Dans cet article, nous allons voir comment créer et photographier un vortex de peinture comme sur l’image ci-dessus. Cet exercice s’avère être techniquement très simple, mais est en revanche très long à mettre en place. J’ai passé 2 jours entiers à installer le matériel pour seulement quelques heures à photographier, mais au moins le résultat était satisfaisant dès les premiers essais.

 

 

L’installation : 

Commençons par la partie la plus contraignante. Créer le vortex en soit n’est pas compliqué, il suffit simplement de déposer plus ou moins de peintures sur une brosse que l’on installe sur une perceuse. Mais comme vous vous en doutez, de la peinture va être projetée partout et c’est là que les choses commencent à se compliquer. Je vais détailler ici l’installation que j’ai faite, libre à vous de configurer la vôtre différemment en fonction du matériel que vous avez à disposition.

 

 

photographier peinture perceuse

 

 

Voici l’installation une fois finie. Le fond est un vieux drap noir que j’ai tendu au maximum afin de ne pas laisser apparaître de plis sur les photos.

Je détaille le reste juste en dessous.

 

 

 

 

 

 

photographier peinture

 

Pour que la perceuse reste debout, j’ai fabriqué un cadre en bois que j’ai ensuite vissé dans une planche pour l’empêcher de bouger lorsque je la démarre.

J’ai ensuite protégé la perceuse à l’aide d’un sac plastique afin d’éviter tout risque électrique si de la peinture coulait.

Comme je n’ai du coup plus accès au bouton de la perceuse, j’ai mis un rilsan pour qu’il reste enfoncé de sorte que la perceuse s’allume automatiquement lorsque je la branche. Je l’ai ensuite branchée à une multiprise, me permettant ainsi d’avoir un interrupteur et de pouvoir allumer la perceuse au bon moment.

 

 

 

photo studio

Pour positionner l’appareil photo, je pensais à la base mettre tout simplement un trépied dans la cage, sauf que lorsque j’ai essayé, je me suis rendu compte qu’il y avait toujours un des pieds visible dans le cadre, peu importe comment je le positionnais. Pour régler ce problème, j’ai dû installer une traverse sur laquelle j’ai fixé le bras d’un vieux trépied.

Comme vous pouvez le voir, j’utilise mon appareil hybride accompagné d’un 16mm. Bien que j’ai confiance en mon installation, je préfère tout de même utiliser mon appareil photo le moins lourd. J’espère en plus casser ainsi le mythe que les appareils hybrides fonctionnent moins bien qu’un reflex.

 

 

 

Les réglages : 

 

  • mode manuel appareil photoLe mode manuel : 

Mettez votre appareil photo en mode manuel afin d’avoir le contrôle total sur les réglages.

 

 

  • L’ouverture du diaphragme : 

Utilisez une ouverture comprise entre F/8 et F/11 (toute ma série a été faite à F/8) afin de tirer le meilleur parti de votre objectif. Si vous utilisez une plus faible ouverture, le fond risque vite de se faire remarquer.

 

  • La vitesse d’obturation : 

Utilisez la vitesse de synchronisation de votre flash. Il s’agit de la plus grande vitesse à laquelle le capteur aura entièrement le temps d’être exposé à la lumière du flash. Cette vitesse est généralement de 1/200 ou 1/250 de secondes.

 

  • La puissance du flash : 

Que vous utilisiez un ou plusieurs flashs, il ne faudra pas dépasser une puissance de 1/128 pour que la peinture soit suffisamment figée. En effet, plus la puissance est élevée, plus la lumière mettra longtemps à se dissiper. Etant donné que l’action se passe tellement vite, même quelques millièmes de secondes supplémentaires peuvent suffire à rendre le mouvement flou.

 

La durée de l’éclair dépendra du modèle de flash que vous utilisez ainsi que de la distance le séparant du sujet. Pour vous faire une idée, voici la durée d’un éclair produit par un flash Canon EX II à 60 cm du sujet.

durée flash

 

Je vous conseille également d’utiliser le zoom de votre flash afin de concentrer la lumière.

 

  • La sensibilité ISO : 

Comme le flash sera notre seule source de lumière et qu’il sera réglé à sa plus faible puissance, il faudra compenser le manque de lumière en augmentant la sensibilité ISO de votre appareil sur 400 afin d’obtenir une photo suffisamment exposée.

 

  • Le mode rafale : 

Réglez votre appareil photo sur le mode rafale ou rafale priorités vitesse si votre matériel vous le permet. Vous réussirez ainsi vos photos à chaque essai.

 

  • Le format RAW :

Les photos que vous obtiendrez nécessiteront un léger travail de post traitement. Pour travailler dans de bonnes conditions, réglez le format des photos dans votre appareil en .RAW.

 

 

 

La prise de vue : 

Lorsque votre appareil photo et vos flashs seront correctement réglés et installés, il sera désormais grand temps de commencer à photographier.

 

peinture perceuse

Commencez par déposer la peinture sur la brosse. Mettez-en plus ou moins en fonction du résultat que vous souhaitez obtenir.

Vous pouvez utiliser la peinture que vous voulez, mais privilégiez une peinture nettoyable à l’eau et assez épaisse, ce qui évitera qu’elle ne passe au travers de la brosse avant d’avoir eu le temps de prendre la photo. De plus, une peinture épaisse formera de beaux filets lors de la rotation contrairement à une peinture liquide qui partira en goutte.

Pour mes photos, j’ai utilisé de la gouache en bouteille Giotto. Cette peinture s’avère avoir le meilleur rapport qualité-prix que j’ai pu trouver (seulement 4€60 la bouteille de 1 litre).

 

 

Une fois la peinture déposée, éteignez toutes les lumières. Vous devez être dans le noir le plus total. Nous arrivons à la partie où le timing sera le plus important. Il faudra déclencher l’appareil photo et la perceuse presque en même temps. Vous arriverez vite à être parfaitement synchronisé après quelques essais.

 

 

tourbillion peinture

 

 

Si vous déclenchez au tout début, vous obtiendrez de larges traînées de peintures.

 

 

 

 

photo haute vitesse

 

 

En revanche, plus vous déclenchez tard, plus les traînées de peintures se seront étalées et affinées jusqu’à partir en gouttes.

 

 

 

 

 

Post production : 

À cette étape, vous avez normalement obtenu de beaux vortex colorés, mais vos photos nécessitent encore quelques optimisations. Pour cela, suivez les 3 étapes décrites ci-dessous que j’ai effectuées à l’aide d’Adobe Photoshop.

 

Étape 1 : importez l’image dans Photoshop 

vortex peinture

 

 

Importez l’image au format RAW dans Photoshop.

 

 

 

 

Étape 2 : suppression de la brosse

Dans Photoshop, sélectionnez l’outil ellipse de sélection ici entouré en rouge. Vous allez ainsi obtenir une croix à la place du curseur. Positionnez cette croix au centre de la brosse et maintenez la touche ALT tout en déplaçant le curseur pour modifier la taille du cercle.

 

Une fois votre sélection faite, sélectionnez l’outil pinceau (entouré en bleu sur l’image ci-dessus). Sélectionnez la couleur de votre fond à l’aide de la touche ALT qui fera apparaître la pipette. Il ne vous restera plus qu’à peindre la sélection.

 

noir

 

Lorsque le cercle sera entièrement peint, utilisez le raccourci clavier CTRL+D sur Windows ou CMD+D sur Mac afin de le désélectionner.

 

 

 

 

Étape 3 : amélioration du fond : 

Le fond de la photo brut n’est pas des plus parfaits. En effet, on peut remarquer à quelques endroits le sac utilisé pour protéger la perceuse ainsi que quelques planches. Suivez les quelques étapes ci-dessous afin de supprimer tous ces éléments gênants.

high speed photo

Sélectionnez l’outil baguette magique (ici entouré en rouge) et sélectionnez le fond noir en variant la tolérance (ici encadré en bleu) de sorte que tout le fond soit sélectionné et qu’aucune partie de la peinture ne le soit.

Une fois la sélection correctement faite, prenez l’outil pinceau et peignez cette fois-ci l’ensemble de l’image. Le fond deviendra ainsi entièrement uni.

 

 

 

Votre image est désormais entièrement terminée, prête à être exposée sur votre mur.

 

tourbillion peinture

 

 

 

J’espère que vous avez apprécié cet article et qu’il vous donnera envie de faire des photos. N’hésitez pas à laisser un commentaire si vous avez des questions et à vous abonner à la newsletter pour être tenu informé lorsqu’un prochain article sera publié.