Techniques et réglages de la photo de sport

Que vous souhaitiez immortaliser les exploits sportifs et les premiers matchs de vos enfants ou capturer votre équipe préférée, la photographie de sport est un exercice très intéressant, mais assez difficile en raison de la vitesse et de l’imprévisibilité des joueurs. Une bonne connaissance des réglages de votre appareil est donc indispensable pour obtenir des photos de sport bien nettes. Dans ce guide, nous allons apprendre à vous préparer, à vous procurer un équipement adéquat et à configurer votre appareil et matériel pour réaliser des photos sportives dignes de professionnels.

L’équipement pour la photo de sport 

La photographie de sport est un des domaines dans lesquels les smartphones sont inutilisables et l’emploi d’un appareil photo reflex ou hybride et d’équipements spécialisés est indispensable pour obtenir des résultats satisfaisants. Un appareil photo doté d’une cadence de rafale extrêmement élevée, ainsi que de modes de suivi autofocus élaborés vous facilitera grandement la tâche. Bien évidemment, nous ne vous recommandons pas de changer d’appareil si vous ne devez photographier des événements sportifs que de manière occasionnelle. 

Photo de sport réalisée avec l’objectif Sony FE 70-200mm F/4 G OSS.

L’utilisation d’un objectif adapté est en revanche indispensable. Parmi les objectifs pour la photo de sport, le 70-200 mm f/2,8 est un incontournable en pouvant photographier la majorité des sports et situations. Sa focale supérieure permet de réaliser des gros plans des joueurs, même à l’autre bout du terrain, tandis que la focale inférieure est idéale pour capturer des vues de l’ensemble des joueurs, l’ambiance du stade ou de continuer à suivre l’action lorsqu’elle se déroule au plus près de vous. Dans cette gamme, nous vous recommandons les Sigma 70-200 mm f/2.8 DG OS HSM | Sport, Tamron SP 70-200 mm f/2,8 Di VC USD G2, Sony FE 70-200 mm f/2,8 G Master OSS, Nikon AF-S 70-200 mm f/2,8E FL ED VR et Canon EF 70-200 mm f/2,8L IS III USM qui sont les meilleures références du marché. 

À lire : quel est le meilleur objectif 70-200 mm ? 

L’objectif Tamron SP 70-200 mm f/2,8 Di VC USB G2 pour Canon et Nikon est idéal pour obtenir des photos de sport dignes d’un photographe professionnel.

Réglage photo de sport : la vitesse d’obturation 

La vitesse d’obturation est le paramètre le plus important pour obtenir une photo de sport bien nette. Celle-ci correspond à la durée durant laquelle l’obturateur va s’ouvrir pour exposer le capteur numérique à la lumière et capturer l’image. Si votre vitesse d’obturation est trop lente, vous allez obtenir une image sur laquelle le sportif est flou, car il aura eu le temps de se déplacer entre le début et la fin de l’exposition. L’utilisation d’une vitesse d’obturation très rapide est donc indispensable en photo de sport. Le paramètre à utiliser va en revanche dépendre du sujet que vous photographiez. Cependant, vous pourrez généralement obtenir des résultats corrects avec une vitesse de référence de 1/500 de seconde. Celle-ci constitue un bon point de départ pour la majorité des sports et actions. Prenez tout de même quelques images de test avant l’événement pour vous assurer que vos images seront nettes avec ces réglages. Si vous n’avez pas eu le temps, vérifiez régulièrement vos photos au fur et à mesure, puis utilisez une vitesse d’obturation encore plus rapide si elles manquent de netteté. Vous devrez parfois aller jusqu’à 1/1000, 1/2000 ou encore 1/4000 pour des sports très rapides comme la course automobile.

Sur cette image, une vitesse d’obturation de 1/640s a été utilisée pour figer les actions des athlètes. 

À noter que la focale utilisée va également avoir un impact non négligeable sur la vitesse d’obturation que vous devez utiliser. En effet, plus votre objectif dispose d’une forte capacité de zoom, plus les déplacements des sportifs seront importants. Cela signifie que les mouvements seront plus prononcés et le risque de flou accru. Par conséquent, lorsque vous photographiez un match de foot ou de basket-ball avec un objectif grand angle, chaque sportif ne va occuper qu’un faible espace de l’image, ce qui va permettre d’utiliser une vitesse d’obturation relativement faible tout en obtenant une photo de sport bien nette. En revanche, en effectuant un zoom sur un joueur spécifique, l’utilisation d’une vitesse d’obturation beaucoup plus rapide sera indispensable.

Réglage photo de sport : l’ouverture du diaphragme 

Étant donné que la photo de sport nécessite l’emploi d’une vitesse d’obturation extrêmement élevée, vous devrez compenser le manque de lumière par l’utilisation d’une plus grande ouverture. C’est ici que l’investissement dans un objectif f/4 ou idéalement f/2,8 prend tout son intérêt. À titre d’exemple, un objectif de f/2,8 laisse entrer deux fois plus de lumière qu’un objectif de f/4. Cela signifie que vous pourrez obtenir la même luminosité avec une exposition de 1/500s avec l’objectif de f/2,8 qu’une exposition de 1/250s avec l’objectif de f/4. Vous pourrez ainsi optimiser la quantité de lumière entrant vers le capteur pour maximiser vos chances d’obtenir une exposition correcte. Cela est d’autant plus important en intérieur, car la lumière y est souvent de mauvaise qualité. Un autre avantage d’une grande ouverture est de créer une très faible profondeur de champ pour isoler votre sujet de l’arrière-plan. Les différents éléments de distractions sont ainsi floutés pour que le spectateur se concentre plus efficacement sur le joueur. Les images sont ainsi plus percutantes et plus séduisantes. 

Une grande ouverture maximise la captation de la lumière et permet de réduire la profondeur de champ pour isoler plus efficacement les sujets. 

Si vous utilisez un objectif moins performant avec une ouverture maximale de f/5,6 ou moins, il sera nécessaire d’ouvrir aussi large que permis pour laisser entrer le plus de lumière possible. Certains zooms disposent également d’une ouverture variable en fonction de la focale utilisée. Celle-ci est par exemple de f/4 au grand angle et de f/5,6 ou f/6,3 à l’extrémité supérieure du zoom. Avec ce type d’objectif, il est préférable de cadrer un peu plus large afin de ne pas utiliser la focale supérieure et ainsi profiter d’une ouverture plus large pour laisser entrer suffisamment de lumière.

Réglage photo de sport : la sensibilité ISO 

Malgré l’utilisation d’une grande ouverture, la quantité de lumière enregistrée par le capteur numérique peut être minime en raison de la vitesse d’obturation extrêmement rapide nécessaire pour capturer les actions des sportifs. À l’extérieur en pleine journée, la luminosité ambiante est généralement suffisante pour obtenir une exposition correcte avec une sensibilité ISO comprise entre 100 et 400 ISO. En revanche, lors de matchs se déroulant la nuit ou en intérieur, la luminosité est nettement plus restreinte et il sera nécessaire d’augmenter l’ISO pour avoir plus de chances d’obtenir la photo parfaite. Avec les appareils photo les plus récents et les plus performants, vous pouvez utiliser de grandes valeurs ISO sans risque de dégrader l’image. En revanche, avec un appareil plus classique, l’utilisation d’une forte sensibilité risque d’engendrer du grain numérique sur l’image. Essayez donc de rester sous la valeur maximale tolérée par votre appareil, soit généralement entre 1000 et 1600 ISO. Vous pouvez également activer le mode Auto ISO si vous souhaitez que l’appareil ajuste ce paramètre à votre place et ainsi gagner en réactivité. Pensez en revanche à définir à l’avance l’ISO maximale que l’appareil pourra exploiter pour éviter que ce dernier n’utilise des valeurs extrêmes qui risqueraient d’engendrer du bruit. 

L’utilisation d’une sensibilité ISO trop forte risque de faire apparaître du bruit numérique sur vos photos de sport. 

Réglage photo de sport : l’autofocus 

La réalisation de la mise au point sur des sujets se déplaçant rapidement peut être très difficile. Il est par conséquent nécessaire de régler votre appareil sur un mode autofocus adapté à la photo de sport pour vous assurer que le sujet de l’image soit net. Pour ce faire, commencez par passer de la mise au point multipoint à une mise au point monopoint. Vous pourrez ainsi indiquer à votre appareil la zone précise sur laquelle vous souhaitez qu’il se concentre, lui évitant alors de mouliner en analysant l’intégralité de la scène. Lors du choix du collimateur, utilisez de préférence celui situé au centre du capteur, car il s’agit du modèle le plus rapide et le plus performant sur de nombreux appareils. Par défaut, votre appareil vous proposera également une mise au point fixe, c’est-à-dire que la position de focalisation sera verrouillée lorsque vous appuyez à mi-course sur le déclencheur. Ce mode n’est pas adapté pour la photo de sport, car le sujet risque de s’être déplacé entre le moment où vous enfoncez le déclencheur à mi-course et celui où la photo est capturée. L’utilisation du mode autofocus continu de votre appareil (AF-C pour Nikon et AL Servo pour Canon) se révèle donc plus adaptée. L’appareil photo sera ainsi capable d’ajuster en temps réel la mise au point aussi longtemps que vous conserverez le déclencheur enfoncé à mi-course, garantissant alors une mise au point toujours parfaite sur le sujet. Il s’agit donc du meilleur mode autofocus en photo de sport. 

L’autofocus continu va permettre d’avoir un sujet toujours parfaitement net et détaillé. 

Réglage photo de sport : la balance des blancs 

Lorsque vous photographiez du sport en extérieur, la balance des blancs automatique de l’appareil photo fonctionne généralement correctement et offre des images aux couleurs naturelles. Cependant, lorsque vous photographiez du sport en salle, les éclairages artificiels ne sont pas toujours de bonne qualité et peuvent impacter la balance des blancs. Les images risquent alors d’adopter une teinte jaunâtre ou verdâtre. Si vous photographiez en RAW, cela n’est pas important, car vous pourrez ajuster la teinte de manière très précise en post-production. En revanche, si vous utilisez le JPEG, il est indispensable de régler la balance des blancs lors de la prise de vue. Pour ce faire, vous pouvez utiliser un preset comme Fluorescent, Tungstène ou Incandescent. Effectuez quelques photos avant le début du match pour vérifier lequel est le plus approprié à l’éclairage ambiant. Si vous avez le temps ou que vous maîtrisez bien votre appareil, vous pouvez également configurer manuellement la balance des blancs pour vous assurer que les couleurs soient les plus naturelles possible. 

Ajustez la balance des blancs pour obtenir un résultat naturel ou fidèle à vos attentes. 

Réglage photo de sport : le flash 

Pour la majorité des sports et situations, vous n’aurez pas la possibilité de vous approcher au plus près de l’action. C’est pour cela que vous aurez besoin d’un objectif zoom d’une focale d’au moins 200 mm. En étant ainsi placé à l’écart, l’utilisation du flash intégré de votre appareil ou d’un flash externe sera inutile et ne fera que diminuer l’autonomie de vos batteries. Pensez donc à le désactiver avant d’entamer la prise de vue. Il existe quelques rares situations dans lesquelles vous pouvez être suffisamment proche des sportifs pour que le flash soit efficace et facilite la capture des mouvements. Cependant, même dans ces circonstances, il reste préférable de ne pas utiliser votre flash, car il risque de distraire les joueurs et peut engendrer des disparités colorimétriques en intérieur. 

Désactivez le flash de votre appareil photo pour ne pas perturber les athlètes.

Réglage photo de sport : le mode rafale 

L’utilisation du mode rafale peut se révéler très intéressante en photographie de sport. L’action évolue en effet parfois si rapidement qu’il est difficile de suivre le rythme. Utiliser le mode de prise de vue en continu de votre appareil photo va ainsi permettre de réaliser plusieurs images successives, maximisant alors vos chances d’obtenir la photo parfaite. Faites en revanche attention de ne pas configurer votre appareil sur la cadence rafale la plus élevée, car celle-ci ne permettra généralement pas de conserver la mise au point et/ou l’exposition automatique pour chaque image. Les réglages seront en effet basés uniquement à partir de la première photo. Gardez également à l’esprit que la prise de vue en mode rafale va rapidement remplir votre carte mémoire, notamment si vous photographiez en RAW ou RAW + JPEG. Assurez-vous donc d’avoir une carte de capacité suffisante ou emportez plusieurs cartes avec vous. Privilégiez également l’emploi d’une carte rapide de classe 10 ou UHS de classe 1 ou 3 pour ne pas saturer la mémoire tampon de votre appareil et brider la cadence de la rafale. Enfin, si vos cartes sont surchargées, vous pouvez durant la mi-temps faire le tri ou transférer les images sur un SSD portable comme le WD My Passport Wireless Pro qui dispose d’un espace pour cartes SD et d’une mémoire d’une capacité de 1 à 4 To. 

Le disque SSD portable WD My Passport Wireless Pro dispose d’un emplacement pour cartes SD permettant de transférer rapidement vos photos pour libérer de l’espace sur vos cartes mémoires d’appareils photo. 

La photographie de sport peut être un exercice périlleux, mais ces quelques techniques pour configurer et régler votre appareil photo augmenteront vos chances de capturer et de sublimer les exploits de vos enfants ou de votre équipe favorite. Ces techniques peuvent s’appliquer à n’importe quel sport et après un peu de pratique et de patience, elles seront instinctives. 

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à vous abonner à la newsletter pour être informé lors de la publication des prochains sujets et pour recevoir gratuitement votre livre photo.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *