Quel objectif pour de l’astrophotographie choisir en 2020 ?

En astrophotographie, l’objectif est l’un des éléments qui va le plus impacter la qualité et la précision des images. Il doit répondre à un large éventail d’exigences, dont une grande ouverture, de faibles aberrations chromatiques et de coma à pleine ouverture, une absence de distorsion et une focale adaptée à la photographie du ciel nocturne. Dans ce guide, nous allons étudier ces différents critères et comparer les meilleurs objectifs disponibles pour que vous puissiez rapidement déterminer quel objectif pour astrophotographie choisir en fonction de vos besoins et exigences.

 

Quelle focale pour photographier les étoiles ? 

Pour photographier un paysage nocturne, vous aurez dans l’idéal besoin d’un objectif grand angle. Celui-ci doit au minimum présenter une focale de 24 mm sur un appareil photo plein format ou de 16 mm sur un appareil APS-C afin de bénéficier d’un champ de vision suffisamment large pour photographier un maximum d’étoiles. Si vous souhaitez photographier la Voie lactée, une focale encore plus large est fortement recommandée.

quel objectif pour astrophotographie
Photo réalisée avec une focale de 17 mm.

L’utilisation d’un objectif grand angle vous permet également de réaliser de plus longues expositions sans que les étoiles apparaissent floues. En effet, en raison de la rotation de la Terre, l’appareil photo perd rapidement son alignement avec les étoiles, qui n’apparaissent alors plus comme des points fixes, mais comme des traînées lumineuses. Pour conserver des étoiles parfaitement nettes, il est nécessaire de respecter la règle des 500 qui consiste à diviser 500 par la focale effective (équivalent plein format) de l’objectif pour obtenir la plus longue vitesse d’obturation utilisable. Par exemple, si vous disposez d’un objectif d’astrophotographie doté d’une focale de 24 mm, cela donne le calcul 500/24, soit une durée d’exposition maximale de 20 secondes. Avec une focale de 35 mm, la durée maximale n’est plus que de 14 secondes. Par conséquent, à moins d’utiliser une monture motorisée, il devient très difficile de photographier le ciel nocturne avec des focales supérieures à 35 mm. 

quel objectif pour astrophotographie
Lorsque l’exposition est trop longue, les étoiles se transforment en trainées lumineuses.

 

Quelle ouverture choisir ?

La lumière émise par les étoiles est très faible et vous aurez besoin d’une grande ouverture pour maximiser la collecte de la lumière, sans devoir utiliser une vitesse d’obturation trop longue qui réduirait la netteté des images ou une ISO trop élevée qui augmenterait le bruit numérique. Cette ouverture est notée f/nombre dans la référence des objectifs. Plus le f/nombre est petit, plus l’ouverture est large. Pour photographier les étoiles, une ouverture d’au moins f/2,8 est fortement recommandée, bien qu’un objectif f/1.8 ou f/1.4 soit encore mieux pour correctement retranscrire les plus infimes étoiles.  

 

Vignetage et aberrations 

Outre l’ouverture et la focale, il est également nécessaire de s’intéresser aux capacités des objectifs à supprimer ou réduire les aberrations et le vignetage. Ces défauts sont en effet très fréquents avec de grandes ouvertures (entre f/1,4 et f/2,8) sur de nombreuses optiques. Il existe différents types d’aberrations optiques, mais les aberrations de coma sont les plus néfastes en astrophotographie. Lorsqu’un objectif souffre de ce défaut, les points lumineux des étoiles vont apparaître vifs et nets au centre de la scène, mais vont devenir de plus en plus flous et prendre la forme de comète sur les bords de la photo. Une telle déformation ne peut être corrigée en post-production. Un objectif souffrant de ce défaut ne peut donc en aucun cas être utilisé pour photographier les étoiles. Enfin, vous devez également faire attention au vignettage pour garantir une luminosité identique sur l’ensemble du cadre. 

quel objectif pour astrophotographie
Cette photo est réalisée avec un objectif souffrant d’aberrations de coma sur les bords du cadre.

