Les microstock du type Fotolia, shutterstock… sont des banques d’images où les prix d’achat des photos sont ridiculement bas. Ils ont pris à l’heure actuelle un monopole énorme dans la vente de photo. Il est facile de se laisser tenter et d’y envoyer ses clicher à certaines de ces banques d’images pour arrondir ses fins de mois en tant que photographe amateur ou professionnel. Mais je vous conseille de ne pas vendre votre âme au diable. Ces microstock peuvent paraître intéressants, mais lorsque vous connaîtrez les principales raisons de les éviter vous ne penserez même plus à vouloir gagner de l’argent via ces plates formes.

 

Voici quelques raisons parmi des centaines d’éviter de vendre son âme au diable:

 

-Vous ne gagnerez presque rien: 

Lorsque vous mettez vos images en ligne sur des microstock vous ferez face à des millions d’images concurrentes. De plus, lorsque vous débutez vous images ne seront pas réputées et seront classées parmi les derniers résultats de recherche. Je vous laisse imaginer le peut de chance que vous avez de vous voir acheter une photo dans les dernières pages après millions d’images. Si bien même quelqu’un arrive à voir votre photo, vous ne gagnerez même pas assez pour vous acheter une baguette de pain.

 

-Votre salaire horaire sera ridicule 

Si vous comparez le peu d’argent qu’une photo peut vous faire gagner sur ce type de site en fonction du temps que vous y avez consacré (prise de vue, retouche…) vous vous apercevrez que vous êtes parmi les personnes les moins payés de la planète.

 

-L’acheteur fait ce qu’il veut de votre image 

Imaginons qu’une entreprise achète votre image sur un microstock pour quelques centimes d’euro. Une fois qu’elle aura acheté cette image, elle sera entièrement libre de faire ce qu’elle veut de cette photo. Si elle veut l’utiliser pour un affichage public pendant 10 ans elle le pourra sans vous reverser aucun revenu supplémentaire ni même devoir indiquer votre nom sur la photo. Sachant que pour la même situation, mais sans passer par un microstock, votre photo vous rapporterait des 10énes de milliers d’euros ainsi qu’une publicité énorme.

 

-Vous ne contrôlez pas l’utilisation de vos photos: 

Par exemple, imaginons que vous ayez photographié votre copine en train de faire la grimace. Vous mettez sur un microstock cette photo pensant qu’elle n’a que peu d’intérêt et qu’elle ne peut pas lui porter préjudice. Si quelqu’un achète cette photo, ce serait juste pour la situation marrante. Détrompez-vous. Une entreprise pourrait acheter cette photo et la diffuser partout sur les murs du monde entier pour une pub sur la constipation. Aller expliquer ça à votre copine…

 

-Vos photos seront perdues à jamais 

Prenez bien conscience qu’une fois que votre photo aura été achetée rien qu’une seule fois il sera déjà trop tard pour faire marche arrière. Vous perdrez la possibilité de récupérer votre photo afin de la revendre plus cher à un client. Si jamais vous le faites sans avertir votre client vous vous exposez à de gros risques.

 

Pour résumer, vous comprenez désormais qu’en vendant vos photos sur ces plates formes vous vous tirez une balle dans le pied. En mettant en ligne vos tirages, vous acceptez de perdre le contrôle sur elle et vous vous mettez directement en concurrence avec vous même. Une entreprise intéressée par votre cliché ne réfléchira pas longtemps avant d’acheter votre image pour quelques euros sur les microstock plutôt que de passer par vous pour plusieurs milliers d’euros. Maintenant, réfléchissez-y à deux fois avant de tuer votre propre profession.