Le trépied est un élément indispensable du bon photographe. Il vous sera utile pour réaliser des poses longues, pour photographier de nuit, pour vous appliquer dans le cadrage, pour effectuer un HDR, ainsi que pour de nombreuses autres occasions.

Mais quel trépied choisir parmi tous ces différents modèles avec des  prix allant de quelques dizaines à plusieurs centaines d’euros. Cet article vous permettra d’orienter vos recherches en fonction des caractéristiques indispensables qu’il faut regarder avant d’acheter un trépied. Si vous êtes pressé, vous pouvez directement accéder au catalogue des meilleurs trépieds 2017.

 

 

Les caractéristiques indispensables d’un bon trépied :

 

  • La charge supportée :

Commençons par le critère le plus important, celui qui vous permettra d’éviter de retrouver le trépied au sol avec votre appareil photo en pièces. Pour connaître la charge que votre futur trépied devra supporter, prenez votre appareil photo monté avec son plus gros objectif ainsi que votre plus gros flash et pesez l’ensemble. Vous devrez ensuite choisir un trépied pouvant supporter au minimum 2 fois cette valeur afin de s’assurer qu’il ne tombera pas au premier coup de vent ainsi que de ne pas avoir à racheter un trépied si vous changez de matériel.

 

  • La hauteur maximale :

Partez du principe que plus le trépied peut se déplier en hauteur, plus les possibilités sont grandes. Vous pourrez cadrer en contre-plongée, passer au dessus d’éléments gênants, etc.

C’est à vous de définir cette taille en fonction de vos besoins, il est inutile de prendre un trépied de 2 m si vous ne faites que des photos de fleurs. En revanche pour d’autres styles de photos, prenez en taille maximale la hauteur à laquelle vous êtes capable de viser sans avoir besoin de monter sur une chaise.

 

  • La hauteur minimale :

La hauteur minimale est d’autant plus importante que celle maximale, surtout si vous effectuez du paysage ou de la macro. Il existe différents systèmes permettant de viser le plus bas possible.

 

 

trépied macro
Système de dépliage à plat comme le Nanomax 480RW20
trépied macro
Système d’inversion de la colonne central comme le K&F TM2515
Trépied pour photo macro. Trépied pour macro. Trépied pour macrophotographie.
Système de bras orientable comme le Vanguard 263AT

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • La taille une fois repliée : 

Critère important à prendre en compte pour le transport de votre trépied. Un petit trépied qui tient dans un sac à dos vous facilitera la vie lorsque vous partirez en vacances ou en randonnée.

Mais faites attention à ne pas négliger la solidité, car certains trépieds sont très petits, mais comportent du coup beaucoup de sections, entraînant une plus faible stabilité.

 

  • Le poids du trépied :

Le poids pose souvent dilemme. Plus il sera lourd, plus il sera stable, mais par conséquent moins il sera pratique pour être transporté. Le poids influence également le prix du trépied, en général les deux principaux matériaux de construction sont l’aluminium et le carbone, qui contrairement à son concurrent permet d’obtenir des trépieds solides et très légers mais en doublant voire triplant le prix. Il faudra ici faire un compromis entre se muscler le dos ou mettre la main au portefeuille.

Faites tout de même attention à ne pas prendre un trépied trop léger qui risquerait de basculer en cas de gros coup de vent.

 

Vanguard Alta+ 263AP
Trépied Vanguard Alta+ 263AP

 

 

 

Certains trépieds disposent d’un crochet sur la colonne centrale permettant d’y accrocher un poids, augmentant ainsi la stabilité du trépied.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Le système de déploiement des pieds :

Il existe deux systèmes de déploiement des pieds, le système à vis et le système à clips. Le système à clips est plus rapide à déployer et à replier que celui à vis, mais risque de s’user plus rapidement. Un autre paramètre à prendre est le nombre de sections. Plus il y en aura, plus la mise en place sera longue et moins le trépied sera solide.

 

système à vis
système à vis
Système à clips
Système à clips

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Des pieds indépendants :

trepied-sans-pied-independant

 

Peu importe les photos que vous effectuez, il vous arrivera plus souvent que prévu de devoir photographier sur un terrain accidenté. Dans ce type de situation, la seule solution permettant d’avoir un trépied suffisamment stable et plat sera de pouvoir positionner chaque pied indépendamment des autres.

 

 

 

 

 

 

 

Les têtes et rotules : 

Les têtes et les rotules correspondent au système permettant de fixer l’appareil photo au trépied. Il en existe différentes sortes avec chacune leurs avantages et inconvénients. Elles sont pour la plupart du temps directement vendues avec le trépied, mais vous pouvez les changer suivant vos préférences.

 

 

  • Rotule 3D :
rotule 3D
Rotule 3D Manfrotto MH293D3-Q2

 

La rotule 3D est la tête la plus couramment utilisée. Elle permet de régler chaque axe (vertical, horizontal et latéral) indépendamment des autres. Elle permet un cadrage très précis, mais en est par conséquent plus long.

Elle est recommandée en photo de paysage, macro, architecture ou tout autre domaine où le cadrage doit être réalisé avec soin.

 

 

 

 

  • Rotule ball :
rotule ball
Rotule ball Manfrotto 494RC2

 

Les rotules ball permettent une inclinaison dans les 3 mêmes axes que les rotules 3D, à la seule différence qu’elles ne disposent que d’une seule vis pour bloquer le système. Elles en sont du coup moins encombrantes, car elles ne disposent pas de manettes d’orientation, il faudra pour l’incliner tenir l’appareil photo.

Beaucoup moins précises que les rotules 3D elles s’avèrent en revanche être plus pratiques lorsque la vitesse s’impose. Elles sont donc fortement utilisées pour de la photo de sport, d’animaux, etc.

 

 

 

 

 

  • Rotule Joystick :
Rotule Joystick
Rotule joystick Manfrotto 324RC2

 

Les rotules Joystick possèdent les mêmes caractéristiques que les rotules ball. La seule différence se situe dans le système de blocage/déblocage de la rotule. Contrairement aux rotules ball où il faut viser ou dévisser, ici la rotule est libérée en appuyant simplement sur une gâchette située sur la poignée et bloquée en relâchant cette gâchette.

La poignée apporte une meilleure stabilité que les rotules ball, ce qui est pratique pour suivre un sujet. En revanche, elle reste tout de même moins précise qu’une rotule 3D et reste donc à privilégier lorsque la vitesse d’action est primordiale.

 

 

 

 

 

Les accessoires indispensables: 

 

  • Les attaches rapides: 
attache rapide
Attache rapide adaptable Manfrotto

 

Aujourd’hui, pratiquement tous les systèmes de fixation disposent d’une attache rapide et heureusement car ce système est indispensable. Il s’agit d’une petite plaque que l’on vient visser sur l’appareil photo à l’endroit normalement prévu pour le trépied. Cette plaque restera en permanence sur l’appareil photo et il n’y aura plus qu’à la poser à l’emplacement prévu sur la rotule, à la clipser pour bloquer l’appareil photo et inversement pour la retirer.

Si vous avez un vieux trépied qui n’en dispose pas, il en existe des adaptables comme sur l’image ci-dessus.

 

 

 

  • Les niveaux à bulles: 

Manfrotto MHXPRO-3W

 

Les niveaux à bulles sont situés sur la rotule et permettent de savoir si votre appareil photo est parfaitement droit sur l’axe choisi. Aujourd’hui, la plupart des rotules en contiennent au minimum un pour l’axe horizontal, mais de plus en plus de marques en installent un pour chaque axe (vertical, horizontal, latéral).

 

 

 

 

 

 

 

J’espère que cet article vous aidera à choisir votre trépied. Si vous n’avez pas le temps de tout comparer, le catalogue des meilleurs trépieds photo 2017 est disponible ici.

N’hésitez pas à laisser un commentaire si vous avez une question et à vous abonner à la newsletter pour être tenu informé lors de la publication des prochains articles.