 

Les meilleurs objectif pour l’astrophotographie 

 

Sigma 14-24 mm f/2,8 DG HSM : meilleur zoom plein format

quel objectif pour astrophotographie

Monture: Canon EF, Nikon F, Sigma | Compatible plein format: Oui | Stabilisation: Non | Autofocus: Oui | Angle de vue maximal max. : 114° (plein format) | Dimensions (DxL) / poids: 95 x 126 mm / 1,150 kg

Avec sa plage focale allant de 14 à 24 mm et sa grande ouverture de f/2,8, le Sigma 14-24 mm f/2,8 DG HSM est clairement le meilleur objectif astro pour les appareils photo reflex plein format de Canon et Nikon. Il constitue une sérieuse alternative aux  Canon EF 16-35mm f / 2.8L USM III et Nikkor AF-S 14-24mm f / 2.8G ED dont il fournit une qualité d’image légèrement meilleure pour un prix nettement inférieur. La qualité de conception est excellente, avec un ensemble optique comprenant 17 éléments répartis en 11 groupes et incluant trois verres FLD, trois éléments en verre SLD et trois lentilles asphériques, dont une de grand diamètre. La répartition de ces éléments dans la conception optique de l’objectif permet de minimiser les aberrations chromatiques transversales et les autres aberrations optiques, tout en réduisant les images fantômes et les reflets pour des images toujours nettes et détaillées. Le vignettage est extrêmement faible et bien que la distorsion en barillet soit assez présente sur des éléments à courte distance, elle devient négligeable pour de l’astrophotographie. Comme les objectifs de la gamme Art de Sigma, ce zoom dispose de nombreux joints d’étanchéité pour garantir une grande résistance aux intempéries et à la poussière. Il peut ainsi être utilisé sans risque lors de nuits fraîches et humides. La lentille frontale bénéficie de plus d’un revêtement au fluor pour faciliter son nettoyage. 

 

Samyang XP 14 mm f/2,4 AE : meilleure focale fixe pour l’astrophotographie 

quel objectif pour astrophotographie

Monture: Canon EF, Nikon F | Compatible plein format: Oui | Stabilisation: Non | Autofocus: Non | Angle de vue maximal max. : 114° (plein format) | Dimensions (DxL) / poids: 87 x 106 mm / 791 g

Le Samyang XP 14 mm f/2,4 est un modèle manuel spécifiquement conçu pour photographier les étoiles avec un reflex plein format Canon ou Nikon. La réalisation de la mise au point s’effectue très facilement grâce à sa puce électronique permettant une confirmation de la zone de focalisation depuis l’appareil photo. Sa conception optique met en oeuvre 18 éléments en 14 groupes et comprend 2 lentilles asphériques, un verre 1 hybride, 2 verres à très faible dispersion ainsi que de nombreux traitements pour limiter les reflets et les aberrations chromatiques. En astrophotographie, la qualité d’image est excellente et encore au-dessus du Sigma 14 mm f / 1,8 DG HSM Art. La netteté est très élevée et homogène sur l’ensemble de l’image, avec des aberrations chromatiques négligeables et un coma infime et indétectable à moins d’excessivement zoomer sur les extrêmes bords de l’image.  Précisons en revanche que cet objectif souffre d’une distorsion en barillet lorsque la mise au point est effectuée sur un sujet trop proche. Cela ne pose en revanche aucun problème pour de l’astrophotographie. 

 

Sigma 14 mm f/1,8 DG HSM : meilleur ratio focale/ouverture 

quel objectif pour astrophotographie

Monture: Canon EF, Nikon F, Sony FE | Compatible plein format: Oui | Stabilisation: Non | Autofocus: Oui | Angle de vue maximal max. : 114° (plein format) | Dimensions (DxL) / poids: 95 x 109 mm / 1,170 kg

Le Sigma 14 mm f/1,8 DG HSM est l’un des derniers objectifs lancés par le fabricant japonais pour les appareils plein format Canon EF, Nikon F et Sony FE. Affichant pas moins de 1,170 kg sur la balance, ce n’est clairement pas le meilleur objectif astro en matière de compacité. Cela est cependant le prix à payer pour bénéficier d’une grande ouverture de f/1.8, car celle-ci nécessite l’emploi d’éléments optiques de grand diamètre. Parmi les 16 verres utilisés dans cet objectif, certains sont spécifiquement développés pour réduire les aberrations sphériques et latérales. Les aberrations de coma sont légèrement présentes sur les bords du cadre à pleine ouverture, mais il suffit de fermer d’un cran pour qu’elles disparaissent, ce qui rend cet objectif parfaitement exploitable pour de l’astrophoto. Il produit alors des images lumineuses, détaillées et bien contrastées. Enfin, sa focale de 14 mm offre un champ de vision de 114°, permettant de capturer une très large surface de la Voie lactée. 

 

Tamron SP 15-30 mm f/2,8 Di VC USD : meilleur rapport qualité/prix

quel objectif pour astrophotographie

Monture: Canon EF, Nikon F | Compatible plein format: Oui | Stabilisation: Oui | Autofocus: Oui | Angle de vue maximal max. : 110,5° (plein format) | Dimensions (DxL) / poids: 96 x 135 mm / 1,100 kg

Le Tamron SP 15-30 mm f/2,8 Di VC USD est le zoom grand angle pour les appareils plein format Canon et Nikon au meilleur rapport qualité/prix. Il met en oeuvre 18 éléments optiques répartis en 13 groupes et inclut un verre XGM (eXpanded Glass Molded Aspherical) spécifiquement développé par Tamron pour grandement réduire les aberrations chromatiques et optimiser la netteté. Cet objectif est ainsi capable de capturer des photos des étoiles avec une netteté irréprochable d’un bord à l’autre du cadre et ceci sur l’ensemble de la plage focale. Une très fine aberration de coma peut se manifester avec une focale de 30 mm. Il suffit en revanche de fermer un peu le diaphragme pour que celle-ci disparaisse. Le châssis de l’objectif est quant à lui entièrement étanche à l’humidité, aux faibles pluies ainsi qu’à la poussière et aux températures extrêmes. Il est même possible d’utiliser cet objectif dans un froid polaire pour photographier les aurores boréales. Enfin, l’objectif dispose d’une stabilisation d’image offrant jusqu’à 4 IL de compensation. Bien que celle-ci nécessite d’être désactivée pour photographier les étoiles, elle apporte tout de même une aide précieuse lorsque vous photographiez à main levée, augmentant ainsi la polyvalence de cet objectif. Le Tamron SP 15-30 mm f/2,8 Di VC USD se montre ainsi tout aussi idéal pour photographier des étoiles que des paysages. 

 

Samyang 10 mm f/2,8 ED AS NCS CS : meilleur objectif APS-C

quel objectif pour astrophotographie

Monture: Canon EF-S, Nikon DX, Canon EF-M, Sony A, Sony E, Fujifilm X, Samsung NX, MFT, Pentax K, | Compatible plein format: Non | Stabilisation: Non | Autofocus: Non | Angle de vue maximal max. : 106° (APS-C) | Dimensions (DxL) / poids: 98 x 103 mm / 590 g

Le Samyang 10 mm f/2,8 ED AS NCS CS est spécifiquement conçu pour les appareils APS-C à monture Canon EF-S, Canon EF-M, Nikon DX, Sony E, Sony A, mais également les appareils micro 4/3 Fujifilm X. Excepté la version pour Nikon, cet objectif est un modèle entièrement manuel. Il dispose ainsi d’une première bague pour sélectionner l’ouverture et d’une seconde pour ajuster la mise au point. Ce manque d’automatismes n’est pas un problème pour de l’astrophotographie, car vous devrez dans tous les cas ajuster manuellement les réglages. La réalisation de celle-ci s’effectue de manière précise et fluide. Il suffit de focaliser légèrement avant l’infini pour obtenir des images parfaitement nettes. La focale de 10 mm offre une focale équivalente de 15 mm sur les appareils APS-C, ce qui permet de réaliser de longues expositions, jusqu’à 33 secondes. Les performances optiques sont bonnes, avec très peu de vignettage et d’aberrations de coma, même lorsque l’objectif est utilisé à pleine ouverture. On note en revanche une légère distorsion en barillet ainsi qu’une netteté en retrait sur les bords du cadre. En dehors de cela, le Samyang 10 mm f/2,8 ED AS NCS CS reste suffisant pour tout astrophotographe amateur à la recherche d’un objectif astro abordable pour un appareil APS-C. 

 

Tokina AT-X 11-20 mm f / 2.8 AF Pro DX : meilleur zoom APS-C 

quel objectif pour astrophotographie

Monture: Canon EF-S, Nikon DX | Compatible plein format: Oui | Stabilisation: Oui | Autofocus: Oui | Angle de vue maximal max. : 104° (plein format) | Dimensions (DxL) / poids: 98 x 145 mm / 560 g

Le Tokina AT-X 11-20 mm f / 2.8 AF Pro DX est le meilleur zoom pour l’astrophotographie pour les appareils photo reflex Canon et Nikon à capteur APS-C. Ses larges focales permettent de capturer une grande étendue du ciel et de la Voie lactée. En revanche, il est nécessaire de légèrement zoomer pour obtenir une netteté homogène sur l’ensemble du cadre. En effet, à 11 mm, la netteté est bonne au centre de l’image, mais chute drastiquement sur les extrêmes bords du cadre. En dehors de cela, le vignetage, les aberrations sphériques et de coma sont assez bien contrôlés. La distorsion en barillet présente sur de nombreux objectifs grand angle est parfaitement contrôlée sur la plage inférieure du zoom et négligeable à l’extrémité supérieure. Enfin, l’objectif dispose d’un système autofocus rapide et précis convenant à de nombreux types de situations. En astrophotographie, la bague de mise au point manuelle assure un ajustement fluide et précis. 

 

Nikon AF-S 14-24 mm f / 2.8G ED : la solution Nikon 

quel objectif pour astrophotographie

Monture: Nikon F | Compatible plein format: Oui | Stabilisation: Oui | Autofocus: Oui | Angle de vue maximal max. : 114° (plein format) | Dimensions (DxL) / poids: 98 x 132 mm / 1 kg

Lors de sa sortie en 2008, le Nikon AF-S 14-24 mm f / 2.8G ED était le premier objectif zoom à offrir une ouverture constante de f/2,8 sur un grand angle variable de cette largeur. Plus d’une décennie après, il reste un très bon objectif pour les reflex plein format de Nikon, mais se fait dépasser en matière de netteté et de finesse d’image par les Sigma 14-24 mm et Tamron 15-30 mm, notamment pour de la photographie de paysage. En astrophotographie, les images sont nettes au centre du cadre, mais la netteté est légèrement moins bonne aux angles de l’image avec la focale la plus courte de l’objectif et à pleine ouverture. Une note également un léger vignettage à pleine ouverture. Le coma est quant à lui très bien contrôlé, de la même manière que le Tamron, mais le Sigma fait une fois de plus un peu mieux. Enfin, un joint en caoutchouc est disposé sur le système de montage de l’objectif, mais il manque un ensemble complet de joints sur toutes les parties sensibles de l’objectif pour offrir une étanchéité aussi élevée que les modèles Tamron et Sigma. 

 

Canon EF 16-35 mm f / 2,8L USM III : la solution Canon 

quel objectif pour astrophotographie

Monture: Canon EF | Compatible plein format: Oui | Stabilisation: Oui | Autofocus: Oui | Angle de vue maximal max. : 108° (plein format) | Dimensions (DxL) / poids: 89  x 128 mm / 790 g

Le Canon EF 16-35 mm f / 2,8L USM III est le meilleur objectif pour l’astrophotographie proposé par le fabricant nippon. Il embarque un total de 16 éléments répartis en 11 groupes et inclut un élément asphérique spécifique GMO (Glass Molded) à double face de large diamètre sur l’avant de l’objectif. Celui-ci est couplé à deux éléments à faible dispersion et un élément asphérique rectifié à l’arrière de l’optique. Divers revêtements SWC (SubWavelength Coating) et l’ASC (Air Sphere Coating) sont de plus appliqués sur les lentilles pour une meilleure gestion des reflets et lumières parasites. Cette conception permet au Canon EF 16-35 mm f / 2,8L USM III d’offrir des images lumineuses, contrastées et détaillées. Cette troisième génération du Canon EF 16-35 mm f / 2,8L USM offre un piqué optimisé aux extrêmes angles de l’image, mais celui-ci reste tout de même en retrait par rapport au Sigma 14-24 mm f/2,8 DG HSM. Enfin, l’objectif est résistant à l’humidité ainsi qu’à la poussière et le nettoyage de la lentille frontale est facilité par un revêtement hydrofuge au fluor. 

 

Sony FE 16-35 mm f/2.8 GM : meilleur zoom Sony FE

quel objectif pour astrophotographie

Monture: Sony FE | Compatible plein format: Oui | Stabilisation: Oui | Autofocus: Oui | Angle de vue maximal max. : 107° (plein format) | Dimensions (DxL) / poids: 88  x 121 mm / 680 g

Le Sony FE 16-35 mm f/2.8 GM est l’objectif zoom grand angle le plus lumineux pour les appareils hybrides à capteur plein format de Sony. Il fournit des images d’une qualité époustouflante, avec une netteté homogène sur l’ensemble du cadre. Les aberrations chromatiques et de coma sont très bien maîtrisées, même à pleine ouverture et sur l’ensemble de la plage focale du zoom. Cet objectif se montre également d’une grande polyvalence et idéal pour du paysage, du reportage ou de la photo d’architecture. Son diaphragme à 11 lamelles circulaires lui permet de produire un bokeh doux, soyeux et d’un grand naturel. Enfin, son châssis est conçu en alliage de magnésium et bénéficie d’une conception étanche aux intempéries et à la poussière. 

 

On arrive à la fin de ce guide et vous avez normalement pu déterminer quel objectif pour astrophotographie choisir en fonction de vos besoins, de votre appareil et de votre budget. Pensez à laisser un commentaire dans l’espace ci-dessous si vous avez d’autres questions ou si vous hésitez encore entre plusieurs modèles. 

 

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à vous abonner à la newsletter pour être informé lors de la publication des prochains sujets et pour recevoir gratuitement votre livre photo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *