8 astuces pour réussir vos photos culinaires

Une bonne photo culinaire doit donner faim et mettre l’eau à la bouche au spectateur. Elle peut remplir un restaurant, attirer les visiteurs sur votre page Instagram ou encore donner envie d’acheter un livre de recettes. Photographier des aliments nécessite cependant une bonne maîtrise de l’éclairage, de votre appareil et surtout de la composition. Nous avons rassemblé dans ce guide quelques éléments à étudier et travailler pour obtenir de superbes photos culinaires. 

 

Sélectionnez le meilleur angle 

En photographie culinaire, l’angle et l’orientation de l’appareil photo sont deux éléments cruciaux. Ils vont non seulement impacter la manière dont vous présentez le plat, mais également la façon dont les spectateurs vont percevoir l’image. Les angles principaux en photo culinaire sont de 0 et 90 degrés. Le type de plat et de préparation culinaire dicte souvent l’angle que vous devrez choisir pour obtenir la perspective qui va le plus mettre en valeur votre sujet principal. Pour des aliments épais ou composés de différentes couches comme les hamburgers, un angle droit fonctionne généralement mieux pour souligner la hauteur de l’aliment, mais également ses différents ingrédients. 

photo culinaire
Pour photographier un burger ou un aliment haut, il est préférable de se placer à la même hauteur ou à un angle de 45° pour en afficher les différents étages.

En revanche, lorsque le plat est plus étalé comme une pizza ou qu’un important travail de présentation est réalisé, une vue aérienne est souvent plus efficace. Elle crée un ordre visuel et limite les problèmes de hauteur lorsque plusieurs éléments sont présents dans l’image. Une vue aérienne correspond de plus à la manière dont les spectateurs voient habituellement leur repas à table, ce qui va permettre à vos clients de plus facilement visualiser le plat qu’ils vont commander. 

photo culinaire
Une angle de vue en plongé est idéal pour photographier toute la surface d’un aliment ou une composition culinaire.

 

Pensez aux détails 

Les accessoires et petits détails sont la clé du succès d’une bonne photo alimentaire. Vous pouvez donner envie à votre spectateur de manger votre plat uniquement le représentant de la bonne manière. Vous pourriez par exemple ajouter un filet de sauce anglaise sur un fondant au chocolat, une pointe de crème chantilly sur un chocolat chaud ou encore une pincée de gros sel sur un steak. Ces petits détails simples peuvent faire passer vos photos culinaires à un niveau supérieur. Vous pourriez également renforcer vos images en instaurant un contexte ou une narration visuelle. L’environnement dans lequel la nourriture est photographiée est presque tout aussi important que la nourriture en elle-même. Par exemple, une assiette de cookies est efficacement mise en valeur avec un verre de lait. Une tasse de chocolat chaud seule est très peu attrayante, mais placez-y quelques marshmallows, un livre en arrière-plan et un vêtement en coton et vous avez une très bonne photo cocooning. 

photo culinaire
Mettez vos plats et préparations en situation pour les rendre plus attrayants.

Les éléments que vous trouvez généralement sur la table lors d’un repas comme les couverts, les serviettes, les verres, les sauces, etc., peuvent également être arrangés de manière à raconter une histoire et optimiser la composition. Vous devez en revanche trouver le bon équilibre pour que ces éléments complimentent plutôt que dominent le sujet principal de l’image. 

 

Pensez aux couleurs des ingrédients 

La photographie culinaire nécessite une grande préparation et beaucoup de travail pour rendre la nourriture attrayante une fois photographiée. Prendre la photo n’est en effet qu’une infime partie du travail. Vous devrez également avoir des compétences de styliste alimentaire pour savoir ce qui va fonctionner ou non. Vous devrez donc parfois utiliser des aliments pour le look et non pour le goût. Cela peut notamment passer par le choix des ingrédients en fonction de leur couleur. Celle-ci joue en effet un rôle primordial dans la composition de votre plat. Vous pouvez ainsi ajouter des garnitures qui contrastent avec la couleur du plat. Une connaissance de la roue chromatique et des couleurs complémentaires peut vous être très utile en photographie alimentaire. Par exemple, sur un plat de tomates, vous pouvez ajouter quelques feuilles vertes de basilic pour créer un fort contraste visuel. 

photo culinaire
Variez la couleur des ingrédients pour apporter du contraste à l’image.

 

Utilisez le bon éclairage 

Comme pour tout autre style photographique, la qualité de la lumière joue un rôle déterminant dans le résultat final. Beaucoup de photographes de nourriture ne jugent que par la lumière naturelle. L’idéal est de pouvoir se placer près d’une fenêtre par temps nuageux pour obtenir une lumière diffuse et très douce. Ce type d’éclairage fonctionne à merveille avec de nombreuses photos culinaires. Cette configuration est encore plus efficace lorsque la fenêtre est dos au photographe, car les ombres sont moins visibles. Malgré cela, l’utilisation d’un réflecteur peut être nécessaire pour diffuser davantage la lumière et atténuer certaines ombres. Parfois, vous ne pourrez cependant pas profiter de la lumière naturelle. Dans ce cas, vous devrez utiliser un ou plusieurs flash montés dans des boîtes à lumière ainsi que des réflecteurs pour créer une ambiance naturelle et douce. 

photo culinaire
Une lumière naturelle diffuse peut être exploitée pour mettre en valeur les aliments.

 

Contrôlez la profondeur de champ

Vous pouvez entièrement modifier la perception de votre plat en jouant avec la profondeur de champ. En utilisant une grande ouverture (petit f/nombre), vous pouvez obtenir une faible profondeur de champ pour attirer le regard du spectateur sur une partie spécifique de la photo ou sur l’ingrédient principal du plat. Par exemple, si vous souhaitez partager la recette d’une sauce, il est indispensable que cette sauce se détache correctement du reste de l’image. Cependant, vous souhaiterez peut-être parfois fermer davantage le diaphragme pour étendre la profondeur de champ. Dans ce cas, vous devrez faire particulièrement attention à votre composition et aux éléments situés en arrière-plan de l’image. 

photo culinaire
Utilisez une faible profondeur de champ pour isoler un détail de la préparation ou une grande profondeur pour capturer l’ensemble de la scène.

 

Utilisez un nombre impair d’éléments 

Si vous devez photographier un groupe d’éléments comme plusieurs verres ou plats, il est préférable de conserver un nombre impair d’objets dans votre image. Les nombres impairs vont en effet créer un sentiment d’harmonie et d’équilibre. Le confort visuel est également renforcé, car une composition utilisant un nombre pair peut engendrer une rivalité et détourner inconsciemment l’attention du spectateur. Essayez ensuite de placer ces éléments en triangle ou d’exploiter les lignes directrices de l’image pour mettre en valeur ces différents éléments. Vous pouvez en savoir plus à ce sujet sur l’article entièrement consacré à l’utilisation des nombres impairs en composition photo

photo culinaire
Un nombre impair d’éléments créer généralement une composition plus esthétique.

 

Photographier la préparation 

La préparation des plats est un art à part entière. Si vous souhaitez créer un livre de recettes ou montrer votre savoir-faire sur les réseaux sociaux, photographier ce processus de préparation peut être très intéressant pour raconter une histoire à travers vos photographies culinaires. Vous pourrez ainsi jouer sur l’authenticité de vos plats et attirer l’attention du spectateur en lui montrant comment ce dernier a été fait. Pour ce processus, l’ajout de personnes, de mains ou d’accessoires de cuisine utilisés pour la préparation améliore grandement l’image. 

photo culinaire
Photographiez la préparation pour monter votre savoir-faire et donner un sentiment de proximité au spectateur.

 

Retouchez vos images 

La phase d’édition est souvent indispensable pour sublimer et mettre en valeur vos photos culinaires. Le post-traitement pour la photographie culinaire consiste généralement à faire ressortir la couleur, ajuster la balance des blancs, jouer avec le contraste, optimiser l’exposition et peaufiner certains éléments comme la clarté, les reflets et les ombres. Ces réglages sont généralement assez simples, mais peuvent prendre beaucoup de temps lorsque vous avez de nombreuses images à traiter. Si vous travaillez sur Lightroom, vous pouvez automatiser ce processus en utilisant des presets, comme ceux du pack 101 presets Lightroom pour la photo culinaire. Ces derniers fonctionnent avec toutes les versions de Lightroom pour ordinateur et mobile. 

 

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à vous abonner à la newsletter pour être informé lors de la publication des prochains sujets et pour recevoir gratuitement votre livre photo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *