Les réglages pour la photo de paysage

En photographie de paysage comme dans tout autre domaine, il est essentiel de correctement régler votre appareil photo pour obtenir des images qui répondent à vos attentes. Cependant, il n’est pas toujours facile de trouver la configuration optimale en fonction de la scène et du résultat espéré. Dans ce guide, vous allez découvrir les meilleurs paramètres pour la photo de paysage. Ces derniers vous permettront de sublimer chaque scène et de la retranscrire de la meilleure manière possible. 

Réglage photo paysage : l’ouverture 

Si vous ne devez prendre le contrôle que d’un réglage pour la photo de paysage, l’ouverture est le paramètre qui aurait le plus grand impact sur l’aspect de l’image. Ce réglage est noté f/nombre sur votre appareil. Plus le f/nombre est petit, plus l’ouverture est large, laissant alors pénétrer une importante quantité de lumière vers le capteur numérique ou la pellicule photo. Une grande ouverture est donc appréciable pour maximiser la capture de la lumière. Cependant, une plus grande ouverture a également pour effet de réduire la profondeur de champ. Elle n’est donc pas optimale pour la photographie de paysage où le photographe désire le plus souvent maximiser la profondeur de champ, avec une netteté parfaite du premier plan jusqu’à l’arrière-plan. 

La photo de paysage nécessite le plus souvent une grande profondeur de champ pour optimiser la netteté du premier plan jusqu’à l’arrière-plan de l’image. 

Pour étendre la profondeur de champ, beaucoup de photographes débutants utilisent une très faible ouverture de f/18, f/22 ou plus. Cependant, plus l’ouverture est étroite, plus un phénomène de diffraction entre en jeu et dégrade la précision des détails. Il est donc nécessaire de trouver le bon équilibre entre qualité d’image et profondeur de champ. Pour la plupart des paysages, le réglage optimal se trouve entre f/8 et f/16. Ces paramètres conviennent très bien pour des scènes de jour. La nuit, vous devrez probablement utiliser des ouvertures plus larges pour maximiser la capture de la lumière. 

Une ouverture comprise entre f/8 et f/16 permet d’étendre la profondeur de champ tout en conservant une haute qualité d’image. 

Réglage photo paysage : la vitesse d’obturation 

Pour plus de simplicité, on recommande généralement de photographier en mode priorité à l’ouverture (mode AV ou A sur la molette des modes de l’appareil). Ainsi, vous avez uniquement à renseigner l’ouverture la plus adaptée à la profondeur de champ désirée, puis l’appareil ajuste automatiquement la vitesse d’obturation. Dans la majorité des situations, ce mode fonctionne parfaitement pour la photo de paysage. Cependant, il reste nécessaire de conserver un œil sur les paramètres utilisés par l’appareil afin de s’assurer qu’ils respectent les critères de la photo. Si votre appareil est stabilisé sur un trépied et que tous les éléments de la scène sont statiques, peu importe que vous soyez à 1/500s ou à 2 secondes d’exposition, le résultat sera le même, tant que l’exposition de la photo est bonne. En revanche, lorsque des sujets sont mobiles dans la scène, vous devez prendre le contrôle de la vitesse d’obturation. 

Une vitesse d’obturation élevée fige le mouvement des animaux, des vagues et du vent. 

Si les feuilles des arbres et les herbes sont balayées par le vent, une vitesse d’obturation de 1/250s permettra généralement de les figer. Cette vitesse est également nécessaire pour supprimer le flou de bougé lorsque vous photographiez à main levée. Si votre paysage contient également des animaux, vous aurez besoin d’une vitesse d’obturation plus rapide pour figer le mouvement. Plus l’élément en mouvement occupe une place importante dans le cadre, plus la vitesse doit être élevée. À l’inverse, il est aussi possible d’opter pour une exposition plus étendue pour rendre floue une cascade, transformer les nuages en longues traînées ou encore donner un aspect lisse et cotonneux aux étendues d’eau. La valeur à utiliser dépend de la vitesse de déplacement de l’eau. Sur une cascade ou une rivière à fort débit, une vitesse de 1/10s apporte un très bel effet de lissage. Pour un lac ou des eaux plus calmes, une exposition de 10 à 20 secondes peut être nécessaire. 

Une vitesse d’obturation étendue permet de lisser et de rendre flou les éléments en mouvement dans l’image. 

Avec une vitesse d’obturation de plusieurs secondes en plein jour, la quantité de lumière captée durant toute la pose est trop importante et l’image devient inévitablement surexposée. Pour obtenir l’effet de flou sans impacter la luminosité de la photo, il est alors nécessaire d’employer un filtre ND. Ces derniers réduisent la quantité de lumière entrant dans l’appareil, permettant ainsi d’étendre l’exposition. En photo de paysage de jour, nous vous recommandons un filtre ND 1000 comme le Hoya Pro ND1000. Ce dernier permet de multiplier le temps de pose sans filtre par 1024, autorisant ainsi de très longues expositions. 

À lire : quel filtre ND choisir ? 

Le filtre Hoya Pro ND1000 limite la quantité de lumière qui pénètre dans l’appareil, permettant d’effectuer de longues expositions en plein jour. 

Réglage photo paysage : la sensibilité ISO 

L’ISO ajuste la sensibilité du capteur à la lumière. Plus ce paramètre est élevé, plus l’appareil est sensible à la lumière et peut rapidement exposer l’image. Ce gain s’effectue cependant par amplification artificielle de la lumière, avec pour résultat l’apparition de grain et une perte de netteté avec des valeurs extrêmes. Idéalement, la sensibilité ISO doit être la plus faible possible (ISO 100 sur la majorité des appareils) pour optimiser la qualité d’image. Si la photo est sous-exposée, essayez de compenser avec une vitesse d’obturation étendue ou une ouverture légèrement plus grande. Dans des conditions plus sombres et sans la possibilité d’étendre la vitesse d’obturation, les appareils modernes vous permettront généralement de monter jusqu’à 1600 ISO tout en conservant une image de bonne qualité. Avec un modèle plus ancien, effectuez quelques tests pour vérifier à partir de quelle valeur le grain devient trop destructeur. 

Conservez une sensibilité ISO aussi faible que possible pour maximiser la finesse des détails. 

Réglage photo paysage : le bracketing d’exposition 

En pleine journée, vous pourrez généralement capturer correctement la scène à partir d’une unique prise de vue. Cependant, au lever ou au coucher du soleil, la luminosité est souvent inégale, avec un premier plan très sombre qui contraste fortement avec la forte luminosité du ciel. Exposer correctement chaque zone de cette scène implique une plage dynamique plus importante que celle offerte par les meilleurs capteurs numériques. Par conséquent, pour ne pas faire de compromis en exposant correctement qu’une partie de la scène, la meilleure solution est d’effectuer un bracketing d’exposition, également appelé HDR. Cette technique consiste à réaliser une série d’images de la même scène, mais avec des réglages d’exposition différents pour chaque photo. Chaque zone peut ainsi être exposée correctement. Pour ce faire, certains appareils proposent un mode AEB ou HDR depuis lequel vous pouvez définir le nombre d’images à réaliser et la différence d’exposition entre chaque photo. Après la capture, les appareils les plus performants peuvent regrouper automatiquement toutes les images en une unique photo parfaitement exposée. Si cela n’est pas possible depuis votre modèle, l’assemblage peut s’effectuer manuellement en post-traitement. Sans mode bracketing, vous pouvez aussi réaliser cette technique à partir du mode manuel ou d’un mode semi-automatique ou jouant avec la correction d’exposition. 

Un bracketing d’exposition vous permet de conserver toutes les informations dans chaque zone d’une scène très contrastée.  

Réglage photo paysage : la mise au point 

En photographie de paysage, vous pouvez tout aussi bien utiliser la mise au point manuelle que l’autofocus pour obtenir de très bons résultats. Ce choix va en grande partie dépendre de vos préférences. Si vous optez pour la mise au point automatique, réglez votre appareil sur le mode autofocus ponctuel, également nommé AF-S dans les paramètres des appareils photo Nikon ou AF One-Shot sur les modèles Canon. Optez ensuite pour une zone autofocus à point unique pour sélectionner manuellement un unique collimateur, placé idéalement sur le sujet principal de l’image. Une fois la mise au point réalisée, vous pouvez désactiver l’autofocus tant que vous conservez la même scène et la même focale. 

Pour réaliser automatiquement la mise au point en photo de paysage, privilégiez le mode AF-S et un unique collimateur. 

Si vous privilégiez une mise au point manuelle, la méthode la plus simple consiste à placer la bague de mise au point sur l’infini, puis à revenir légèrement en arrière (environ 5 à 10°). Cette solution permet d’obtenir facilement une bonne netteté du premier plan jusqu’à la ligne d’horizon. Pour une précision accrue, vous pouvez effectuer la mise au point sur un élément placé deux fois plus loin que le premier sujet. Concrètement, si la photo comporte des fleurs ou un buisson à environ 2,5 m de l’appareil, trouvez un point à 5 m sur lequel focaliser. La netteté de l’image sera alors plus homogène. Pour les scènes les plus complexes, vous pouvez réaliser la mise au point sur la distance hyperfocale ou effectuer un bracketing de mise au point. La méthode est la même que pour le bracketing d’exposition, mais en décalant cette fois-ci la zone de focalisation. 

À lire : où faire la mise au point en photo de paysage ? 

Réaliser la mise au point sur une distance deux fois plus élevée que le premier sujet de l’image permet d’obtenir une netteté homogène sur l’ensemble du cadre. 

Réglage photo paysage : le format d’image 

Dans les paramètres de votre appareil photo, vous pouvez configurer la sauvegarde des images sur le format JPEG ou RAW. Une image JPEG présente l’avantage d’être éditée par l’appareil et immédiatement exploitable. Vous pouvez la partager sur Internet, l’envoyer à votre famille ou l’imprimer. Cependant, si vous désirez éditer et retoucher la photo, une image au format RAW vous offre plus de souplesse. Ce format peut se comparer à la pellicule au temps de l’argentique. Il conserve de nombreuses informations sur les images, vous permettant d’ajuster avec plus de précision la teinte, la balance des blancs, la luminosité, etc. Vous pourrez ainsi assombrir les hautes lumières du ciel, rehausser les ombres du sol, redonner de la vibrance aux feuilles des arbres et sublimer votre photo. Par conséquent, l’emploi du format RAW est fortement recommandé. 

Grâce au format RAW, vous pouvez ajuster de nombreux paramètres de l’image comme la teinte, la balance des blancs ou encore la luminosité de chaque gamme tonale. 

En résumé 

Vous connaissez désormais les meilleurs réglages pour la photo de paysage. Bien que ces derniers varient légèrement d’une scène à l’autre, vous obtiendrez généralement les meilleurs résultats avec une ouverture comprise entre f/8 et f/16, ainsi qu’une sensibilité ISO la plus basse possible. Le réglage de la vitesse d’obturation est plus flexible et dépend avant tout du résultat que vous souhaitez obtenir sur les sujets en mouvement. Les scènes complexes s’accompagnent idéalement d’un bracketing autofocus ou d’un filtre ND dégradé. Enfin, la mise au point peut se réaliser automatiquement ou manuellement, en fonction de vos préférences.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à vous abonner à la newsletter pour être informé lors de la publication des prochains sujets et pour recevoir gratuitement votre livre photo.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *