Comment photographier un avion en vol ou au sol ?

L’aéronautique ne cesse de fasciner de plus en plus d’amateurs qui désirent apprendre à photographier les avions. Qu’ils soient au sol ou en vol, les avions forment des sujets puissants et peuvent à l’aide de quelques techniques simples former des images impressionnantes qui démontrent toute la force et l’ingénierie de ces machines. Photographier un avion n’est pas excessivement difficile et peut se comparer à un subtil mélange entre la photo animalière, la photo d’action et la photo automobile. Retrouvez ainsi toutes les techniques pour prendre en photo les avions lors de meetings aériens ou directement à l’aéroport. 

Où photographier les avions ? 

Vous pouvez photographier un avion en vol directement depuis votre jardin ou terrasse, mais excepté si vous habitez dans un périmètre de moins de 80 km autour d’un aéroport, les avions seront généralement trop hauts pour obtenir des images intéressantes. Par conséquent, il est préférable de vous rendre au pied des aéroports pour prendre en photo les avions lors de la phase d’atterrissage ou de décollage. À l’extérieur des pistes, derrière les grilles de l’aéroport, vous pourrez souvent rencontrer de nombreux passionnés d’aviation qui vous aideront à photographier. Vous pouvez aussi prendre des photos des avions directement depuis l’aéroport lorsque vous partez en vacances ou en déplacement. Enfin, les spectacles aériens forment les meilleurs endroits pour vous approcher au plus près des avions et photographier des modèles que vous ne pourriez pas rencontrer sur des pistes classiques. 

Vous pouvez photographier les avions lors de salons aéronautiques, derrière les grilles d’un aéroport ou directement depuis le terminal lorsque vous voyagez. 

Comment repérer les avions ? 

Si vous photographiez devant un aéroport, vous pouvez utiliser l’application mobile FlightRadar24 pour analyser l’ensemble du trafic en temps réel. Vous pouvez connaître le tableau des arrivées et des départs de n’importe quel aéroport, mais également les heures de décollage ou d’atterrissage, ainsi que le numéro des pistes. À partir de ces différentes informations, vous pourrez facilement organiser votre séance photo, planifier la pause-déjeuner et parvenir à photographier le modèle d’avions qui vous passionne le plus. 

Grâce à l’application FlightRadar24, vous pouvez obtenir de nombreuses informations sur chaque avion et préparer au mieux votre séance photo.

Quel objectif pour photographier les avions ? 

Le choix d’un objectif pour photographier des avions dépend avant tout du lieu et des conditions de la prise de vue. Lors d’un meeting aérien, vous pourrez prendre en photo les avions au sol avec un simple objectif 24-70 mm comme les Tamron SP 24-70mm f/2.8, Sigma 24-70mm f/2.8 Sony FE et NIKKOR Z 24-70mm f/2.8 S. Lors de ces mêmes rendez-vous, il est possible de capturer les avions au décollage ou à l’atterrissage avec une focale de 100 ou 150 mm. Ces dernières vous permettront également de capturer certaines acrobaties aériennes, souvent effectuées bas et lentement pour que le public puisse les admirer correctement. En revanche, si vous désirez prendre en photo des avions depuis les limites d’un aéroport, une plus longue focale devient indispensable pour réaliser des gros plans. À ce titre, un modèle comme les Sigma 100-400mm f/5-6.3 DG OS HSM, Tamron 150-500 mm F/5-6,7 Di III VC VXD et Sony FE 200-600mm f/5.6-6.3 G OSS forme une solution polyvalente et parfaite pour photographier les avions en vol, mais aussi en phase d’atterrissage ou de décollage. 

Photographie d’un avion en vol réalisée à 600 mm avec l’objectif Sigma 150-600 mm f/5-6.3 DG

Quelle vitesse d’obturation pour photographier des avions ? 

La vitesse d’obturation définit la durée durant laquelle l’obturateur de l’appareil photo s’ouvre pour exposer le capteur à la lumière. Plus cette exposition est longue, plus l’appareil peut capturer de lumière, mais plus le sujet a aussi le temps de se déplacer dans le cadre. Avec des sujets très rapides comme les avions en vol, il est indispensable d’utiliser une vitesse d’obturation aussi courte que possible pour éviter tout flou de mouvement. Cependant, si une vitesse d’obturation de 1/500 ou 1/1000s fonctionne avec un avion de ligne ou un avion de chasse, elle devient plus problématique avec des avions à hélice. Avec ces derniers, il y a un risque de figer le mouvement des pales ou du moins de les déformer, donnant alors l’impression que l’avion ne vole plus correctement et risque de se crasher. Pour éviter cela, vous pouvez utiliser une vitesse d’obturation plus lente en réglant l’appareil photo en mode d’exposition manuelle ou en sélectionnant le mode de priorité à la vitesse (mode S ou TV suivant l’appareil). Généralement, une vitesse de 1/125s fonctionne bien, mais vous pouvez tenter de réduire à 1/250s si du flou prend forme sur l’avion. Pour limiter ce flou, vous devrez idéalement suivre l’avion avec votre appareil et assurer une stabilisation parfaite de votre matériel. 

Une vitesse d’obturation plus lente est nécessaire pour les avions à hélice afin de ne pas figer le mouvement des pales. 

Comment éviter le flou de mouvement ? 

Le flou de mouvement se produit lorsque la position du sujet sur le capteur de l’appareil photo se déplace entre le début et la fin de la prise de vue. En photo aérienne, on peut donc rencontrer ce problème lorsque les avions sont en vol à grande vitesse ou s’élancent sur les pistes. Pour l’éviter, on a vu qu’il était possible d’utiliser une vitesse d’obturation très brève (1/500, 1/1000 ou plus) avec des avions de ligne, des rafales ou tout autre modèle ne présentant pas d’hélices. En revanche, cette dernière catégorie implique une vitesse plus courte pour ne pas déformer les pales. Par conséquent, le sujet risque d’être flou si vous prenez une photo statique. La solution consiste à suivre le sujet avec l’appareil photo. Pour ce faire, gardez l’avion durant toute l’exposition au centre ou à la même place dans le cadre en tournant légèrement votre taille à la même vitesse que le déplacement du sujet. Pour suivre le sujet de manière fluide, il est recommandé d’entamer le suivi légèrement avant de déclencher afin de vous caler plus précisément sur sa vitesse. Même si cette technique se révèle très simple, elle nécessite tout de même de la pratique pour bien comprendre comment déplacer votre appareil. Pour maximiser vos chances, vous pouvez utiliser le mode rafale de l’appareil et effectuer plusieurs suivis à la suite. 

Quel autofocus pour photographier les avions ? 

Pour photographier des avions stationnés au sol, vous pourrez utiliser le mode autofocus habituel de votre appareil, voir le mode manuel lorsque vous avez besoin de focaliser sur des détails précis. En revanche, pour garantir une mise au point parfaite lorsque l’avion se déplace à très grande vitesse, il devient nécessaire d’opter pour le mode autofocus continu, noté AF-C pour les appareils Nikon ou AL Servo pour Canon. Ce mode va permettre d’ajuster en temps réel la mise au point aussi longtemps que le déclencheur de l’appareil est enfoncé à mi-course. Ainsi, l’avion reste toujours dans la zone de focalisation, même s’il se déplace dans l’image. À noter que certains appareils hybrides modernes proposent même un mode de détection automatique des avions pour un suivi encore plus précis et fluide. 

L’autofocus avec suivi du sujet est indispensable pour garantir une mise au point optimale sur un avion en vol. 

Photographier sur trépied ou à main levée ? 

À moins de passer des heures derrière les grilles d’un aéroport, les trépieds sont assez peu utilisés pour la photographie aérienne, car ils sont encombrants, posent souvent des problèmes de sécurité dans les aéroports et limitent la réactivité. Par conséquent, il est indispensable de correctement maintenir votre appareil pour conserver une netteté suffisante lorsque vous photographiez à main levée. Pour ce faire, laissez le barillet de l’objectif reposer dans la paume de la main gauche, puis le boîtier dans la main droite, avec le doigt reposant juste sur le déclencheur. Repliez légèrement les coudes le long de votre corps et privilégiez de cadrer par le viseur optique ou électronique, plutôt que l’écran LCD. Enfin, soyez le plus délicat possible lors du déclenchement pour ne pas faire bouger de manière excessive l’appareil. 

Utilisez un trépied s’il ne pose pas de problème de sécurité ou photographiez à main levée en garantissant une stabilité optimale de votre matériel pour maximiser la netteté des images. 

L’importance des nuages 

Vous pouvez bien évidemment prendre en photo un avion sur un ciel entièrement dégagé, mais l’image semblera généralement plate et sans relief. Essayez donc de modifier le cadre ou la focale pour incorporer quelques nuages en arrière-plan. Parfois, il est préférable de dézoomer légèrement pour que l’avion apparaisse plus petit afin de laisser place à des nuages dans le cadre. Ces derniers vont apporter une composition plus attrayante, mais également renforcer l’impression de mouvement de l’appareil. L’image transmettra plus efficacement une histoire qui correspondra aux attentes du spectateur, les avions étant le plus souvent représentés dans les nuages dans l’inconscient collectif ou dans les films, par exemple. 

Des nuages sont parfaits pour apporter de la profondeur et du relief à l’image lorsque vous photographiez un avion en vol. 

Comment créer de sublimes photos d’avion ? 

Excepté certains modèles que vous pouvez rencontrer lors des meetings aériens, les avions ont tendance à se ressembler beaucoup. Vous devez donc travailler chaque aspect de l’image de manière originale et réfléchie pour obtenir des photos uniques et qui retiennent véritablement l’attention du spectateur. Exploitez à votre avantage la couleur, les formes, les textures, les motifs ou encore l’espace négatif pour mettre en valeur l’avion. Lorsque vous pouvez approcher de près les avions, concentrez-vous sur les détails tels que les imposants rivets des avions de guerre ou les reflets sur la carlingue brillante de vieux avions American Airlines, par exemple. Intéressez-vous aussi aux personnes qui travaillent dans et autour des avions dont l’histoire est aussi passionnante que les appareils. Enfin, lorsque l’avion vole, vous pouvez exploiter comme lignes directrices les traînées de condensation qui se forment par temps brumeux ou mettre à profit différentes lumières pour créer des ambiances différentes. 

Les photos des détails de l’avion permettent souvent de créer des images plus uniques et plus prenantes. 

Comment éviter la foule lors des meetings ? 

Les meetings aériens sont parfaits pour approcher de près les avions, découvrir des modèles rares et photographier ces ingénieries de plus près. Cependant, vous n’êtes pas le seul passionné à vouloir admirer ces appareils et il peut devenir difficile de photographier les avions au sol sans de nombreuses personnes autour, bloquant alors la vue et réduisant l’impact de votre image. Pour les éviter, le premier conseil consiste à arriver sur place le plus tôt possible, bien avant que la foule ne devienne trop importante. Vous serez en prime récompensée par une lumière plus douce et plus chaude. Vous pouvez également opter pour la patience en cadrant l’image, puis en déclenchant dès que la scène se libère quelques secondes entre deux spectateurs. Si vous ne pouvez éviter la foule, concentrez-vous sur des détails ou optez pour un trépied si celui-ci est autorisé dans le rassemblement. Grâce à cet accessoire, vous pourrez stabiliser votre appareil pour effectuer une pose longue et supprimer les quelques passants ou les transformer en traînées floues s’ils sont nombreux, créant alors une composition plus attrayante. 

Lors des meetings et rassemblements, arrivez le plus tôt possible et attendez le moment parfait pour photographier les avions sans la foule. 

Conclusion

Les avions sont des sujets fascinants à prendre en photo pour tout photographe ou passionné d’aviation. La photographie aéronautique peut se pratiquer à l’aide d’objets classiques lors de rassemblements, tandis que la capture à partir des limites d’un aéroport implique l’emploi de plus longs téléobjectifs. Lorsque les avions sont stationnés au sol, ils reposent sur les mêmes règles et techniques que la photographie automobile. Prendre en photo un avion en vol implique un peu plus de maîtrise, à commencer par le choix d’une vitesse d’obturation adaptée au sujet : une vitesse très brève pour des avions avec moteur à réaction et une vitesse plus lente avec suivie du sujet pour des modèles à hélice. Enfin, le système autofocus avec suivi du sujet forme une aide précieuse, tout comme le mode rafale qui maximise les chances d’obtenir l’image parfaite. 

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à vous abonner à la newsletter pour être informé lors de la publication des prochains sujets et pour recevoir gratuitement votre livre photo.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *