Qu’est-ce que la plage dynamique en photo et comment l’améliorer ?

Si vous avez déjà dû réaliser des images de scènes contrastées ou en pleine journée, vous savez à quel point il peut être difficile de capturer les détails à la fois dans les zones d’ombres et les hautes lumières de l’image. Il ne s’agit en revanche pas d’un problème d’exposition de votre part, mais d’une limitation de la plage dynamique de votre appareil. Tous les appareils subissent plus ou moins fortement ce phénomène. Comprendre la plage dynamique peut cependant grandement vous aider à la maîtriser pour préserver un maximum de détails. Découvrez comment exploiter toute la plage dynamique de votre appareil grâce à ce guide. 

Qu’est-ce que la plage dynamique ? 

En photographie, lorsque la lumière est trop forte, votre appareil ne pourra pas capturer tous les détails de la scène. Les zones les plus claires seront alors surexposées et transformées en un flou blanc ou alors les zones les plus sombres seront sous-exposées et deviendront d’un noir sans détails. Cela est dû à la plage dynamique de votre appareil. Concrètement, celle-ci est une mesure de la plage d’intensités lumineuses des ombres les plus sombres jusqu’aux lumières les plus étincelantes. Dans des conditions de faible éclairage ou par temps nuageux, la plage dynamique et donc la différence entre la partie la plus sombre et la plus lumineuse de la scène est relativement faible. L’image peut ainsi généralement être exposée correctement en un seul cliché. En revanche, par une journée ensoleillée, cette différence est nettement plus conséquente et peut souvent dépasser la capacité maximale de l’appareil. 

Lorsque la scène est très contrastée, la dynamique des appareils photo est souvent insuffisante pour exposer correctement les hautes lumières et les ombres. 

La plage dynamique en photographie correspond à la plage de luminosité qu’un appareil est capable d’enregistrer en une seule exposition. L’œil humain peut afficher les détails à la lumière avec une plage dynamique généralement comprise entre 20 et 24 IL. Les appareils photo reflex et hybrides les plus performants ne sont en revanche pas capables de dépasser les 15 IL. Même cette valeur reste réservée aux modèles les plus haut de gamme. En général, la majorité des capteurs tournent plutôt autour des 10 IL, soit plus de deux fois moins que l’œil humain. Par conséquent, un appareil photo ne peut pas afficher la même plage dynamique que nos yeux. Le ciel bleu d’une journée ensoleillée que vous percevez clairement peut ainsi devenir une masse blanche surexposée avec votre appareil ou alors le premier plan risque d’être complètement sombre. 

Malgré sa plage dynamique exceptionnelle de 15 IL, le capteur du Sony Alpha 7C ne peut pas concurrencer la sensibilité de l’oeil humain.

La plage dynamique ne signifie cependant pas que vous êtes obligé de faire un compromis entre laisser intactes les zones les plus claires ou les plus sombres d’une image. Vous pouvez en effet utiliser quelques astuces depuis votre appareil photo ou en retouche pour aller au-delà de ce que votre appareil est initialement capable de capturer. Voici comment maximiser la plage dynamique en photographie. 

Comment améliorer la plage dynamique d’une photo ? 

Il est possible d’étendre la plage dynamique en réalisant un bracketing d’exposition. Concrètement, cela consiste à réaliser une série d’images de la même scène, mais avec des expositions différentes. Les photos sont ensuite assemblées en post production en une unique image HDR (High Dynamic Range). Cette méthode n’est cependant pas la plus rapide ni la plus simple. Par conséquent, nous allons voir dans un premier temps comment optimiser la plage dynamique directement à partir de l’appareil photo. 

Utilisez un filtre ND dégradé  

Un filtre neutre dégradé présente une surface sur laquelle un traitement assombrissant est appliqué de manière progressive, passant du plus clair au plus sombre. Ce type de filtre s’avère souvent être la solution la plus efficace pour résoudre un problème de plage dynamique dans le ciel. En plaçant en effet la partie sombre du filtre sur le ciel ou sur toute autre zone trop lumineuse de l’image, les hautes lumières seront assombries et ainsi plus homogènes avec le reste de la scène. Concrètement, un filtre neutre dégradé ne va donc pas augmenter la plage dynamique d’un appareil photo, mais réduire celle de la scène pour l’équilibrer afin d’y capturer tous les détails. 

Un filtre ND dégradé est idéal pour réduire la luminosité du ciel et obtenir un éclairage plus uniforme. 

Il existe des filtres neutres dégradés dont la teinte est plus ou moins forte. Lorsque le ciel n’est que légèrement surexposé, un filtre léger comme un ND2 peut convenir. En revanche, lorsque le ciel est fortement surexposé, vous aurez besoin d’un filtre plus puissant pour améliorer la plage dynamique. Dans ce cas, l’utilisation d’un filtre ND8 est recommandée. Par conséquent, il est préférable d’opter pour un pack comme le Cokin Kit H250 comprenant plusieurs filtres que vous pourrez adapter en fonction de la situation. Sachez également que les filtres carrés et rectangulaires à densité neutre graduée se montrent plus efficaces que les filtres circulaires à visser. Ils offrent une plus grande flexibilité pour placer minutieusement la partie sombre du filtre. 

Le pack Cokin H250 permet d’adapter facilement la densité du filtre en fonction de la luminosité du ciel pour profiter d’une image toujours exposée correctement.

L’utilisation d’un filtre neutre dégradé est l’un des moyens les plus simples pour équilibrer la plage dynamique d’une scène. Cette méthode est en revanche principalement réservée aux images dans lesquelles l’horizon est droit ou que peu d’éléments sont placés dans le ciel. Par exemple, si vous photographiez en contre-plongée un gratte-ciel, la partie du bâtiment située sur le même plan que le ciel sera également assombrie par le filtre. 

Utilisez un flash ou équilibrez l’éclairage

Une autre solution pour réduire la plage dynamique d’une scène consiste à utiliser un flash ou un éclairage pour déboucher les ombres de l’image. Vous pouvez ainsi réduire la différence de luminosité entre les zones sombres et claires de la photo. Votre appareil sera alors capable d’exposer correctement toute la scène sur une seule image. Par exemple, si vous devez photographier un portrait à contre-jour, il est initialement uniquement possible d’exposer correctement le visage de votre modèle et d’obtenir un arrière-plan surexposé ou à l’inverse de photographier la personne comme une silhouette pour exposer l’arrière-plan. Avec un flash, le niveau de lumière de votre sujet devient beaucoup plus proche de celui de l’arrière-plan. La plage dynamique est ainsi réduite à une valeur que votre appareil photo est capable d’enregistrer en une seule photo. Vous pouvez également utiliser cette astuce en intérieur pour éclairer une pièce. Il est ainsi possible de donner l’impression que la pièce baigne dans la lumière, sans pour autant surexposer la vue depuis les fenêtres.

Avec un flash, un diffuseur ou un éclairage vous pouvez réaliser des portraits à contre-jour tout en exposant correctement votre arrière-plan et votre sujet.

Réduisez votre ISO 

La sensibilité ISO présente un impact non négligeable sur la dynamique de votre capteur. Une forte valeur ISO va en effet limiter la plage de lumière enregistrée par le capteur numérique. L’utilisation d’une faible sensibilité ISO ne va bien évidemment pas résoudre miraculeusement tous les problèmes de plage dynamique, mais elle va permettre de mettre toutes les chances de votre côté. Pensez donc à ajuster ce paramètre lors de la capture d’une scène à fort contraste.  

Optimisez la plage dynamique avec l’histogramme  

Suivant la scène, il ne sera pas toujours possible d’optimiser la plage dynamique avec un flash ou un filtre ND. Cela peut notamment être le cas lorsque vous photographiez un paysage trop grand pour être éclairé par un flash ou que de nombreux éléments se superposent dans le ciel, rendant alors l’utilisation d’un filtre ND dégradé impossible. Si la plage dynamique de l’image n’est pas extrême, vous pouvez alors récupérer certaines informations en éditant votre photo. 

Pour ce faire, il est tout d’abord important de photographier en RAW, car ce format de fichier présente une plage dynamique plus large que le JPEG. Vous aurez ainsi plus d’informations à disposition pour récupérer les tons clairs et les ombres de votre image à partir d’un logiciel d’édition comme Adobe Lightroom. Avant toute chose, il est en revanche nécessaire d’identifier depuis votre appareil si l’image pourra être sauvée ou non. De cette manière, vous pourrez ajuster les paramètres de prise de vue pour maximiser vos chances. Pour cela, l’histogramme constitue une aide précieuse en vous indiquant la quantité de pixels que l’image contient dans les tons sombres, moyens et clairs. Si le graphique est coupé sur la gauche, cela signifie que vous avez des données irrécupérables dans les tons sombres. À l’inverse, si le graphique est coupé sur la droite, vous avez perdu des détails dans les hautes lumières. 

L’histogramme vous aide à analyser la dynamique d’une scène. Si des informations sont perdues dans les ombres, la courbe est coupée sur la couche. Inversement, elle est coupée sur la droite lorsque des informations sont irrécupérables dans les hautes lumières.

Si votre histogramme est trop incliné vers la gauche, vous pouvez essayer d’ajuster vos paramètres d’exposition pour éclaircir l’image. Effectuez la procédure inverse s’il est orienté vers la droite. Si vous parvenez à obtenir un histogramme plus équilibré, vous aurez alors de plus grandes chances de pouvoir récupérer votre image en post-production. En revanche, si vous n’arrivez toujours pas à régler vos paramètres d’exposition pour ne pas couper de pics à droite ou à gauche de l’histogramme, la scène présente une plage dynamique beaucoup trop large pour que votre appareil la capture. L’unique solution reste donc de réaliser un bracketing d’exposition.

Optimisez la plage dynamique avec le bracketing d’exposition

Si l’utilisation des précédentes méthodes ne vous permet pas de capturer tous les détails d’une scène, l’unique solution qu’il vous reste est de réaliser un bracketing d’exposition. Cette méthode consiste à capturer une série d’images de la même scène en modifiant légèrement les paramètres d’exposition pour chaque photo. Les différentes images sont ensuite assemblées en une unique photo qu’il aurait été impossible d’obtenir en une seule exposition. Pour ce faire, la plupart des appareils modernes intègrent un mode bracketing d’exposition automatique (AEB) ou HDR. Vous aurez alors la possibilité de définir le nombre d’images désiré ainsi que la différence d’exposition souhaitée entre chaque photo. Une fois cette série réalisée, les appareils les plus performants peuvent les assembler automatiquement en une unique photo parfaitement exposée. Si ce n’est pas votre cas, vous pourrez assembler manuellement les images à partir de Photoshop en utilisant les masques de luminosité ou depuis Lightroom en utilisant l’outil HDR.

À lire : comprendre et maîtriser le bracketing d’exposition 

Un bracketing d’exposition vous permet d’assembler plusieurs images de différentes expositions pour contourner la limite de la plage dynamique de votre appareil. 

Conclusion sur la plage dynamique en photo 

Les appareils photo sont de plus en plus performants, mais leur plage dynamique reste inférieure à celle de l’œil humain et ne permet de capturer qu’une plage de lumière limitée. Lorsqu’une scène dispose d’une plage de lumière supérieure à celle de l’appareil, des techniques simples telles que les filtres ND dégradés, le flash, l’histogramme avec la post-production ou encore le bracketing d’exposition peuvent vous aider à créer une image correctement exposée et détaillée. Savoir quand et comment utiliser chaque type de solution vous permettra de capturer les scènes les plus contrastées que vous rencontrerez. 

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à vous abonner à la newsletter pour être informé lors de la publication des prochains sujets et pour recevoir gratuitement votre livre photo.

Partager cet article

Une pensée sur “Qu’est-ce que la plage dynamique en photo et comment l’améliorer ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *