma.

Si vous souhaitez avoir plus de détails sur les différentes abréviations, sigles et techniques utilisées par les autres constructeurs, vous trouverez les descriptifs complets ci-dessous.

 

Comprendre les abréviations des optiques Canon

Comprendre les abréviations des optiques Nikon

Comprendre les abréviations des optiques Sony

Comprendre les abréviations des optiques Tamron

Comprendre les abréviations des optiques Pentax

Comprendre les abréviations des optiques Samyang

 

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à vous abonner à la newsletter pour être informé lors de la publication des prochains sujets et pour recevoir gratuitement votre livre photo.