Bien choisir son flash photo

Même si aujourd’hui de plus en plus d’appareils disposent d’un flash intégré les possibilités qu’ils offrent sont trop restreintes. En effet, la plupart ne sont pas orientables, ont une faible puissance,  des possibilités de réglages trop restreintes, etc. Pour parer à tous ces problèmes et enfin pouvoir véritablement composer avec la lumière,  l’achat d’un flash externe se voit être obligatoire.

 

 

 

Les différents types de flashs: 

 

Avant d’entamer la recherche d’un flash, il est important d’identifier l’utilisation que vous souhaitez en faire. Il existe différentes sortes de flashs et suivant l’utilisation que vous comptez en faire, certains conviendront mieux que d’autres.

 

 

  • Les Flashs cobra:

Flash Neewer NW580

Les flashs cobra sont les systèmes d’éclairage les plus utilisés par les amateurs comme par les professionnels.

Ils disposent d’une tête orientable horizontalement et verticalement permettant d’éclairer le sujet avec une lumière indirecte en dirigeant par exemple le flash sur un mur blanc.

Ils disposent d’une très grande puissance, permettant d’éclairer sur de longues distances. Aujourd’hui, cette puissance est pour la plupart des modèles automatiquement réglée en fonction des réglages de votre appareil photo lors de la prise de vue.

 

Cliquez ici pour découvrir les meilleurs flashs cobra 2017

 

 

  • Les flashs de studio: 

Flash Godox SK400

Les flashs de studio sont beaucoup plus gros et beaucoup plus puissants que les flashs cobra. Ils sont alimentés par prise secteur(220v) ou par une batterie externe. Comme leurs noms l’indiquent, ils sont normalement destinés à rester en studio.

Leurs principaux avantages sont une vitesse de recyclage largement supérieure à ceux des flashs cobra, ainsi qu’une plus grande possibilité d’y ajouter des accessoires pour moduler la lumière.

 

 

 

 

 

 

 

Ils possèdent également une lampe témoin pour effectuer les réglages et pouvoir les orienter précisément en voyant directement le résultat sans devoir effectuer des tests comme avec un flash normal.

 

 

 

 

 

 

  • Les Flashs annulaires:

Flash Neewer NW-14EXM

 

Les flashs annulaires viennent se fixer sur l’avant de l’objectif et sont reliés à un boîtier contrôleur que l’on vient fixer sur la griffe de l’appareil photo. Ils sont principalement utilisés pour de la macrophotographie car suivant la distance du sujet, les flashs cobra produisent une ombre provoquée par l’objectif.

 

 

Cliquez ici pour découvrir les meilleurs flashs annulaire 2017

 

 

 

 

 

 

 

Les caractéristiques indispensables:

 

 

  • La puissance:

Chaque flash possède sa propre puissance. Plus il sera puissant, plus il sera capable d’éclairer loin.

Cette puissance est donnée par un nombre guide (NG) correspondant à la distance du flash en mètre multiplié par l’ouverture avec comme valeur de référence une sensibilité de 100 ISO.

 

NG = distance (m) x ouverture

 

Il faudra adapter le choix de la puissance en fonction de vos besoins. Si vous photographiez des sujet assez loins, il faudra prendre un flash puissant. En revanche, si vous faites de la photographie à haute vitesse, il faudra choisir une plus faible puissance pour que la lumière se dissipe le plus rapidement possible.

 

Exemple de la durée d’un éclair émis par un flash cobra Canon 580 EX II à 60 cm du sujet.

 

 

 

  • Le temps de recyclage:

Le temps de recyclage correspond au temps nécessaire pour recharger les accumulateurs entre 2 flashs. Il s’agit d’un paramètre très important à prendre en compte.

Suivant les photos que vous comptez faire, il est possible que vous ailliez besoin de photographier en mode rafale, dans tel cas il faudra un flash capable de recharger très rapidement. En revanche si vous faites des photos où vous avez tout votre temps alors le temps de recyclage importe peu.

 

 

  • Les différents modes:

En mode manuel, ce sera à vous de régler manuellement la puissance du flash et sa focale. On pense souvent à tort que ce mode est inutile, mais bien au contraire, il permet un contrôle total de l’éclairage et ainsi de connaître l’influence des différents réglages.

En mode automatique, le flash dispose d’une cellule qui lui permettra de mesurer la lumière qui va se refléter sur le sujet. Il ajustera ainsi sa puissance mais sans tenir compte des réglages de l’appareil photo.

En mode TTL, le flash communique avec l’appareil photo afin de se régler automatiquement en fonction des réglages du boîtier. Il mesure la puissance à travers l’objectif en envoyant une série de pré-éclairs et ajuste ainsi ses réglages en prenant en compte la distance objectif-sujet, sa reflexion, etc. Chaque marque dispose de son propre système de mesure de lumière (E-TTL /E-TTLII pour Canon, I-TTL pour Nikon, P-TTL pour Pentax).

En mode synchronisation à haute vitesse, vous n’êtes plus limité par la vitesse de synchronisation de votre appareil photo qui se situe entre 1/160 et 1/250 de seconde. Ces valeurs correspondent à la vitesse d’obturation réglée sur votre appareil photo. Si vous dépassez cette valeur sans le mode synchronisation à haute vitesse, une partie de la photo n’aura pas eu le temps d’être éclairée car le deuxième rideau aura commencé à recouvrir le capteur avant que le flash n’est eu le temps de se déclencher. Ce mode est donc indispensable si vous comptez faire des photos où une action doit être figée.

 

1/200
1/320

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je ne rentrerai pas plus dans les détails ici, si vous souhaitez en savoir plus, j’explique ce phénomène bien plus clairement dans l’article « correctement maîtriser son flash« .

 

 

  • Le zoom:

La plupart des flashs possèdent une fonction zoom permettant d’étendre ou de concentrer la lumière en fonction de la focale utilisée.

 

Exemple d’un flash positionné à 1m d’un mur. Seul le zoom du flash change, l’appareil photo et le flash ont gardé la même distance sur les 3 photos.

Zoom du flash à 14 mm
Zoom du flash à 50 mm
Zoom du flash à 105 mm

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Les dimensions et le poids:

Caractéristiques moins importantes mais qu’il ne faut tout de même pas négliger. Les flashs n’ont pas tous les mêmes dimensions et le même poids, ce critère peut être important en fonction des photos que vous faites. Si vous photographier uniquement en studio, ce critère na pas d’importance, mais si vous faites du shooting extérieur ou du reportage, la compacité est primordiale, à condition de ne pas négliger les performances.

 

 

 

 

Les accessoires: 

 

 

  • Les parapluies:

Parapluie Neewer pour flash

Les parapluies permettent un éclairage indirect. On y installe un flash ou une lumière continue en direction du parapluie pour que la lumière s’y reflète et vienne éclairer le sujet.

En se reflétant, la lumière va être adoucie et va couvrir un angle plus large.

Il existe 3 couleurs de parapluie, le blanc permettant d’adoucir la lumière, l’argent permettant une lumière plus vive et plus lumineuse et le doré permettant un éclairage aux teintes plus chaudes.

Parmi ces 3 couleurs, vous trouverez en plus des parapluies recouverts à l’extérieur d’un tissu noir pour éviter que la lumière ne le traverse et vienne se refléter sur un mur, un plafond ou tout autre élément se trouvant à côté et qui pourrait venir perturber le résultat final.

 

 

 

  • Les soft box:

Softbox Neewer pour flash

Les soft box ont exactement le même rôle que les parapluies à la seule différence qu’elles possèdent deux couches de diffusion. Une argentée à l’intérieur sur lequel va se refléter la lumière et une blanche en sortie que la lumière devra traverser. Ces deux couches de diffusion vont ainsi générer une lumière légèrement plus homogène qu’un parapluie.

Elles permettent un meilleur contrôle de la lumière car celle-ci ne s’échappera pas comme elle le fait avec un parapluie en passant sur les côtés ou à travers.

Il en existe deux sortes, les rectangulaires et les octogonales, que l’on appelle aussi octobox. Je vous conseille de prendre celle-ci, car elles produisent un éclairage légèrement plus propre. Elles sont en revanche plus chères et plus encombrantes.

 

 

  • Les réflecteurs:

Les réflecteurs permettent de couvrir les zones non éclairées par votre source de lumière et ainsi déboucher les ombres.

Il en existe de différentes couleurs dont les principales sont le blanc projetant une lumière douce, l’argent pour une lumière plus vive et plus lumineuse, le doré pour un éclairage aux teintes plus chaudes et le noir pour bloquer les rayons qui pourraient se refléter sur une autre surface. 

 

 

 

 

  • Le snoot:

Snoot Neewer pour flash studio

 

 

Le snoot va permettre de créer un faisceau de lumière le moins diffus possible que l’on pourra diriger très facilement. Il est principalement utilisé pour des photos low key lorsque l’on veut éclairer qu’une seule partie du modèle.

 

 

 

 

 

 

  • Les nids d’abeilles:

Nid d’abeille JJC SG-C II

 

Les nids d’abeilles sont des grilles perforées de trous hexagonaux rappelant la forme des alvéoles confectionnées par les abeilles.

Il en existe plusieurs sortes avec des trous plus ou moins gros ainsi que des angles plus ou moins importants.

Leurs rôles est le même que le snoot, soit de canaliser la lumière. Ils peuvent même être ajouté à celui-ci pour canaliser encore plus le flux.

 

 

 

 

 

 

  • Les gélatines:

ROGUEGEL-CC

 

Les gélatines sont des filtres colorés que l’on vient fixer sur le flash. Il en existe deux sortes:

Les gélatines correctrices: permettent de corriger une teinte dominante.

Par exemple, l’éclairage public a souvent une teinte orangée. Si vous photographiez quelqu’un en l’éclairant avec un flash, il apparaîtra d’une couleur normale tandis que tout le reste sera orange. Grâce aux gélatines, il est très facile de régler ce problème. Il suffit d’en placer une orange sur le flash, ainsi le sujet aura la même teinte que le reste de l’image. Ensuite, il n’y aura plus qu’à modifier la balance des blancs en post traitement afin d’obtenir une photo aux lumières plus naturelles.

 

ROGUEGELS-U

 

Les gélatines créatives: sont quant à elles des filtres avec des teintes beaucoup plus variées permettant de créer l’ambiance que vous voulez.

 

 

 

 

 

  • Les déclencheurs sans fils: 

 

Il existe de nombreux systèmes permettant de  déclencher à distance un flash (infrarouge, flash maître, etc), mais je ne parlerais ici que des déclencheurs radio car il s’agit du seul système que j’utilise, ainsi que la plupart des autres photographes.

Les déclencheurs radio sont les systèmes les plus efficaces. Vous fixez un émetteur sur la griffe flash de votre appareil photo qui aura pour but d’envoyer les informations de réglages jusqu’à un boîtier récepteur sur lequel sera connecté le flash.

Comme ils fonctionnent par fréquences radio, vous pouvez déclencher le flash jusqu’à plusieurs centaines de mètres de distance pour certains modèles d’émetteurs, ainsi que de pouvoir les déclencher à travers un mur ou toute autre surface qui bloquerait la communication avec les autres technologies de déclencheurs à distance.

 

Cliquez ici pour consulter la sélection des meilleurs déclencheurs radio 2017.

 

 

 

 

  • Les piles rechargeables:

Les piles sont l’élément le plus important du flash, c’est pour ça qu’il ne faut pas négliger cette étape. Tout d’abord, je vous déconseille fortement d’utiliser de simples piles alcalines. Vous allez vous ruiner en un mois d’utilisation et en plus ce n’est pas très écologique. Il va donc falloir acheter des piles rechargeables. Après en avoir essayé bon nombre, j’utilise désormais qu’un seul modèle
de pile qui m’offre les meilleurs résultats parmi tous les modèles testés.

Le chargeur est également un élément qu’il ne faut pas négligé. C’est en partie lui qui permettra une durée de vie optimale à vos piles.

Pour connaître les seules piles rechargeables à utiliser ainsi que le type de chargeur à acheter, je vous invite à lire mon article « les meilleures piles rechargeables pour vos flash« .

 

 

 

 

J’espère que cet article vous aidera à choisir votre flash. Si vous souhaitez gagner du temps, vous pouvez directement consulter les meilleurs flashs cobra en cliquant ici, ou les meilleurs flashs macro en cliquant ici.

 

Si cet article vous a plu ou si vous avez des questions, n’hésitez pas à laisser un commentaire et à vous abonner à la newsletter pour être tenu informé lors de la publication d’un nouvel article.

 

4 pensées sur “Bien choisir son flash photo

  • 2 novembre 2017 à 11 h 13 min
    Permalink

    Bonjour, j’ai trouvé ça dans l’article:
    Le temps de recyclage correspond au temps nécessaire pour « rechercher » je pense que c’est (RECHARGER) 🙂

    Répondre
    • 2 novembre 2017 à 12 h 20 min
      Permalink

      Bonjour,
      Oh la belle coquille… Merci de me l’avoir signalé, c’est corrigé 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *