Si je vous donne le nom d’un objectif Canon, par exemple le «Canon EF-S 15-85mm f/3.5-5.6 IS USM»  il est difficile de comprendre immédiatement les technologies embarquées dans cette optique. Les marques aiment utiliser toutes sortes d’abréviations et de sigles pour nommer leurs technologies et les objectifs Canon ne font pas exception à la règle. 

Dans cet article, nous allons voir en détail les différentes abréviations, sigles et technologies utilisées pour décrire les objectifs Canon.

 

Les différentes montures :

 

EF : Electronic Focus

En 1987 sortit le premier appareil photo EOS. C’est avec cet appareil que la monture d’objectif EF fit son apparition et reliant pour la première fois les objectifs au boîtier de l’appareil photo de manière entièrement électronique. Hormis la connexion physique entre ces deux composants, toutes les communications sont électroniques et offrent un transfert des données en temps réel avec une extrême précision.

Malgré le développement et l’évolution continu des systèmes de mise au point, des technologies des stabilisateurs d’image, des éléments d’objectifs spécialisés et de l’étanchéité, la conception de la monture EF d’origine est restée la même. Tous les objectifs EF sont compatibles avec tous les appareils photo EOS, y compris la nouvelle série EOS M lorsqu’elle est utilisée avec la bague d’adaptation monture EF pour EOS M.

 

 

EF-S : Electro Short Back Focus

Les objectifs EF-S sont spécifiquement conçus pour les modèles de reflex EOS à capteur APS-C. Comme le capteur dédié est plus petit, les objectifs s’en retrouvent moins encombrant et moins lourd. Les objectifs EF-S sont disponibles dans une large gamme allant de 16 mm à 400 mm (équivalent 35 mm).

 

 

EF-M : Electronic Focus mirrorless

Lors de la sortie du premier appareil photo hybride Canon en 2012, une nouvelle gamme d’objectifs a été spécifiquement développée pour ce nouvel appareil. Depuis de nombreux autres appareils hybrides sont sortis, ce qui a permis à la gamme d’objectifs EF-M de s’enrichir et de désormais proposer un large choix de distances focales, allant du téléobjectif jusqu’à l’ultra grand-angle.

Contrairement aux optiques EF et EF-S, les objectifs EF-M sont dépourvus de sélecteur de mise au point (AF/MF) et de commutateur de stabilisation (IS ON/OFF)

 

Connaître facilement le type de monture compatible :

 

Le meilleur moyen de savoir quels objectifs sont adaptés à votre appareil photo est d’examiner les indicateurs figurant sur la monture de l’objectif, à l’avant de votre appareil photo. Retirez simplement l’objectif de votre appareil photo en appuyant sur le bouton de déverrouillage de l’objectif et en faisant pivoter l’objectif dans le sens inverse des aiguilles d’une montre.

 

abréviation objectif Canon

 

 

 

Si un cercle rouge figure sur la monture de l’objectif, votre appareil photo accepte les objectifs EF.

 

 

 

abréviation objectif Canon

 

 

 

Si vous voyez un cercle rouge et un carré blanc, il accepte également les objectifs EF-S.

abréviation objectif Canon

 

 

Si vous voyez un cercle blanc, il accepte uniquement les objectifs EF-M. Il est tout de même possible d’y installer des montures EF et EF-S en utilisant l’adaptateur de monture EF-EOS M

 

 

 

 

Les optiques spéciales : 

 

MP-E : Objectifs macro 

abréviation objectif Canon

 

 

Les optiques possédant le sigle MP-E sont spécialement construites pour la macrophotographie et permettent un grossissement de minimum 1x.

Dans cette gamme, l’optique MP-E 65 mm f/2,8 permet d’obtenir un coefficient de grossissement de x1 à x5.

 

 

 

 

TS-E : Objectif à décentrement et à bascule 

abréviation objectif Canon

 

Les objectifs TS-E (Tilt-Shift Enabled) correspondent à la gamme des objectifs à décentrement de chez Canon permettant de corriger les défauts de perspective. Ces objectifs sont également à bascule afin de pouvoir contrôler la profondeur de champ. Il est ainsi possible d’obtenir une très grande profondeur de champ même avec une grande ouverture.

Quelques exemples d’objectifs Canon TS-E :

 

 

 

CN-E : Objectifs Cinéma

abréviation objectif Canon

 

 

Les objectifs de la gamme CN-E sont des optiques spécialement conçues pour la gamme d’appareils EOS C dédiée à une utilisation vidéo. Ils répondent parfaitement aux standards élevés des cinéastes et permettent de prendre des images cinématographiques de haute qualités que ce soit à main levé, à l’épaule ou sur un trépied.

 

 

 

 

 

 

L : Luxury 

abréviation objectif Canon

 

Chez Canon, les optiques de la gamme L (Luxury) correspondent aux objectifs très haut de gamme. Les optiques de cette gamme sont réputées pour fournir une qualité optique exceptionnelle, une excellente fiabilité et une très bonne résistance aux éléments extérieurs tels que la poussière, l’humidité ou encore les éclaboussures.

Outre le prix, ces objectifs sont facilement identifiables grâce au liseré rouge se trouvant à l’avant de l’objectif. Ils sont cependant uniquement proposés en monture EF.

Quelques exemples d’objectifs Canon L  :

 

 

 

 

Système de mise au point :

 

Les objectifs Canon utilisent actuellement trois principaux types de technologies d’autofocus. Il s’agit des moteurs STM, USM et d’un moteur CC plus traditionnel. Pour vous permettre de comprendre leur fonctionnement et ainsi de choisir un objectif adapté à vos besoins, examinons les différences entre ces moteurs.

 

STM : Stepping Motor

Les moteurs STM (Stepping Motor ou motorisation pas à pas) permettent un autofocus doux et silencieux. Deux caractéristiques indispensables pour l’enregistrement vidéo.

La technologie STM de Canon offre une gamme d’objectifs extrêmement silencieux et pourtant suffisamment rapides pour capturer des photos dans un large éventail de situations.

 

Deux types de moteurs STM sont utilisés dans les objectifs Canon :

 

  • STM à engrenages

Cette gamme de moteurs STM utilise des engrenages hélicoïdaux pour effectuer la mise au point, ce qui permet de gagner en capacité. Ce type de moteur est installé dans les gammes d’objectifs les plus compactes.

 

 

  • STM à vis sans fin

Les systèmes STM à vis sans fin sont physiquement plus grands que les objectifs à engrenages, mais offrent encore davantage de silence et de vitesse.

 

 

 

USM : Ultrasonic Motor

L’USM (Ultrasonic Motor ou moteur ultrasonique) est actuellement le type de moteur autofocus le plus communément utilisé dans la gamme d’objectifs Canon EF. Ce type de moteur convertit l’énergie ultrasonique en force de rotation pour déplacer l’objectif. C’est actuellement le moteur de mise au point le plus rapide de la gamme Canon. Il vous permet également d’affiner manuellement la mise au point sans avoir à désactiver complètement l’autofocus.

 

Il existe actuellement trois types de moteurs USM utilisés dans les objectifs Canon :

 

  • USM annulaire

L’USM annulaire est le système d’autofocus qui équipe la plupart des objectifs professionnels Canon. Il offre un contrôle efficace tout en conférant une grande vitesse et une précision optimale. Le puissant moteur USM permet un entraînement suffisamment rapide pour entraîner sans difficulté les différents groupes d’objectifs lourds des grands téléobjectifs sans avoir à utiliser un système d’engrenages pour réduire la vitesse.

Les moteurs USM offrent également un niveau de maintien élevé. Ainsi, lorsque le moteur est coupé, le groupe d’objectifs de mise au point reste en place sans nécessiter d’intervention. Le moteur USM de type annulaire n’est pas aussi silencieux que les moteurs STM, mais il reste extrêmement discret par rapport aux performances offertes.

Le mécanisme de l’USM annulaire est constitué d’un rotor, d’un stator et d’un boîtier élastique sur lequel est fixé un élément de tension en céramique piézo-électrique. Lorsqu’un courant ayant une fréquence de résonance d’environ 30 000 Hz est appliqué au stator, les vibrations créées entraînent la rotation du rotor. 30 000 Hz se trouvant dans la plage de fréquence ultrasonique, c’est de là que vient le nom des moteurs USM.

 

  • Micro USM

Tandis que l’USM annulaire est conçu pour se loger dans le barillet circulaire d’un objectif, le moteur micro USM a quant à lui été créé pour s’adapter à un grand nombre d’objectifs sans être limité par la taille de leur barillet. Ainsi, avec un moteur micro USM, le rotor, le stator et l’engrenage d’entraînement sont combinés en une unité pesant environ la moitié du poids d’un moteur USM annulaire.

 

  • Nano USM

Lancé début 2016, le Nano USM est la dernière innovation de Canon en matière de technologie de mise au point. Il associe la vitesse d’un USM annulaire au silence et à la fluidité d’un système STM. Il s’agit alors d’un moteur hybride capable de capturer des actions rapides et d’enregistrer des vidéos avec fluidité et silence absolu.

À l’intérieur de ce système se trouvent un boîtier métallique élastique, un système sous tension en céramique et une unité d’entraînement. L’application et le réglage de la tension de l’élément en céramique contrôlent le sens et la vitesse de l’unité d’entraînement. Le système de mise au point vous offre ainsi une mise au point fluide avec une vitesse régulée.

 

 

Moteurs à entraînement direct

Si un objectif ne possède ni le therme « USM » ni « STM » dans son nom, il est probable qu’il utilise alors un moteur CC, ou à entraînement direct. Ce type d’objectif dispose tout de même d’un autofocus, mais sans la rapidité ni la fluidité et la discrétion de la technologie STM ou USM.

 

 

 

 

Système de stabilisation : 

 

IS : Stabilisateur optique

En photographie, l’une des principales contraintes lorsque l’appareil est tenu à main levée provient du flou de bougé produit par une vitesse d’obturation trop lente. Le système de stabilisation optique de Canon (IS) est composé de gyroscopes et d’un groupe de lentilles qui viennent se déplacer en fonction des secousses et permettant ainsi de gagner de 2 à 4 valeurs de vitesse, soit de pouvoir photographier avec une vitesse de 2 à 4 fois plus lente sans que les photos ne soient floues. La stabilisation optique est donc fortement utile lorsque vous utilisez votre appareil sans trépied dans des conditions lumineuses difficiles ou avec de longues focales.

Les deux photos ci-dessous ont été prises avec les mêmes paramètres d’exposition. Sur celle de droite, la stabilisation a été désactivée tandis que celle de gauche en a bénéficié. L’efficacité du stabilisateur d’image est visible puisque l’image stabilisée souffre nettement moins du flou du bougé.

 

abréviation objectif Canon

abréviation objectif Canon

 

 

 

 

 

Depuis la sortie en 1995 du premier système de stabilisation sur un objectif Canon, la marque n’a cessé d’améliorer le système.

En 1995, le premier système IS était utilisé sur le 75-300 mm f/4-5.6 IS USM. Il prenait environ une seconde à s’activer et permettait d’offrir environ deux diaphragmes supplémentaires. Il ne pouvait cependant pas corriger les mouvements panoramiques et n’était pas adapté à l’utilisation sur un trépied car en l’absence de mouvement, il pouvait provoquer lui même des vibrations et ainsi flouter l’image.

En 1997 arrive la deuxième version de stabilisateur avec l’objectif 300 mm f/4L IS USM qui était désormais capable de corriger les mouvements panoramiques. Cette nouvelle version de stabilisateur permettait de détecter si le mouvement était horizontal ou vertical, et permettait ainsi de compenser uniquement les vibrations perpendiculaires au mouvement.

En 1999, avec le lancement de nouveaux téléobjectifs (du 300 mm f/2.8L IS USM au 600 mm f/4L IS USM), la détection de trépied est ajoutée.

En 2001, une nouvelle version du stabilisateur optique est créée pour le 70-200 mm f/2.8L IS USM. Le temps de démarrage est alors réduit à une demi-seconde et la stabilisation offre désormais trois diaphragmes supplémentaires.

En 2006, une nouvelle version est lancée sur le marché avec le 70-200 f/4L IS USM et permet d’offrir jusqu’à quatre diaphragmes supplémentaires.

En 2009, sorti avec l’objectif EF 100 mm f/2,8 L Macro IS USM une nouvelle version de stabilisation avec cette fois un accéléromètre afin de détecter les déplacements glissés et non plus seulement basculés.

 

Nous venons de voir qu’il existe de nombreuses versions du système de stabilisation de Canon. Il faut faire attention si vous achetez un objectif Canon d’occasion car le sigle apposé sur l’optique reste IS, peut importe la génération du système. Reportez-vous aux fiches techniques ou à l’année de sortie de l’optique pour en savoir plus sur la technologie qu’il embarque.

 

 

 

 

Correction et traitement contre les défauts optiques :

Avant de connaître les différentes technologies utilisées pour corriger les défauts optiques, il est important de connaître quels types de défauts peuvent rencontrer les lentilles de nos objectifs photo. En voici les trois principaux :

 

  • Les aberrations chromatiques :

Les aberrations chromatiques sont le défaut le plus commun en optique. Il s’agit d’un défaut colorimétrique et impactant le piqué de l’image. Pour mieux comprendre d’où provient ce défaut, intéressons nous de plus près à la lumière.

Dans l’air, la lumière se propage en ligne droite, mais lorsqu’elle est amenée à traverser différents milieux, comme c’est le cas des différentes lentilles d’un objectif, elle se retrouve déviée. Ce phénomène est dû à la variation de l’indice de réfraction du matériau composant les lentilles en fonction de la longueur d’onde de la lumière qui les traverse. On parle alors de dispersion du verre.

 

abréviation objectif
Aberration chromatique latérale sur un zoom Canon EF-S 15-85 mm (bord de l’image à 200 %) ©JPRoche

 

Le problème étant que la lumière blanche est composée d’un large spectre de couleurs différentes ayant chacune leurs propres longueurs d’onde et donc leurs propres indices de réfraction. De par ces indices de réfraction différents, les différentes couleurs ne peuvent pas s’aligner sur la même distance focale, ce qui empêche de pouvoir effectuer la mise au point sur l’ensemble des couleurs du spectre. Pour mieux comprendre, imaginons que la mise au point est effectuée sur le rouge, le bleu est alors flou et l’image d’un objet blanc présente alors sur ses bords une irisation bleutée (visible en zoomant sur l’image).

 

 

 

Il existe ainsi différentes formes de lentilles et traitement permettant d’aligner le mieux possibles les différentes longueurs d’onde.

 

abréviation objectif
Avec 2 lentilles achromatiques, les différentes longueurs d’onde du spectre visible ont a peu près la même distance focale © DrBob
abréviation objectif
Aberration chromatique d’une lentille convergente standard ©Eric Bajart

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Les aberrations géométriques :

abréviation objectif Nikon
Importante déformation en barillet (objectif fish-eye)

 

En optique, les aberrations géométriques correspondent aux distorsions engendrées par certaines optiques, surtout grand-angles. Il en résulte une déformation des bords de l’image dont les lignes verticales se retrouvent soit courbées vers l’extérieur (Distorsion en barillet), soit vers l’intérieur (distorsion en coussinet) , ou encore un mélange des deux (distorsion en moustache).

 

 

 

 

 

abréviation objectif Nikon

abréviation objectif Nikon

abréviation objectif Nikon

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bien que certains objectifs sont spécifiquement conçus pour créer des distorsions optiques comme c’est le cas des objectifs fish-eyes, il est en revanche nécessaire qu’un objectif standard restitue au mieux la réalité. Même s’il est impossible de supprimer 100% des distorsions, surtout pour les objectifs grand-angles, il existe tout de même quelques innovations afin de les limiter au maximum. C’est par exemple les cas des lentilles asphériques. Pensez donc à vérifier si votre futur optique grand-angle est équipé de ce type de lentille.

 

 

 

  • Les images fantômes :

 

abréviation objectif Nikon

 

 

Une image fantôme est une tache de lumière diffuse apparaissant lorsque le soleil ou toute autre source de lumière forte éclaire la scène. Il en résulte une succession de reflets au niveau des lentilles, ce qui produit une réflexion visible qui apparaîtra sur l’image.

En général, la plupart des optiques actuelles sont recouvertes d’un traitement spécifique pour supprimer ou diminuer selon la qualité du traitement les images fantômes.

 

 

 

 

Maintenant que vous maîtrisez mieux les différents défauts que peuvent rencontrer les optiques, étudions de plus près quelles technologies et ainsi quelles abréviations dont Canon dispose pour corriger ces contraintes. Toute fois, dans ce domaine les informations à ce sujet ne sont pas toujours communiquées dans la référence de l’objectif. Il faudra le plus souvent se référer aux fiches techniques de l’objectif afin d’étudier ces paramètres de plus près. En voici les plus courants :

 

 

UD : Lentilles en verre UD et en fluorite

La fluorite provoque une dispersion de la lumière très minime et permet d’éliminer les aberrations chromatiques résiduelles que le verre optique standard ne parvient pas à supprimer. Canon est parvenu à créer artificiellement du cristal de fluorite dans les années 60 et à produire les premiers objectifs interchangeables pour reflex avec éléments en fluorite. Dans les années 70, Canon a également créé la première lentille en verre UD (Ultra Low Dispersion : à dispersion ultra-faible) à partir de verre optique à faible dispersion. Cette technologie a par la suite été optimisée pour créer les éléments en verre Super UD dans les années 90. Une association de lentilles en fluorite, en verre UD et Super UD est utilisée pour la formule optique de plusieurs super téléobjectifs de la série L, de téléobjectifs et de grands-angles actuels.

 

 

DO : Diffractive Optic

Les lentilles diffractive (DO) associent les caractéristiques d’éléments en verre UD et en cristal de fluorine dans une seule et même pièce de verre, assurant ainsi un contraste élevé, une netteté remarquable et un contrôle précis des aberrations chromatiques.

Les éléments DO permettent également de réduire la taille de l’objectif tout en préservant la qualité de l’image. Par exemple, l’objectif Canon EF 400 mm f/4 DO IS USM est presque 30% plus petit et plus léger que son homologue le Canon EF 400 mm f/4 ne disposant pas de lentilles DO.

abréviation objectif Canon

 

Cependant, les optiques DO sont extrêmement coûteuses à produire à cause de leur taux de rejet élevé. Ils sont donc uniquement intégrés dans des objectifs EF en série limitée. Actuellement (2017),seuls les objectifs EF 400 mm f/4 DO IS II USM et EF 70-300 mm f/4.5-5.6 DO IS USM contiennent des éléments DO. Vous pourrez facilement les reconnaître grâce au liseré vert situé à l’avant de l’objectif.

 

 

 

 

BR Optics (Blue Spectrum Refractive Optics)

La technologie BR optics est apparue avec l’objectif Canon EF 35 mm f/1,4 L II USM sortie en 2015. Elle consiste à insérer un matériau organique entre une lentille concave et une lentille convexe afin que sa grande capacité de réfraction de la lumière bleue permette de réduire les aberrations chromatiques.

 

abréviation objectif Canon
Une combinaison de lentilles concaves et convexes n’est pas suffisante pour corriger la longueur d’onde de la lumière bleue.
abréviation objectif Canon
En utilisant la lentille BR, qui diffracte considérablement la lumière bleue (spectre de longueur d’onde courte), tous les spectres lumineux visibles sont concentrés sur un point, ce qui entraîne une forte réduction de l’aberration chromatique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Traitement Super Spectra

Le traitement Super Spectre est un traitement composé de multiples couches pour réduire efficacement la réflexion des différentes ondes. Chaque couche agit sur différentes longueurs d’onde de la lumière.

Le traitement Canon Super Spectra permet à 99,9% de la lumière d’atteindre le capteur CMOS, sur une gamme qui s’étend de l’ultra-violet à presque l’infrarouge. En plus de minimiser les images fantômes et les reflets internes, le traitement Super Spectra garantit une balance colorimétrique homogène pour toute la gamme des objectifs EF et joue un rôle essentiel dans la production d’images nettes et de contraste élevé.

 

abréviation objectif Canon

 

 

On arrive à la fin de cet article et j’espère qu’il vous aidera à déchiffrer les nombreux hiéroglyphes inscrits sur les objectifs Canon.

Si vous souhaitez avoir plus de détails sur les différentes abréviations, sigles et techniques utilisées par les autres constructeurs, vous trouverez les descriptifs complets ci-dessous.

 

Comprendre les abréviations des optiques Nikon

Comprendre les abréviations des optiques Sony

Comprendre les abréviations des optiques Tamron

Comprendre les abréviations des optiques Pentax

Comprendre les abréviations des optiques Sigma

Comprendre les abréviations des optiques Samyang

 

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à vous abonner à la newsletter pour être informé lors de la publication des prochains sujets et pour recevoir gratuitement votre livre photo.