Si vous lisez souvent le blog ou d’autres sujets sur la photo, vous avez sûrement déjà vu l’une des abréviations EV, IL, LV, EI, diaph, stop ou encore f-stop. Elles correspondent toutes à la même notion, appelée indice de lumination (IL) en français. Cet indice nous permet de facilement régler l’exposition d’une photo, mais voyons un peu plus en détail comment il fonctionne et comment l’utiliser.

 

 

Qu’est-ce que l’indice de lumination ? 

 

L’indice de lumination permet de mesurer simplement la lumière captée par l’appareil photo. Pour résumer, lorsque l’on double la quantité de lumière, l’indice de lumination augmente de + 1 et on le note + 1 IL. Inversement, lorsque l’on divise la quantité de lumière par 2, on diminue l’indice de lumination d’une valeur de – 1 IL.

Jusqu’ici, vous vous demandez sûrement ce que va vous apporter ce soi-disant indice de lumination. Nous allons voir plus bas, qu’il va en réalité nous permettre de mieux maîtriser l’exposition de nos photos et de rapidement savoir adapter ses réglages pour garder une exposition constante. Pour cela, nous devons tous d’abord voir comment les 3 paramètres d’exposition influencent l’indice de lumination.

 

 

 

Influence des réglages d’exposition sur l’indice de lumination

 

La vitesse d’obturation: 

La vitesse d’obturation correspond à la durée à laquelle le capteur sera exposé à la lumière (cliquez ici pour en savoir plus). Lorsque l’on double cette vitesse, on double également la lumière captée et l’on augmente donc de + 1 IL.

Par exemple:

  • Passer de 1s à 2s = + 1IL
  • Passer de 20s à 10s = – 1 IL
  • Passer de 1/320s à 1/80s = + 4 IL

 

 

La sensibilité ISO: 

Si vous avez lu l’article sur la sensibilité ISO, vous savez que lorsque l’on double la valeur ISO, on double également la quantité de lumière captée, ce qui revient donc à augmenter l’indice de lumination de +1.

Par exemple:

  • Passer de 200 ISO à 400 ISO = +1 IL
  • Passer de 800 ISO à 3600 ISO = + 2 IL
  • Passer de 1600 ISO à 200 ISO = – 3 IL

 

 

L’ouverture du diaphragme: 

Le diaphragme permet entre autres de laisser rentrer plus ou moins de lumière. On note la valeur de l’ouverture par un F/nombre. Plus cette valeur est petite, plus le diaphragme est ouvert et ainsi plus la quantité de lumière entrante est grande (cliquez ici pour en savoir plus).

Ici, il ne suffit pas de doubler la valeur pour doubler la quantité de lumière captée. En effet, passer de F/22 à F/11 ne fait pas gagner + 1 IL mais + 2 IL. Pour calculer l’indice de lumination, il faut partir des valeurs d’ouvertures normalisées qui sont:

1 – 1,4 – 2 – 2,8 – 4 – 5,6 – 8 – 11 – 16 – 22 – 32

Entre chacune de ses valeurs, on double la quantité de lumière et on augmente donc de + 1IL.

Quelques exemples:

  • Passer de F/8 à F/4 = +2 IL
  • Passer de F/4 à F/5,6 = -1 IL
  • Passer de F/16 à F/4 = +4 IL

 

 

Et en quoi ça m’avance ? 

 

Maintenant que vous connaissez l’influence des réglages d’exposition sur l’indice de lumination, vous pouvez modifier l’un de ces réglages tout en adaptant les autres pour garder une exposition constante. Cela vous sera principalement utile lorsque vous photographiez en mode manuel, mais voyons quelques exemples pour que ce soit plus concret:

 

  • Diminuer la profondeur de champ: 

Imaginons que vous preniez une photo correctement exposée à F/5,6, ISO 200 et 1/250s mais que vous souhaitiez diminuer la profondeur de champ en vous mettant à F/1,4. Dans cette situation, il faudrait réaliser plusieurs essais pour que la photo garde la même exposition, mais vous n’avez sûrement pas toute la journée devant vous. C’est ici que l’indice de lumination intervient. On part du principe que vos précédents réglages correspondent à 0 IL. Ainsi, vous savez qu’en passant de F/5,6 à F/1,4 vous devez effectuer une exposition de -4 IL et vous pouvez donc utiliser de nombreux couples comme:

 

  • F/1,4 – ISO 50 – 1/1000s
  • F/1,4 – ISO 100 – 1/2000s
  • F/1,4 – ISO 200 – 1/4000s

 

 

  • Réaliser un flou de mouvement:

Cette fois, imaginons qu’un cycliste passe devant vous et que vous le photographiez à F/8, ISO 100 et 1/250s. Avec cette vitesse il sera figé mais ce que vous souhaitiez c’était de démontrer le mouvement en le rendant flou. Dans ce cas, il va falloir diminuer votre vitesse d’obturation et grâce à l’indice de lumination vous saurez rapidement adapter les autres réglages pour pouvoir le photographier avant qu’il ne soit parti. Vous pourriez par exemple utiliser l’un des couples suivants:

 

  • 1/15s – ISO 1600 – F/8
  • 1/8s – ISO 100 – F/1,4
  • 1/4s – ISO 200 – F/1,4

 

 

  • Utiliser le flash: 

La puissance d’un flash se règle par palier en divisant à chaque fois sa valeur par deux. On a les possibilités de réglages suivants:

1, 1/2, 1/4, 1/8, 1/16, 1/32, 1/64, 1/128

Ainsi, lorsque l’on passe d’une puissance de 1/2 à une puissance de 1/4, on divise par deux la quantité de lumière, soit une baisse de – 1IL.

Connaître cette règle est utile lorsque vous utilisez votre flash en mode manuel. Par exemple, vous photographiez à F/8, ISO 100 et 1/200s avec un flash réglé à 1/32. En passant le flash à 1/64 sans le déplacer, il faudra pour obtenir la même exposition adapter les réglages d’exposition de l’appareil pour effectuer une baisse de – 1 IL. Vous pourriez par exemple utiliser l’un des couples suivants:

  • F/5,6 – ISO 100 – 1/200s
  • F/8 – ISO 200 – 1/200s
  • F/8 – ISO 100 – 1/100s

 

 

  • Utiliser la correction d’exposition:

Dans les modes semi-automatiques (priorité vitesse, priorité ouverture, programme), votre appareil calcule tout seul l’exposition. Cependant, il arrive qu’il se trompe dans ses calculs, notamment si la scène est très dynamique, c’est-à-dire avec des zones très claires et des zones très sombres. Dans ce genre de situations, votre photo risque d’être surexposée ou sous-exposée. L’outil correction d’exposition va vous permettre de corriger cette exposition à l’aide d’une échelle graduée en indice de lumination. Il est donc très important de connaître ce principe pour correctement utiliser cet outil. Je ne vous en dis pas plus sur cet outil, nous le verrons plus en détail dans l’article de demain.

 

 

 

On arrive à la fin de cet article et comme d’habitude, n’hésitez pas à laisser un commentaire si vous avez des questions.

Pensez également à vous abonner à la newsletter pour être informé lors de la publication des prochains articles ainsi que pour recevoir gratuitement votre guide photo de 75 pages.