Les plus belles photos animalières de 2021

Rendez-vous incontournable pour tout passionné de nature, le concours Wildlife Photographer of the Year organisé par le musée d’histoire naturelle de Londres récompense chaque année les meilleurs photographes animaliers et de nature. Pour cette 57e édition, le concours a réuni plus de 50 000 photographes issus de 95 pays différents. Voici une première sélection des plus belles images soumises, en attendant l’annonce officielle des gagnants en octobre. 

Toxic Design (Gheorghe Popa)

Gheorghe pilotait son drone au-dessus de la vallée de Geamana dans les montagnes Apuseni en Roumanie lorsque les couleurs et motifs uniques de cette petite rivière l’ont frappé. Bien que ces dernières puissent paraître magnifiques, les couleurs non naturelles sont issues de produits chimiques toxiques qui s’écoulent en aval de la mine voisine qui exploite l’un des plus grands gisements de minerai de cuivre et d’or d’Europe.

La vallée autrefois pittoresque est devenue un réservoir rempli d’un cocktail acide, contenant de la pyrite (l’or des fous), du fer et d’autres métaux lourds, mêlés à du cyanure. Ces matières toxiques se sont infiltrées dans les nappes souterraines et dans les cours d’eau. À la fin des années 1970, plus de 400 familles vivant à Geamana ont été contraintes de s’exiler pour laisser place aux déchets qui affluent. Gheorghe espère que son image attirera l’attention sur la catastrophe écologique de ce lieu.


Apollo Landing (Emelin Dupieux)

À la tombée de la nuit, ce papillon apollon s’est posé sur une marguerite dans le Parc Naturel Régional du Haut-Jura, à la frontière franco-suisse. L’apollon est un grand papillon de montagne d’une envergure pouvant aller jusqu’à 90 mm. Il est impacté par le réchauffement climatique et est désormais l’un des papillons les plus menacés d’Europe.

Emelin était en vacances lorsqu’il s’est retrouvé dans une prairie alpine jonchée de papillons. Il désirait depuis longtemps photographier un apollon, alors il s’est mis au travail dans la lumière tombante pour obtenir ce cliché parfait. Bien qu’ils volaient lentement, les papillons apollons étaient constamment en mouvement et la douce brise faisait également bouger les marguerites sur lesquelles ils se posaient. Après de nombreux réglages et ajustements de la mise au point, Emelin est enfin parvenu à obtenir cette image : les blancs ressortant dans un contraste saisissant, avec juste des touches de couleur des cœurs jaunes des marguerites et des ocelles rouges de l’apollon. 


Lockdown Chicks (Gagana Mendis Wickramasinghe)

Gagana, 10 ans, a vu trois poussins de perruches à collier sortir de leur nid pour saluer le retour de leur père. La famille de perruches avait niché dans un palmier à noix mort dans l’arrière-cour de la maison des parents de Gagana à Colombo, au Sri Lanka. Ses parents avaient intentionnellement laissé l’arbre debout dans l’espoir d’y attirer des animaux. L’arbre s’est avéré être une source importante de divertissement alors que l’île a été fermée au printemps 2020. Gagana et son frère aîné ont passé des heures à expérimenter avec leurs appareils photo dans l’espoir d’obtenir une photo des poussins. 

Ces perroquets de taille moyenne sont originaires du Sri Lanka, de l’Inde et du Pakistan, ainsi que de certaines parties de l’Afrique subsaharienne, mais on trouve maintenant des populations sauvages dans de nombreux pays, dont le Royaume-Uni. Les perruches sont courantes dans certains milieux urbains, où elles nichent dans les trous des murs de briques.


Deep Feelers (Laurent Ballesta)

Dans les profondeurs au large de la côte méditerranéenne française, une communauté de milliers de crevettes narvals se connecte ensemble par de longues antennes extérieures. La photo de Laurent montre chaque crevette en contact avec ses voisines via leurs antennes et suggère que, potentiellement, des signaux s’envoient à travers un réseau de grande envergure. Des recherches ont montré qu’un tel contact est au cœur du comportement social des crevettes. 

Contre le bleu profond de l’eau, flottants parmi le corail noir – qui est blanc lorsqu’il est vivant – les crevettes translucides se sont révélées d’une beauté exceptionnelle avec leurs rayures rouges et blanches, leurs longues pattes orange et leurs larges antennes. Ces crevettes sont pêchées commercialement par des chalutiers de fond qui détruisent les récifs coralliens, ainsi que les crevettes qui y vivent. 


Storm Fox (Jonny Armstrong)

Cette renarde étonnamment audacieuse cherche des carcasses de saumon au bord de l’eau sur une petite île du lac Karluk, en Alaska. Jonny l’avait suivi pendant plusieurs jours, la regardant chercher des baies, bondir après les oiseaux et mordiller de manière ludique les talons d’un jeune ours brun.

Profitant de la lumière dramatique résultante d’une tempête, Jonny s’est allongé sur le ventre pour capturer la renarde. Travaillant avec un flash manuel, il a préréglé la puissance sur un niveau doux, mais suffisamment fort pour faire ressortir la texture du pelage. Alors que la renarde confiante se rapprochait, le compagnon de Jonny et son collègue ont dirigé le flash vers l’animal, attirant alors sa curiosité. Lorsqu’il a levé les yeux sur l’image, Jonny a aperçu un portrait atmosphérique qui semble presque tourné en studio, juste à temps avant que la tempête arrive et inonde la scène de pluie. 


Raw Moment (Lara Jackson)

Le sang qui coule de son museau est rouge vif, indiquant que la proie était encore en vie lorsque la lionne a commencé à la manger. Peut-être inexpérimentée, cette jeune lionne n’avait pas fait une mise à mort nette. Le parc national du Serengeti en Tanzanie voit une migration annuelle de plus de deux millions de gnous, fournissant aux lions de la région une surabondance saisonnière de nourriture.

Allongée dans un véhicule spécifiquement adapté, Lara a aperçu la lionne bondir. Elle était déjà bien rassasiée, dit Lara, probablement après s’être nourrie la veille, mais elle a saisi l’occasion pour un repas facile. Bien qu’il soit plus efficace lorsqu’il chasse en groupe, un seul lion reste capable d’abattre un animal deux fois plus lourd que lui. Selon Lara, la lionne n’a pas beaucoup mangé avant de quitter la victime pour partir avec le mâle avec qui elle était, apparemment plus intéressée par l’accouplement que par l’alimentation.


Net Loss (Audun Rikardsen)

Le résultat dévastateur de la surpêche sur nos océans. Une masse de harengs morts agonisants couvre la surface de la mer à perte de vue, juste au large des côtes norvégiennes. Depuis sa position à bord d’un navire des garde-côtes norvégiens, présent dans la zone pour surveiller la traque des orques, Audun a pu photographier toute la scène. Le bateau avait pris trop de poissons. Lorsque le filet a été treuillé, il s’est cassé, libérant des tonnes d’animaux écrasés et étouffés dans l’eau. Les photos d’Audun ont documenté ce crime contre nature et ont ensuite été utilisées comme preuves dans une affaire judiciaire qui a abouti à une condamnation et à une amende pour le propriétaire du bateau.

La surpêche constitue une menace sérieuse pour nos écosystèmes océaniques et selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, plus de 60% des sites de pêche sont aujourd’hui soit entièrement exploités, soit effondrés, et près de 30% sont considérés comme surexploités.

Le hareng norvégien frayant au printemps – qui fait partie de la famille des harengs de l’Atlantique – a été presque pêché jusqu’à l’extinction dans les années 1960, dans un scénario classique dont une mauvaise gestion, un manque de connaissances et de cupidité peut avoir un effet dévastateur et parfois permanent sur tout un écosystème. Il a fallu 20 ans et une quasi-interdiction de pêche pour que les populations de harengs se rétablissent. Cependant, comme le montre la photo d’Audun, il s’agit d’une reprise qui nécessite une surveillance continue. 


Lynx on the Threshold (Sergio Marijuán)

Photographié à travers la porte d’un grenier à foin abandonné dans une ferme de l’est de la Sierra Morena, en Espagne, un jeune lynx ibérique s’arrête pour observer ses environs. L’espèce était autrefois très répandue dans la péninsule ibérique d’Espagne et du Portugal, mais elle a décliné à la suite de la perte prolongée d’habitat, de la perte de proies, de la chasse et de l’abattage massif par les agriculteurs.

En 2002, il y avait moins de 100 lynx en Espagne et aucun au Portugal. Aujourd’hui, grâce à des méthodes de conservation, le lynx ibérique a échappé à l’extinction et est entièrement protégé dans toute la région. Les pratiques en cours de réensauvagement, de renforcement des proies et de création de couloirs et de tunnels naturels ont contribué à l’augmentation du nombre d’individus. Ce lynx est le dernier d’une famille à utiliser le grenier à foin abandonné, où les pièges photographiques soigneusement placés de Sergio documentent la vie familiale. 


Mushroom Magic (Juergen Freund)

Un champignon fantôme rougeoyant fleurit dans des fructifications d’un arbre mort dans le Queensland, en Australie. Jurgen a utilisé une torche pour explorer la forêt près de chez lui, l’éteignant tous les quelques mètres pour rechercher la lueur étrange du champignon fantôme. Une fois qu’il l’a trouvé, il a passé plus de 90 minutes accroupi sur le sol humide et sombre pour photographier le champignon à l’aide de différentes mises au point. Il a finalement pris huit expositions de cinq minutes qu’il a ensuite fusionnées pour créer cette image parfaitement nette. 

Les scientifiques savent que le champignon fantôme émet de la lumière grâce à une réaction chimique (la luciférine s’oxydant au contact de l’enzyme luciférase), mais la raison pour laquelle le champignon brille est un mystère. Aucun insecte dispersant les spores ne semble être attiré par la lumière, qui est continuellement produite et ne peut être qu’un sous-produit du métabolisme des champignons.


A Caring Hand (Douglas Gimesy)

Cette chauve-souris, également connue sous le nom de renard volant à tête grise, est orpheline et se repose dans un refuge pour animaux sauvages, après s’être nourrie de lait maternisé. Cette espèce est endémique de l’est de l’Australie où elle joue un rôle fondamental dans la dispersion des graines et la pollinisation. L’espèce est menacée par l’augmentation des changements de température et par la destruction de son habitat forestier au profit de l’urbanisation.


Vous pouvez retrouver l’intégralité des images du concours sur le site internet du musée d’histoire naturelle de Londres. Vous pouvez également retrouver les plus belles photographies présentées au concours, ainsi que les commentaires de leurs auteurs dans le livre Wildlife Photographer of the Year 2021 publié aux éditions Biotope.

Retrouvez les plus belles photos du concours dans le livre Wildlife Photographer of the Year 2021 publié aux éditions Biotope.

Si vous avez aimé cet article, vous pouvez vous abonner à la newsletter pour être informé lors de la publication des prochains sujets et pour recevoir gratuitement votre livre photo.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *